La peur, responsable d'une vision déformée du réel


Commentaires (1)

Catégorie : Réflexions et méditations diverses

Auteur : Christophe Geffroy

Nombre de consultations : 591

Le moins que l'on puisse dire est que l'actualité ne pousse guère à la joie. Tout concourt à nous démoraliser, à nous faire peur.

L'éditorial de Christophe Geffroy pour le numéro de décembre 2023 de La Nef – photo : La Nativité, par Gerard van Honthorst

Lu sur Belgicatho

Comment ne pas avoir de l'avenir une vision bien sombre ? La guerre, avec son cortège d'horreurs, est omniprésente dans nos médias : après le conflit en Ukraine qui tournait en boucle sur les chaînes d'information continue, c'est maintenant l'affrontement entre Israël et le Hamas qui occupe le devant de la scène. L'insécurité devient de plus en plus inquiétante, entre le terrorisme islamique qui peut frapper à tout instant n'importe où et la violence gratuite qui tue pour un rien, violence qui est maintenant aussi le fait d'adolescents de plus en plus jeunes n'ayant plus aucun repère moral ; ils sont souvent issus de l'immigration ou de familles disloquées, leur univers se limitant au virtuel des écrans. Les difficultés autour de la loi immigration du gouvernement révèlent combien nos politiques sont impuissants à régler ce problème, alors que certains de nos concitoyens ne se sentent plus chez eux dans leur propre pays : le concept de « grand remplacement », traduction imparfaite d'une situation bien réelle, contribue à ce climat général de peur.

La liste est loin d'être complète. On peut encore s'arrêter à la dislocation du lien social et à l'accroissement des fractures qui détachent toujours plus la frange supérieure de la population de la « France périphérique » dont l'horizon continue de s'obscurcir. Cette grave fragilisation du tissu social s'opère au moment même d'une déconstruction anthropologique sans précédent qui, hormis les milieux catholiques convaincus, ne rencontre guère de résistance. Et elle se produit dans un système encore démocratique mais qui glisse vers ce que Mathieu Bock-Côté nomme un « totalitarisme sans goulag » (1), qui gomme progressivement la liberté de penser, quiconque s'opposant au « régime diversitaire » étant exclu de la vie sociale.

Enfin, parmi les peurs soigneusement entretenues à grande échelle, comment ne pas évoquer la « catastrophe climatique » annoncée sur tous les tons comme une certitude scientifique avérée ? Si l'on se souvient comment les gouvernements ont joué sur la peur à l'occasion de la pandémie du Covid-19 pour imposer un dispositif technocratique de coercition qui a permis d'enfermer des populations entières avec leur consentement, on mesure à quel point la peur est devenue une puissante arme de contrainte pour gouverner.

Bref, tous ces sujets « négatifs » sont pain béni pour les médias qui ne vendent jamais autant que lorsque tout va mal. C'est bien l'un des problèmes du fonctionnement de nos sociétés hyper médiatisées. Le bien, la normalité n'intéressent pas les faiseurs d'opinion ; le mal, la catastrophe, le glauque sont ce qui permet de tenir en haleine le public. Aujourd'hui, ce n'est pas très difficile, il y a toujours un malheur dans le monde à mettre en avant. Nous sommes instantanément informés d'un tremblement de terre en Inde ou d'un déraillement de train en Australie et toutes ces mauvaises nouvelles relayées en boucle alimentent un sentiment diffus que tout va mal.

Autrefois, personne n'était au courant de ce qui se passait à des milliers de kilomètres, ni même à des centaines. Le malheur était circonscrit à la sphère limitée du monde connu et des personnes côtoyées, il était moins fréquent mais plus concret, on pouvait venir en aide aux victimes. Aujourd'hui, le malheur est omniprésent mais lointain et virtuel, il nous sape le moral mais nous n'y pouvons rien, sinon soutenir par un don les victimes des catastrophes.

Le bien ne fait pas de bruit

Par les médias, donc, nous avons une vision déformée du monde où le mal semble l'emporter largement sur le bien, alors que nous ignorons à peu près tout de la somme de dévouements et de sacrifices de tant d'hommes et de femmes qui, partout, œuvrent pour un monde meilleur et plus beau – et les chrétiens ne sont pas les derniers à s'engager en ce sens. Chacun, dans sa vie ordinaire de tous les jours, croise bien plus de gens aimables, soucieux d'entretenir de bons rapports humains avec leurs prochains, que des êtres méchants et hostiles – même s'il est vrai que nous assistons à une « décivilisation » qui engendre un recul effrayant de la simple politesse et de la courtoisie la plus élémentaire, sans parler de la galanterie regardée comme ringarde ou « machiste ».

Quoi qu'il en soit de ce que l'on pense de ce monde, qu'on l'estime bon ou mauvais, c'est dans celui-ci que Dieu nous a placés, non pour le fuir et s'en plaindre, mais pour y témoigner et y agir pour le bien qui est à notre portée. Ce temps de l'Avent peut nous y aider, car la fête de Noël que nous préparons n'est-elle pas celle de l'Espérance, propice à méditer le grand mystère de cet enfant, le plus fragile et le plus innocent des êtres, qui nous est donné pour le salut du monde ? Tout peut changer si nous reconnaissons en cet enfant notre Dieu. « Soyez sans crainte, car voici que je vous annonce une grande joie, qui sera celle de tout le peuple : aujourd'hui vous est né un Sauveur, qui est le Christ Seigneur, dans la ville de David » (Lc 2, 10-11).

Christophe Geffroy

(1) Le Totalitarisme sans Goulag, La Cité, 2023 : cf. notre recension en p. 38 de ce numéro.

© LA NEF n°364 Décembre 2023

Notez cet article :
(10 notes reçues)
7/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
10


du courage
33


de la tristesse
4


de la peur
0


de la colère
0

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par Alain Denicourt le

Le bien ne fait pas de bruit.
Si bien dit. Temps des enfants roi qui ont grandit.
Ici des décès parmi ces jeunes: drogue, égoïsme et manque de directive des parents qui veulent trop être amis de leurs enfant(s).
Des bateaux sans gouvernail, amour parental remplace par du matériel. Et pas juste chez les immigrants même si on y voit comme vous dites le désir de remplacement et dans certains cas une dangereusite amenée par une endoctrinement irréversible,

Ce commentaire vous a-t-il été utile ?

Répondre

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 7 + 3 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article La peur, responsable d'une vision déformée du réel.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 7 + 3 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

Pedro Regis – De grandes divisions dans la Maison de Dieu

countdowntothekingdom.com - le

860 lectures 0 commentaire

« L'humanité a été contaminée par le péché et a besoin d'être guérie  »

Lire la suite

Vision et esprit de la réforme du pape François

le

1.260 lectures 2 commentaires

Nous parlons de la réforme de la Curie romaine, mais il ne faut pas l’oublier, cette réforme structurelle et administrative, s’inscrit – à mon point de vue – dans quelque chose de plus globale et de plus profond: une réforme théologique, spirituelle et pastorale – qui n’est rien de moins qu’un approfondissement de la mise en œuvre de l’ecclésiologie de Vatican II.

L'auteur essaiera donc ici de dégager la vision et l’esprit qui animent le pape François.

Pour ce faire, il vous propose, dans les deux premières parties de son exposé, de survoler deux prises de position remontant au tout début de son pontificat. Ces prises de positions initiales sont, il me semble, la « source inspiratrice » et « l’horizon » de ce qui est en train de se mettre en place, à Rome, depuis [5 ans].

Lire la suite

Quand les divisions deviennent inévitables

Mark Mallett - le

1.344 lectures 1 commentaire

La division est-elle toujours une mauvaise chose ?

Jésus a prié pour que tous nous « soyons un ». [1] Il semblerait donc, à première vue, que la division est une chose terrible. En effet, nous voyons tout autour de nous quels sont les fruits d'un monde fracturé, tandis que très vite les échanges civilisés se désagrègent, que le racisme réapparaît et que les individus et les nations se polarisent de plus en plus face à de nouvelles menaces de violence. Il y a un esprit de révolution dans l'air, un esprit de révolte. Celui-ci se présente comme un esprit bon, tolérant et juste, mais en réalité, c'est l'esprit de l'Antéchrist parce qu'il rejette la vérité (et Jésus a dit : « Je suis la vérité »). Cet esprit vise à renverser tout l'ordre politique et religieux. C'est précisément ce qui avait été annoncé par Pie IX, et que nous voyons aujourd'hui tout autour de nous...

Lire la suite