Le synode allemand contamine toute l'Église, sans que le Pape ne le freine


Commentaires (4)

Catégorie : Église et papauté

Auteur : Diakonos.be

Nombre de consultations : 1.439

Dans un récent entretien avec les directeurs des revues européennes de la Compagnie de Jésus, transcrit et publié par « La Civiltà Cattolica », le Pape François a dit ce qu'il pensait notamment du « chemin synodal » en Allemagne. Selon lui, « Le problème se pose lorsque la voie synodale vient des élites intellectuelles, théologiques, et est très influencée par des pressions extérieures », alors qu'en revanche, il faudrait le faire « avec les fidèles, avec le peuple ».

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L'Espresso, en traduction française sur Diakonos.be, avec quelques notes de discernement de Pierre et les Loups.

Le souci, c'est que quand c'est ce qu'on fait, c'est-à-dire, quand on collecte les questions de la base ou que l'on sonde l'opinion des fidèles, les résultats sont pratiquement identiques à ceux dictés par les élites dominantes ou par les pressions extérieures, avec la sempiternelle litanie de demandes qui vont des prêtres mariés aux femmes prêtres, en passant par la nouvelle morale sexuelle et la démocratisation du gouvernement de l'Église.

Note de Pierre et les Loups

L'Eglise n'est pas une démocratie mais une monarchie. Il est dès lors absurde de vouloir adapter l'enseignement de l'Eglise — qui est celui du Christ et donc immuable — ou sa façon d'être gouvernée suivant ce que souhaitent ses membres, surtout si ceux-ci sont davantage influencés par l'esprit de ce monde que par celui du Christ.

De l'avis d'un ami prêtre :

« Mon intuition sur l'issue de ce synode est qu'il sera fatalement un changement grave pour l'Eglise. Consulter les fidèles est en principe très bien, mais des fidèles qui ont été bombardés d'idéologies et de mensonges ne peuvent que se faire l'écho des opinions du monde en lesquelles ils baignent.

Nous allons à la catastrophe, car la minorité fidèle sera écrasée. Notamment par les manœuvres auxquelles nous sommes habitués [propagande médiatique].

Il sera alors quasi logique qu'un avertissement céleste doive intervenir.

C'est mon humble avis. »

Lire : Garabandal : Les événements de la fin des temps seront précédés d'un important synode

Ses craintes sur le synode d'Allemagne, le Pape François les a partagées dans une lettre de juin 2019 qu'il a « rédigée entièrement lui-même ». Mais ensuite, il l'a laissé suivre son cours sans plus chercher à le freiner ni faire mine ne fût-ce que d'écouter les cris d'alarmes lancés par le cardinal Walter Kasper, qui au début du pontificat était son théologien réformateur de référence, mais qui, en ce qui concerne le synode allemand – une « tentative de coup d'État », comme il l'a défini – doute même qu'il soit « vraiment catholique ».

L'Antéchrist est dans la hiérarchie de l'Eglise en ce moment, et il a toujours voulu s'asseoir sur la Chaire de Pierre. Le Pape François sera comme Pierre, l'apôtre. Il se rendra compte de ses erreurs et essaiera de ramener l'Église sous l'autorité du Christ, mais il n'y parviendra pas. Il sera martyrisé.

— Père Michel Rodrigue, Retraite virtuelle, partie 5 ; lire Un Pape pour notre temps

Et ce n'est pas tout. Le risque est toujours plus palpable de voir l'agenda du « chemin synodal » d'Allemagne finir dans cet autre synode de l'Église universelle que le Pape a convoqué en 2021, le faisant partir, justement des périphéries et de la base, et qui culminera avec une session à Rome en octobre 2023.

Au départ, la convocation de ce synode général n'a pas vraiment fait parler d'elle. Le thème que le Pape François lui avait assigné, la « synodalité », semblait à ce point abstrait et ennuyeux qu'il avait dissuadé les médias de s'y attarder.

Mais ensuite, à peine les diocèses ont-ils commencé à sonder les avis des prêtres et des fidèles qu'on a tout de suite vu à quel genre de litanie de demandes on avait affaire. Avec pour résultat qu'à présent, les conférences épiscopales, dans leurs synthèses de la première phase décentralisée du synode, se retrouvent avec entre les mains une copie conforme du « chemin synodal » d'Allemagne, issu de leurs propres fidèles.

La France est un cas d'école. À la mi-juin, la conférence épiscopale française s‘est réunie en session extraordinaire précisément pour élaborer une « Collecte des synthèses synodales » produites par les différents diocèses, et la transmettre à Rome. Au moment de voter le document, la Conférence épiscopale n'en a pas approuvé le contenu, se limitant à constater l'adhésion de milliers de prêtres et de fidèles interrogés à ces demandes. Mais les demandes envoyées à Rome incluent justement le dépassement du célibat du clergé, l'ordination des femmes au diaconat et à la prêtrise ou à tout le moins, « comme premier pas », le fait qu'on leur confie des homélies à la messe, une réforme radicale de la liturgie et de son langage « désormais irrecevables », l'admission généralisée aux sacrements des divorcés remariés et des couples homosexuels.

En Irlande, c'est pareil. En plus des comptes-rendus des consultations dans chaque diocèse, les évêques se sont fendus d'un grand sondage d'opinions parmi les fidèles. Il en résulte que la quasi-totalité des catholiques irlandais veut des prêtres mariés et des femmes prêtres, 85% souhaitent le dépassement de la condamnation des actes homosexuels, 70% veulent que les laïcs puissent également disposer du pouvoir de décision dans l'Église et d'autres encore voudraient qu'on en finisse à la messe avec les lectures « sanglantes » de l'Ancien Testament.

Sœur Nathalie Becquart, la sous-secrétaire à Rome du synode sur la synodalité, qui était présente à la réunion de la Conférence épiscopale d'Irlande de la mi-juin, a déclaré qu'en deux mille ans d'histoire, c'était la première fois que l'Église donnait vie à une consultation aussi universelle, que le Pape François a voulu faire partir de la base. Personne ne sait où ce synode s'arrêtera, a-t-elle conclu, mais c'est justement pour cela qu'il faut être ouverts aux « surprises de l'Esprit Saint » [sic].

Sœur Becquart, qui aura le même droit de vote que les évêques au synode, fait partie du tiercé nettement progressiste que le Pape François a mis à la tête du synode sur la synodalité, tout comme le secrétaire général, le cardinal maltais Mario Grech et le rapporteur général, le cardinal luxembourgeois et jésuite Jean-Claude Hollerich.

Et comme si cela ne suffisait pas, le Pape François a flanqué ces deux cardinaux d'un groupe de travail sur la manière de concilier le synode allemand avec celui de l'Église universelle. Cette information a été donnée par le président de la Conférence épiscopale d'Allemagne, l'évêque du Limbourg Georg Bätzing, dont les velléités révolutionnaires vont encore plus loin que celles, déjà très téméraires, de Mgr Hollerich lui-même, au point d'avouer qu'il était « déçu » des avancées trop lentes du Pape.

Le président de la conférence des évêques d'Allemagne a exprimé dimanche sa déception à l'égard du Pape François, insistant sur le fait que « l'enseignement de l'Église catholique » doit être « changé », notamment en ce qui concerne l'homosexualité et le rôle des femmes.

Dans une interview du 22 mai, Mgr Georg Bätzing a exprimé sa « déception » envers le pape, ajoutant : « Mais dans le sens d'une tromperie ». [...] Bätzing a utilisé les mots allemands proches Enttäuschung (« déception ») et Täuschung (« tromperie »). (Ndtr, c'est-à-dire que ces évêques ne sont pas seulement déçus du Pape François mais cherchent à le tromper, à se servir de lui pour accomplir un changement dans la doctrine de l'Eglise, que le Pape ne peut faire.)

Expliquant ce qu'il entendait par là, l'évêque a déclaré : « Le pape, même dans l'Église catholique, même avec tous les pouvoirs qui lui sont conférés, n'est pas quelqu'un qui pourrait renverser l'Église de la tête aux pieds, ce que nous souhaiterions faire. »

« Je crois que dans la réalisation finale de ce qu'est notre image de Dieu et de l'homme, la discrimination contre les homosexuels, les personnes vivant en couple, par exemple, ne doit pas être présentée comme une interdiction, mais comme une possibilité qui doit être appréciée au cas par cas. » (...)

« Le sensus fidelium (*), c'est-à-dire le sens des fidèles, a évolué », a déclaré Bätzing. « C'est un signe que nous devons assumer théologiquement et qui conduit au changement. Et c'est ce à quoi je m'engage. Donc, je ne m'assieds pas dans un fauteuil en disant « c'est comme ça maintenant », mais je donne vraiment beaucoup de force pour y parvenir. Et je crois que le changement va se produire.

catholicnewsagency.com (ajout)

(*) Note de Pierre et les Loups : le sensus fidelium est le sens de la foi profondément enraciné dans le peuple de Dieu qui reçoit, comprend et vit la Parole de Dieu au sein même de l'Eglise. On ne peut pas parler du sensus fidelium pour des fidèles qui ne fréquentent pas l'Eglise, rejettent la parole de Dieu, ne forment pas leur foi et ne vivent pas en adéquation avec l'enseignement moral de l'Eglise. Il est donc trompeur de vouloir utiliser ce terme pour changer l'enseignement de l'Eglise, sous prétexte que c'est ce que les "fidèles" souhaiteraient. Les vrais catholiques fidèles ne souhaitent pas changer l'enseignement de l'Eglise mais le vivre toujours plus intensément et fidèlement !

C'est en vain que plusieurs évêques et cardinaux ont frappé à la porte du Dicastère pour la doctrine de la foi, en demandant que les thèses les plus hardies du cardinal Hollerich soient démenties, surtout celles qui renversent la doctrine sur la sexualité et l'homosexualité. Le dicastère se tait et tout le monde pense qu'elle est muselée par le Pape [Note de Pierre et les Loups : ce qui n'est pas nécessairement le cas. Lire : Prophéties de la Bienheureuse Anne-Catherine Emmerich sur le temps des deux Églises et des deux Papes.

Parmi les nouveaux cardinaux annoncés par le Pape François le dimanche de l'Ascension, au moins deux sont des paladins de cette révolution doctrinale : l'évêque de San Diego, Robert McElroy et l'archevêque de Manaus, Leonardo Ulrich Steiner.

La politique de la carte blanche accordée par le Pape au « chemin synodal » allemand a pour conséquence que le nombre de ceux qui s'estiment autorisés à se comporter de la sorte ne cesse de grandir au sein de l'Église.

Note de Pierre et les Loups

Ils ne « cessent de grandir au sein de l'Église », comme l'ivraie !

Je pense personnellement que Dieu permet cela pour mener l'ivraie et le bon grain à maturité et pouvoir ensuite les séparer quand l'heure de Sa Justice aura sonné. Et il n'y a pas de stratégie plus efficace pour parvenir à faire ce tri que de laisser chacun exprimer librement ce qu'il a au fond du cœur. La Justice divine ne pourra frapper qu'une fois que les masques seront tombés ; ainsi les bergers et brebis infidèles pourront ensuite être balayés s'ils ne reviennent pas sur le droit chemin quand se produira le Grand Avertissement — qui doit précéder ce grand Jour de Justice et de balayage universel.

« Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël [*]. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d'un glaive : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d'un grand nombre. »

Luc 2 : 34-35

[*] Si l'Eglise est le nouvel Israël, et si ce passage s'applique bien au Pontificat de François comme je le pense, nous finirons par voir François devenir un signe de contradiction (ou de rejet). Cela a toujours été le cas pour chacun des papes par le passé et François ne fera pas exception. Peut-être pas plus tard qu'à la fin de ce synode (car ce n'est pas parce qu'il les laisse s'exprimer, que François approuvera toutes leurs propositions à la fin). Quand on voit la déception qu'il suscite aujourd'hui chez tant de bergers progressistes nous voyons qu'il commence déjà à devenir un signe de contradiction et cela n'ira qu'en s'intensifiant.

Mais c'est ensuite que les bergers infidèles (à qui François a donné tant de liberté) chuteront et que les bergers fidèles (qui auront semblé être mis de côté) seront relevés. L'âme de Marie qui est l'âme de chacun des membres fidèles du Corps du Christ est traversée d'un glaive face à tant de confusion actuellement ; face aussi à la souffrance prochaine du Saint-Père. Mais nous comprenons que cette confusion est nécessaire pour que soient « dévoilées les pensées qui viennent du cœur d'un grand nombre ». Ne jugeons donc pas trop vite François s'il donne tellement de liberté à ces loups, cela fait probablement partie d'une stratégie divine que nous comprendrons plus tard.

« Le royaume des Cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ. Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l'ivraie au milieu du blé et s'en alla. Quand la tige poussa et produisit l'épi, alors l'ivraie apparut aussi. Les serviteurs du maître vinrent lui dire : “Seigneur, n'est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D'où vient donc qu'il y a de l'ivraie ?” Il leur dit : “C'est un ennemi qui a fait cela.” Les serviteurs lui disent : “Veux-tu donc que nous allions l'enlever ?” Il répond : “Non, en enlevant l'ivraie, vous risquez d'arracher le blé en même temps. Laissez-les pousser ensemble jusqu'à la moisson ; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Enlevez d'abord l'ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, ramassez-le pour le rentrer dans mon grenier.” »

Mt 13: 24-30

« Laissez-les pousser ensemble jusqu'à la moisson » — Laissez-les chacun s'exprimer, jusqu'au temps de la moisson !

En Allemagne, on parle encore de l'affaire de ces trois cents frères franciscains qui ont élu comme supérieur provincial Markus Fuhrmann, qui avait défrayé la chronique quelques semaines plus tôt pour avoir publiquement déclaré qu'il était homosexuel, en plus d'être un ardent promoteur des nouveautés les plus hardies en chantier dans le « chemin synodal » allemand.

Et quelques jours plus tard, toujours en Allemagne, le numéro un de la hiérarchie allemande, le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich et membre de premier plan de conseil restreint des cardinaux créé par le Pape pour l'assister dans le gouvernement de l'Église universelle, a réclamé pour la énième fois les mêmes nouveautés – y compris la bénédiction à l'église des unions homosexuelles, expressément interdite par le Vatican.

En Suisse, dans le diocèse de Coire, l'évêque Joseph Marie Bonnemain a contraint les prêtres et les collaborateurs diocésains à signer une charte arc-en-ciel où ils s'engagent entre autres à « renoncer à tout jugement globalement négatif sur de prétendus comportements non bibliques en matière d'orientation sexuelle ».

En Italie, dans l'archidiocèse de Bologne, ce 11 juin, un couple d'hommes s'est marié civilement à la commune et, immédiatement après, a célébré son union à l'église, à l'occasion d'une messe présidée par le responsable de la pastorale familiale de l'archidiocèse, don Gabriele Davalli. Un communiqué de l'archidiocèse a ensuite tant bien que mal tenté de justifier ce qui s'était passé, en prétendant qu'il s'agissait simplement – contre l'évidence des faits – d'une messe d'action de grâce pour le groupe catholique LGBT « In cammino », dont ces deux hommes font partie. Mais il n'a échappé à personne que l'archevêque de Bologne est le cardinal Matteo Zuppi, qui depuis un mois est le président, nommé par le pape, de la Conférence épiscopale italienne et le premier en lice des papabili [candidats éligibles à la succession] lors d'un futur conclave. On peut s'attendre à ce que cet épisode ruine ses chances de succéder à François, en lui faisant perdre les quelques votes qu'il aurait pu récolter auprès des cardinaux de tendance conservatrice.

Bref, la contagion du « chemin synodal » d'Allemagne, non maîtrisée par le Pape, a désormais franchi les frontières et menace de conditionner le synode général sur la synodalité lui-même. La vibrante lettre ouverte envoyée aux évêques allemands le 11 avril par les cardinaux Francis Arinze, Raymond Burke, Wilfried Napier, George Pell, Camillo Ruini, Joseph Zen et par une centaine d'archevêques et d'évêques du monde entier n'aura servi à rien.

Le cardinal Kasper dénonce également le risque que l'Église catholique ne se transforme en une sorte de synode permanent, à la demande de la base, c'est-à-dire de la culture dominante, qui en tirerait les ficelles.

Quoi qu'il en soit, de l'avis d'un autre cardinal, l'italien Camillo Ruini, une bonne partie de l'Église a déjà franchi les limites de la doctrine catholique au moins sur un point : l'approbation des actes homosexuels. « Je ne nie pas qu'il y ait un risque de schisme », a-t-il déclaré dans une interview accordée à « Il Foglio » le 4 mai dernier. « Mais je garde confiance qu'avec l'aide de Dieu, on puisse le surmonter ».

Lire : Conchita : Le Grand Avertissement sera précédé d'un important Synode

Notez cet article :
(13 notes reçues)
9/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
3


du courage
21


de la tristesse
32


de la peur
2


de la colère
0

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par Anne-Françoise le

En ce qui concerne ce cardinal je serai très brève pourquoi le chef de l'Église ne s'oppose t-il pas à tous remaniement en tout cas désiré par l'Église allemande représentant dans ce cas un énorme danger ?
Je pense que l'on lance fausses informations concernant ce danger pour le pape François qui est quand même le chef de l'Église ou alors peut-être que je peux me tromper je ne sais pas très bien je préfère me baser sur les avis des experts tel que Philippe ou Marc Mallet ou quelque autre personne très habilitées dans la Curie du Vatican...pour autant qu'elle en prenne connaissance si ce n'est déjà fait par les médias... Prier, prier notre salut et celui de NOTRE Église. ..

Ce commentaire vous a-t-il été utile ?

Répondre

Commentaire laissé par Rébécca le

Grand Merci « Pierre et les loups » !

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile)

Répondre

Commentaire laissé par Buni le

Il faut absolument lire les révélations de Manduria faites à Debora, voir en particulier le tome 6 avec en 2003 la prophétie sur JP2 et ses 2 successeurs, page 271 et suivantes

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile)

Répondre

Commentaire laissé par Hélène MCoeursUnisPSang le

Merci ! Analyse très juste de la porte ouverte aux dérives "progressistes" dans des Eglises chrétiennes, au mieux par manque de discernement et probablement trop de souffrances de certains depuis l'enfance (risque de ressenti de rejet par des prêtres homosexuels). Le mieux est de prier pour eux, comme on prierait pour des brebis égarées :
https://helenemusiques.wordpress.com/2022/06/29/compassion-pour-des-brebis-egarees-messages-celestes-et-invitation-a-prier-saint-michel-archange/
L’important est de construire ENSEMBLE le Royaume de Dieu !
Amitiés,
Hélène MCoeursUnisPSang

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile)

Répondre

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 6 + 4 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Le synode allemand contamine toute l'Église, sans que le Pape ne le freine.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 6 + 4 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

L'Eglise face à un tournant

Mark Mallett - le

1.138 lectures 1 commentaire

QUELLE devrait être notre réponse personnelle à la confusion et à la division croissantes entourant le Pape François ?

Lire la suite

Le Pape et la Passion de l'Eglise

le

2.120 lectures 5 commentaires

Le livre bleu du Père Stefano Gobbi est très éclairant pour comprendre la crise que traverse l'Église aujourd'hui, ainsi que la nécessité de rester fidèles au Saint Père, quelles que soient ses faiblesses ou nos incompréhensions. Nous ne devons pas critiquer ni juger le Pape François, qui a une très lourde responsabilité et un très dur combat à mener, mais prier inlassablement pour lui, et méditer dans notre cœur ce que nous ne comprenons pas ou ce qui nous scandalise, comme le faisait Marie quand arriva la Passion de son Fils.

Nous devons aider le Pape. Nous devons rester avec lui comme nous le ferions avec notre propre père.

— Cardinal Robert Sarah, 16 mai 2016, Lettres du Journal de Robert Moynihan

L'Église est représentée sur la terre par le Vicaire du Christ, c'est-à-dire le pape. Et qui est contre le pape est ipso facto hors de l'Église.

— Cardinal Robert Sarah, Corriere della Sera, 7 octobre 2019 ; La Croix

Lire la suite

Rome : le cardinal Müller déclare que le synode sur la synodalité est utilisé par certains pour préparer l'Église à accepter de faux enseignements

Belgicatho - le

936 lectures 8 commentaires

 « CITÉ DU VATICAN — Le cardinal Gerhard Müller, ancien préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, déclare que le Synode sur la synodalité n'est pas une assemblée épiscopale mais plutôt une réunion synodale anglicane et qu'il est utilisé par certains participants comme un moyen de préparer l'Église catholique à accepter des idéologies contraires à l'Écriture et à la Tradition. 

Lire la suite