Pape François – Cultiver le bien qui pousse silencieusement et sauver les méchants


Commentaires (7)

Catégorie : Enseignements, sermons & homélies

Auteur : Pape François

Nombre de consultations : 553

S’appuyant sur la parabole du bon grain et de l’ivraie dans l'Évangile (cf. Mt 13, 24-43), le Pape François nous livre une méditation sur la patience de Dieu, « ouvrant les cœurs à l’espérance ».

Une méditation qui peut nous aider à comprendre le sens du pontificat du Pape François et sa mission.

Source : vaticannews.va

Dans l'Évangile [Mt 13, 24-43], nous rencontrons à nouveau Jésus, désireux de parler à la foule en paraboles du Royaume des Cieux, a d’emblée souligné le Pape, souhaitant s’attarder sur la première des paraboles, celle de l'ivraie. « Jésus raconte que dans le champ où le bon blé a été semé, l'ivraie germe aussi, un terme qui résume toutes les herbes nuisibles qui infestent le sol », a ainsi expliqué le Souverain pontife.

Lire aussi : Quand l'ivraie arrive à maturité

Le bon grain et l’ivraie, une vision de l’histoire

Les serviteurs vont alors voir le maître pour savoir d'où vient l'ivraie, et il répond : « Un ennemi a fait cela ! » (v. 28). Ils voudraient l'arracher immédiatement; en effet, l'agriculteur doit débarrasser le champ des mauvaises herbes les plus visibles afin de permettre aux bonnes plantes de mieux pousser, a observé le Saint-Père.

Au lieu de cela, le propriétaire dit non, parce qu'il risquerait d'arracher les mauvaises herbes et le bon grain ensemble. Il faut attendre le moment de la récolte : ce n'est qu'alors qu'ils se sépareront et que l'ivraie sera brûlée.

L’adversaire a un nom: le diable

« On peut lire dans cette parabole une vision de l'histoire », a affirmé le Successeur de Pierre. « À côté de Dieu - le maître des champs - qui sème toujours et uniquement de bonnes graines, il y a un adversaire, qui étend l'ivraie pour entraver la croissance du grain. Le maître agit ouvertement, à la lumière du soleil, et son but est une bonne récolte ; l'autre, en revanche, profite de l'obscurité de la nuit et travaille par envie, par hostilité, pour tout gâcher. L'adversaire a un nom: il est le diable, l'adversaire par excellence de Dieu », a poursuivi François.

Selon le Pape, l’intention du diable est « d'entraver l'œuvre du salut, de faire en sorte que le Royaume de Dieu soit entravé par des travailleurs injustes, semeurs de scandale ». En effet donc, la bonne graine et les conflits ne représentent pas le bien et le mal dans l'abstrait, mais nous, êtres humains, qui pouvons suivre Dieu ou le diable, a insisté le Saint-Père.

Persécution et hostilité, parties de la vocation chrétienne

Et si l'intention des serviteurs est d'éliminer le mal d'un seul coup, c'est-à-dire les gens mauvais, le maître est plus sage, il voit plus loin : « ils doivent savoir attendre, car endurer la persécution et l'hostilité fait partie de la vocation chrétienne ».

« Le mal, bien sûr, doit être rejeté, mais les méchants sont des gens avec lesquels il faut faire preuve de patience », a recommandé le Saint-Père, précisant qu’il ne s'agissait pas de « cette tolérance hypocrite qui cache des ambiguïtés, mais d'une justice tempérée par la miséricorde ». Ainsi, l'action des disciples de Jésus doit aussi être orientée non pas pour supprimer les méchants, mais pour les sauver.

Fixer le bon grain, garder les mauvaises herbes

L'Évangile d'aujourd'hui présente donc deux façons d'agir et de demeurer dans l'histoire : d'une part, le regard du maître; d'autre part, le regard des serviteurs. Les serviteurs se soucient d'un champ sans mauvaises herbes, le maître se soucie du bon grain.

« Le Seigneur nous invite à prendre son propre regard, celui qui est fixé sur le bon grain, qui sait le garder même dans les mauvaises herbes. Ceux qui cherchent les limites et les défauts des autres ne coopèrent pas bien avec Dieu, mais plutôt ceux qui savent reconnaître le bien qui pousse silencieusement dans le domaine de l'Église et de l'histoire, le cultivant jusqu'à ce qu'il mûrisse. Et alors ce sera Dieu, et Lui seul, qui récompensera les bons et punira les méchants », en a conclu le Pape François.


PAPE FRANÇOIS

ANGÉLUS

Place Saint-Pierre
Dimanche 20 juillet 2014

Source : vatican.va

 

Chers frères et sœurs, bonjour.

[...] la liturgie nous propose plusieurs paraboles évangéliques, c’est-à-dire de brefs récits que Jésus utilisait pour annoncer le Royaume des cieux aux foules. Parmi celles présentes dans l’Evangile [...], il y en a une plutôt complexe dont Jésus donne une explication à ses disciples: celle du bon grain et de l’ivraie, qui affronte le problème du mal dans le monde et souligne la patience de Dieu (cf. Mt 13, 24-30.36-43). La scène se déroule dans un champ où le propriétaire sème le blé; mais une nuit, l’ennemi vient et sème l’ivraie (zizanie), un terme qui dérive, en hébreu, de la même racine que le nom « Satan » et qui rappelle le concept de division. Nous savons tous que le démon est un « semeur de zizanie », celui qui cherche toujours à diviser les personnes, les familles, les nations et les peuples. Les serviteurs voudraient immédiatement arracher la mauvaise herbe, mais le propriétaire les en empêche avec cette motivation : « Vous risqueriez, en ramassant l’ivraie, d’arracher en même temps le blé » (Mt 13, 29). Parce que nous savons tous que l’ivraie, lorsqu’elle pousse, ressemble beaucoup au bon grain et on risque de les confondre.

L’enseignement de la parabole est double. Il dit avant tout que le mal qui existe dans le monde ne vient pas de Dieu, mais de son ennemi, le Malin. C’est curieux, le Malin va semer l’ivraie la nuit, dans l’obscurité, dans la confusion ; il va là où il n’y a pas de lumière, pour semer l’ivraie. Cet ennemi est rusé : il a semé le mal au milieu du bien, si bien qu’il nous est impossible, à nous, les hommes, de les séparer nettement; mais Dieu, à la fin, pourra le faire.

Et nous en arrivons au second thème: l’opposition entre l’impatience des serviteurs et l’attente patiente du propriétaire du champ, qui représente Dieu. Parfois, nous avons une grande hâte de juger, de classer, de mettre les bons ici, les méchants là… Mais souvenez-vous de la prière de cet homme orgueilleux: « Mon Dieu, je te rends grâce parce que je suis bon, je ne suis pas comme le reste des hommes, méchants… » (cf. Lc 18, 11-12). Dieu, au contraire, sait attendre. Il regarde, dans le « champ » de la vie de chacun avec patience et miséricorde: il voit beaucoup mieux que nous la saleté et le mal, mais il voit aussi les germes du bien et il attend avec confiance qu’ils mûrissent. Dieu est patient, il sait attendre. Que c’est beau : notre Dieu est un père patient qui nous attend toujours et il nous attend le cœur sur la main pour nous accueillir, pour nous pardonner. Il nous pardonne toujours si nous allons vers lui.

L’attitude du propriétaire est celle de l’espérance fondée sur la certitude que le mal n’a ni le premier ni le dernier mot. Et c’est grâce à cette espérance patiente de Dieu que l’ivraie elle-même, c’est-à-dire le cœur méchant avec de nombreux péchés, peut, à la fin, devenir du bon grain. Mais attention: la patience évangélique n’est pas de l’indifférence à l’égard du mal; on ne peut pas confondre le bien et le mal ! Face à l’ivraie présente dans le monde, le disciple du Seigneur est appelé à imiter la patience de Dieu, à nourrir l’espérance avec le soutien d’une confiance inébranlable dans la victoire finale du bien, c’est-à-dire de Dieu.

A la fin, en effet, le mal sera enlevé et éliminé: au moment de la moisson, c’est-à-dire du jugement, les moissonneurs exécuteront l’ordre du propriétaire séparant l’ivraie pour la brûler (cf. Mt 13, 30). En ce jour de la moisson finale, le juge sera Jésus, Celui qui a semé le bon grain dans le monde et qui est devenu Lui-même le « grain de blé », est mort et est ressuscité. A la fin, nous serons tous jugés de la même manière que celle avec laquelle nous aurons jugé: la miséricorde dont nous aurons fait preuve envers les autres sera aussi utilisée pour nous. Demandons à la Vierge Marie, notre mère, de nous aider à grandir en patience, en espérance et en miséricorde à l’égard de tous nos frères.

Notez cet article :
(16 notes reçues)
8/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
28


du courage
16


de la tristesse
0


de la peur
0


de la colère
2

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Commentaire laissé par Rébécca le

« … Face à l'ivraie présente dans le monde, le disciple du Seigneur est appelé à imiter la patience de Dieu, à nourrir l'espérance avec le soutien d'une confiance inébranlable dans la victoire finale du bien, c'est-à-dire de Dieu.… »

Merci beaucoup pour ce site… 🙂

Répondre à un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 10 + 2 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Pape François – Cultiver le bien qui pousse silencieusement et sauver les méchants.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 10 + 2 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

Quand l'ivraie arrive à maturité

Mark Mallett - le

1.940 lectures 2 commentaires

En réfléchissant aux événements de ces dernières années, qui tous semblent essentiellement annoncer l'effondrement de la civilisation occidentale — une parabole m'est venue à l'esprit. La parabole de mes pâturages...

Lire la suite

Quand les divisions deviennent inévitables

Mark Mallett - le

1.345 lectures 1 commentaire

La division est-elle toujours une mauvaise chose ?

Jésus a prié pour que tous nous « soyons un ». [1] Il semblerait donc, à première vue, que la division est une chose terrible. En effet, nous voyons tout autour de nous quels sont les fruits d'un monde fracturé, tandis que très vite les échanges civilisés se désagrègent, que le racisme réapparaît et que les individus et les nations se polarisent de plus en plus face à de nouvelles menaces de violence. Il y a un esprit de révolution dans l'air, un esprit de révolte. Celui-ci se présente comme un esprit bon, tolérant et juste, mais en réalité, c'est l'esprit de l'Antéchrist parce qu'il rejette la vérité (et Jésus a dit : « Je suis la vérité »). Cet esprit vise à renverser tout l'ordre politique et religieux. C'est précisément ce qui avait été annoncé par Pie IX, et que nous voyons aujourd'hui tout autour de nous...

Lire la suite

Le germe de la révolution

Mark Mallett - le

1.929 lectures 1 commentaire

Chers frères et soeurs, ce qui suit est une réflexion sur la révolution qui se répand actuellement dans le monde. Ce sont des éléments de connaissance importants pour comprendre ce qui se passe autour de nous. Comme Jésus l'a dit un jour : « Je vous ai dit cela, pour qu'une fois leur heure venue, vous vous rappeliez ce que je vous ai dit. » [1] Cependant, la connaissance ne remplace pas l'obéissance ; elle ne doit pas se substituer à notre relation avec le Seigneur. Aussi, puisse cette réflexion vous encourager à une plus intense vie de prière, une plus grande fréquentation des Sacrements, davantage d'amour pour vos familles et votre prochain, et à une vie davantage ancrée dans le présent.

Lire la suite