Rome : le cardinal Müller déclare que le synode sur la synodalité est utilisé par certains pour préparer l'Église à accepter de faux enseignements


Commentaires (8)

Catégorie : Église et papauté

Auteur : Belgicatho

Nombre de consultations : 930

 « CITÉ DU VATICAN — Le cardinal Gerhard Müller, ancien préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, déclare que le Synode sur la synodalité n'est pas une assemblée épiscopale mais plutôt une réunion synodale anglicane et qu'il est utilisé par certains participants comme un moyen de préparer l'Église catholique à accepter des idéologies contraires à l'Écriture et à la Tradition. 

Source : Belgicatho (quelques corrections et reformulations apportées par Pierre et les Loups)

Interview d'Édouard Pentin (*), 27 octobre 2023 diffusée dans le National Catholic Register : le préfet émérite de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi dresse le bilan de la première phase du rassemblement synodal au Vatican :

Dans une longue interview accordée au National Catholic Register le 24 octobre, le cardinal Müller a également averti que certains membres de l'assemblée « abusent du Saint-Esprit » afin d'introduire de « nouvelles doctrines » telles que l'acceptation de l'homosexualité, les femmes prêtres et un changement dans la gouvernance de l'Église. .

En tant que l'un des 52 délégués personnellement choisis par le pape François pour assister à la réunion du 4 au 29 octobre, la première des deux assemblées qui se termineront en 2024, le cardinal allemand a participé à toute la session de ce mois-ci avant de partir tôt le 25 octobre pour ordonner de nouveaux prêtres en Pologne. 

Le cardinal Müller a déclaré que la réunion synodale était « très contrôlée » et assez manipulée, la plupart des interventions provenant de seulement quelques orateurs principaux qui s'adressaient à eux comme s'ils ne connaissaient rien à la théologie. Il a déclaré que lui-même n'avait eu que trois minutes pour parler à l'ensemble de l'assemblée. 

Votre Éminence, quelle a été votre évaluation globale du Synode sur la Synodalité ?

J'ai été invité par le Pape à participer, en tant qu'évêque, en tant qu'ancien préfet de la Congrégation [de la Doctrine de la Foi], et je viens de parler de ma compétence théologique. On m'a demandé quelle était la différence avec les synodes précédents, également en termes de méthode. Il est très clair que dans les synodes précédents, les évêques étaient les sujets qui dirigeaient tout. Son organisation et sa contribution ne sont pas venues d'en haut. Dans les synodes précédents, tous les évêques en plénière pouvaient parler de ce qu'ils voulaient. Maintenant, tout est dirigé, tout est pré-organisé, et il est difficile de parler en plénière parce que le temps est limité et, selon les règles, on ne peut parler qu'une seule fois, et seulement pendant trois minutes.

Vous n'avez eu qu'une seule occasion de parler en plénière, devant l'assemblée plénière ?

Oui.  

Auriez-vous aimé en parler davantage ?

Oui, mais ce n'était pas possible. Pour la prochaine partie de ce synode, il sera important de le réorganiser – pour donner plus de liberté, plus d'opportunités aux évêques de présenter leurs idées. Il doit ressembler davantage à un synode des évêques, pour que les évêques reprennent leur rôle de conseillers et de témoins de la vérité révélée.  

L'accent a été mis sur le Saint-Esprit lors de ce synode. Qu'en avez-vous pensé ?

Certains orateurs ont dit que nous devons être ouverts au Saint-Esprit, mais les voix du Saint-Esprit étaient les personnes invitées à parler à l'assemblée. C'étaient les voix du Saint-Esprit, comme si nous étions débutants dans l'étude de la théologie. C'était comme un séminaire ou une université, mais un synode n'est pas [une] école pour débutants — et pourtant on nous parlait comme si […] les évêques ne connaissaient pas grand-chose en théologie. De nombreux évêques là-bas comprenaient la théologie et ne pouvaient pas parler [de leurs connaissances]. 

Pouvez-vous donner un exemple de la façon dont les organisateurs du synode ont compris que le Saint-Esprit agissait ?

Oui. L'un des intervenants assignés […], influencé par cette idéologie « LGBT », a parlé d'un parent bisexuel qui s'est suicidé, et la conclusion a été que l'Église doit être ouverte, non pas à ces personnes mais à l'idéologie. L'idéologie en est responsable. Mais nous ne pouvons pas résoudre les questions et les problèmes théologiques par l'émotion. Cela ne fait que parler avec émotion du Saint-Esprit et on nous a dit que nous ne devions pas faire de controverses, que parler [fortement] contre quoi que ce soit n'est pas possible ou que l'on est stigmatisé comme un ennemi du Saint-Esprit. 

Comment savent-ils que c'est le Saint-Esprit ?

Ils ne parlent pas du Saint-Esprit, seulement de « l'Esprit », mais la Première Lettre de Saint Jean, le Quatrième Chapitre, dit au début :

« Bien-aimés, ne croyez pas tout esprit, mais éprouvez les esprits pour voir s'ils sont de Dieu ; car beaucoup de faux prophètes sont sortis dans le monde. A ceci vous connaissez l'Esprit de Dieu : tout esprit qui confesse que Jésus-Christ est venu dans la chair est de Dieu, et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu. 

Certains intervenants parlent également d'ouverture et définissent ce qu'est la tradition, [en disant] qu'elle « n'est pas statique ; c'est dynamique. Mais en fin de compte, toutes ces réflexions dites synodales visent à nous préparer à accepter l'homosexualité. Seulement, ce dont on n'a pas parlé, c'est de Jésus-Christ [ou] de la Révélation divine, de la [dignité] des personnes humaines créées à l'image et à la ressemblance de Dieu, et de Dieu comme but de notre existence humaine. Tout est en train de changer et nous devons désormais nous ouvrir à l'homosexualité et à l'ordination des femmes. Si on l'analyse, il s'agit de nous convertir à ces deux thèmes. 

Et aussi la gouvernance ? Pensez-vous qu'il s'agit également d'une tentative de renverser la gouvernance hiérarchique de l'Église ?

Oui, certains ont cette image d'une « pyramide inversée » de gouvernance, mais au centre de cette pyramide se trouve la volonté personnelle du Pape, et de ses conseillers et collaborateurs. Cela peut être une image à faire comprendre aux enfants, mais une « pyramide » ou un « polyèdre » n'est pas une image biblique de l'Église. Ce sont des images issues de la géométrie mathématique. Au lieu de cela, ils devraient se tourner vers les images bibliques de l'Église que l'on retrouve dans Lumen Gentium : le berger et le troupeau, et toutes ces images d'une vigne et ainsi de suite. 

Certains orateurs avaient une idée sociologique de l'Église, une compréhension naturaliste de l'Église, mais ils n'en avaient pas la compréhension théologique. Ils parlent toujours de l'Esprit, mais l'Esprit n'est pas un fluide. L'Esprit dans l'Église est la Troisième Personne de la Trinité. C'est une Personne . Et nous ne pouvons jamais parler du Saint-Esprit sans le Fils et le Père. Toujours et à tout moment nous parlons de l'Esprit du Père et du Fils. Jésus-Christ n'est presque jamais mentionné – seulement de manière pédagogique, d'une manière qui transforme les paraboles et leur sens. Jésus n'a pas condamné la femme adultère, par exemple. Les interventions parlaient de notre relation avec Jésus, mais pas en tant que Jésus comme Parole de Dieu, donnée une fois pour toutes.

Dans quelle mesure la doctrine, la foi et la morale ont-elles été évoquées ?

Uniquement aux tables. Nous pouvions en parler un peu, mais seulement pendant quelques minutes. Il s'agissait plutôt d'un ensemble d'impressions, mais il ne s'agissait pas d'une réflexion théologique profonde. Comment est-ce possible dans ce contexte ? Pour le reste, il n'y avait que quelques interventions possibles, mais tout était un peu manipulé et dépendait de qui était autorisé à intervenir sur le plan théologique — ceux considérés comme les guides spirituels.  

En regardant les délégués, beaucoup d'entre eux étaient des personnes dont Benoît XVI et le pape Saint Jean-Paul II n'approuvaient pas les vues théologiques. Qu'aurait pensé Benoît XVI de ce synode ?

Un certain théologien, choisi pour s'adresser à l'assemblée, parlait tout le temps de Joseph Ratzinger, mais tout cela n'était qu'une ruse. Ce n'était pas une véritable révérence pour lui, pour sa théologie. Ils veulent revitaliser le vieux modernisme en faisant référence à Ratzinger, mais Ratzinger n'a rien à voir avec le modernisme. Saint Paul, par exemple, s'est prononcé contre l'homosexualité, mais ils disent : « Nous avons nos nouvelles connaissances, révélées par le Saint-Esprit », et donc désormais les actes homosexuels ou la bénédiction des actes homosexuels sont une bonne chose. C'est leur point de vue. Cela consiste à abuser du Saint-Esprit afin d'introduire des doctrines qui sont ouvertement contraires aux Saintes Écritures. Ils diront : « Oui, nous sommes dans la continuité. Nous avons la bonne compréhension de la Tradition et de l'Écriture », et ainsi de suite. « Tout le temps, nous nous référons à Jésus-Christ. » C'est la voie qu'ils ont choisie, comme si Jésus n'était qu'un professeur de morale, comme Gandhi, etc. Ils ne disent ni n'acceptent jamais que Jésus soit la Parole de Dieu faite chair, Son Incarnation.

Ce n'est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu'on entrera dans le royaume des Cieux, mais c'est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. Ce jour-là, beaucoup me diront : “Seigneur, Seigneur, n'est-ce pas en ton nom que nous avons [enseigné], ...” Alors je leur déclarerai : “Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui commettez le mal !”

Mt 7: 21-23 (ajout de Pierre et les Loups)

Un évêque allemand présent au synode a déclaré aux journalistes pendant le synode qu'il est important de mettre le Christ au centre mais qu'en même temps, « nous devons mettre de côté la Tradition apostolique ». Que voulait-il dire par là ? 

Il s'agit d'un tour de passe-passe. Ils ne présentent pas directement ces idées, mais envoient ces personnes, telles cet évêque, pour dire ces choses, et disent ensuite que ce n'est que son opinion personnelle. Mais en réalité, ils développent une compréhension qui n'est pas cohérente avec la foi catholique. 

Un éminent évêque allemand du Chemin synodal allemand a déclaré à ce synode que tous les thèmes abordés en Allemagne devaient devenir un exemple de l'Allemagne pour le monde. Mais ces dernières années, l'Église d'Allemagne a perdu un tiers de ses membres, compte peu de vocations et la fréquentation de la messe dominicale s'est effondrée. Cela ne peut pas être la voie à suivre pour l'avenir de l'Église. Le Pape a appelé les évêques allemands à se concentrer sur l'évangélisation, mais ils ont fait le contraire.

Que répondez-vous aux critiques selon lesquelles il ne s'agit pas d'un Synode des évêques, puisque près d'un cinquième des participants sont des laïcs qui, pour la première fois, disposent du droit de vote ? Pensez-vous qu'il y a un problème avec la légitimité canonique du synode ?

Les organisateurs du synode ont réaffirmé hier qu'il s'agit d'un synode des évêques, mais comment est-il possible que les laïcs aient la même voix, qu'ils aient le même temps de parole et qu'ils privent les évêques de l'opportunité de parler ? Il ne s'agit pas en réalité d'un synode des évêques mais plutôt d'une conception anglicane d'un synode, avec trois chambres selon un parlement mondain. Ce n'est pas l'Église catholique. Ils doivent clarifier de quoi il s'agit. La constitution de ce Synode des Évêques est-elle basée sur le sacrement de l'ordre ou s'apparente-t-elle à un séminaire de bas niveau ?  

Plusieurs participants ont déclaré que le synode semblait très contrôlé.

Oui, très contrôlé. Ils ont présenté une « Lettre au Peuple de Dieu » et ils nous ont dit de l'applaudir par courtoisie, affirmant qu'elle était le consensus de tout le monde. Les applaudissements ont été assimilés au vote. Ils l'ont ensuite apporté à chaque table et ont dit que tout le monde devait le signer. Une femme ou un homme prenait des photos de tout le monde le signant, et tout le monde le signait. Ensuite, ils ont dit que nous avions jusqu'à 16 heures pour envoyer des amendements, mais que nous devions d'abord le signer. 

Avez-vous pensé à quitter les lieux en signe de manifestation contre le synode ?

Non.

Considérez-vous toujours cela comme une « prise de pouvoir hostile », comme vous l'avez dit avant le synode ? 

Ce n'est pas clair. Ils ne disent pas ouvertement ce qu'ils pensent. Ils ne peuvent pas dire ouvertement : « Nous voulons contredire la Parole de Dieu. » Mais ils introduisent une nouvelle herméneutique avec laquelle ils veulent réconcilier la Parole de Dieu avec ces idéologies – les idéologies antichrétiennes. Mais nous ne pouvons pas réconcilier le Christ et l'Antéchrist. Cette idéologie homosexuelle, « LGBT », est, en son centre, une idéologie anti-chrétienne. C'est l'esprit de l'Antéchrist qui parle à travers eux. C'est absolument contre la création. Et leur ruse consiste à mélanger l'assistance pastorale envers ces personnes avec cette idéologie anti-chrétienne. Nous, l'Église, sommes les seuls à respecter la dignité de chacun, des pécheurs, des personnes en difficulté dans tous les domaines. Mais la solution à ces problèmes est la voie de Jésus-Christ. Le Bon Médecin doit donner le meilleur traitement et non pas dire « Tout va bien ».

Souvent, les paroles du Christ « ne péchez plus » ne sont jamais mentionnées et, au lieu de cela, il semble s'agir principalement d'accueil.

Je vis que beaucoup de pasteurs se laissaient prendre à des idées dangereuses pour l'Église... Ils bâtissaient une grande église étrange et extravagante ; tout le monde devait y entrer pour s'y unir et y posséder les mêmes droits... Telle devait être la nouvelle église et c'était pour cela qu'il mettait le feu à la maison de l'ancienne église. Mais Dieu avait d'autres desseins.

— Bienheureuse Anne-Catherine Emmerich, visions prophétiques sur les deux églises (ajout de Pierre et les Loups)

Ils changent la définition des péchés. Il n'y a pas de péchés [pour certains d'entre eux]. « Ce ne sont que des personnes blessées. Ce ne sont pas des pécheurs. Ce sont des personnes blessées, blessées par l'Église – par la doctrine de l'Église. » Ils ne croient pas au péché originel, ni au péché en tant qu'acte. Ils ne le nient pas en théorie, mais en pratique. L'Église est pour eux l'agresseur, et c'est pourquoi l'Église doit le faire – l'Église est responsable. Mais qu'est-ce que l'Église pour eux ? En réalité, ils parlent d'eux-mêmes. Ils disent : « Nous sommes l'Église ». Mais s'ils parlent négativement de l'Église, ils parlent de l'Église comme d'un objet. L'article 11 de la constitution Lumen Gentium du Concile Vatican II dit que l'Église est le Corps sacré du Christ et que nous pouvons blesser le Corps du Christ par nos péchés. Mais pour certains présents au synode, c'est le Christ qui nous blesse. Si je vole votre argent et que vous me traitez de voleur, pour eux, c'est vous qui me blessez.

Où voyez-vous tout cela aller ? Comment cela va-t-il se dérouler l'année prochaine ou au-delà ? Quelles vont être les conséquences de cela ?

Je pense que l'objectif est de rendre l'Église davantage conforme à cet Agenda 2030 à portée internationale. Et nous l'avons vu dans leur politique qui consiste à déterminer qui est invité à rendre visite au Pape. Ce ne sont pas des familles traditionnelles avec cinq enfants — elles ne sont jamais invitées. Non, ce sont généralement des bisexuels, des transsexuels, etc., et tout cela n'est que provocation — il y a toute cette propagande. Aucune rencontre entre le Pape et des évêques orthodoxes n'est montrée au public, mais les partisans de l'avortement, eux sont toujours là.

Tout était plein de pièges et de ruines. Je les vis intercepter et détourner les voies qui allaient au Pape. Je vis, à ce que je crois, presque tous les évêques du monde, mais un petit nombre seulement parfaitement sain.

(...)

Puis je vis que tout ce qui regardait le protestantisme prenait peu à peu le dessus et que la religion catholique était précipitée dans une complète décadence. La plupart des prêtres étaient attirés par les doctrines séduisantes mais fausses de jeunes enseignants, et tous contribuaient à l'œuvre de destruction. En ces jours, la foi tombera très bas, et ne sera conservée que dans quelques endroits...

Il y avait à Rome, même parmi les prélats, bien des personnes de sentiments peu catholiques qui travaillaient au succès de cette affaire. Je vis aussi en Allemagne des ecclésiastiques mondains et des protestants éclairés manifester des désirs et former un plan pour la fusion des confessions religieuses et pour la suppression de l'autorité papale.

— Ibid. (ajout de Pierre et les Loups)

Jésus a commander d'aller dans le monde entier, vers tout le monde, mais de faire de tous des disciples, de leur enseigner la foi et de les baptiser s'ils acceptent la foi. Cela signifie aller vers toutes les nations — non pas inviter le monde à entrer dans l'Eglie et laisser chacun être ce qu'il veut être.

(*) Edward Pentin a commencé à faire des reportages sur le Pape et le Vatican avec Radio Vatican avant de devenir correspondant à Rome du National Catholic Register d'EWTN. Il a également rendu compte du Saint-Siège et de l'Église catholique pour un certain nombre d'autres publications.

Lire aussi :

Notez cet article :
(17 notes reçues)
7/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
3


du courage
11


de la tristesse
37


de la peur
2


de la colère
2

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par Philippe le

« Je maudirai les bénédictions que vous prononcerez »

La première lecture de ce dimanche 5 novembre semble être un avertissement clair du Ciel pour nos bergers, en particulier certains évêques qui cherchent à changer la doctrine de l'Eglise et appellent à bénir les unions homosexuelles. Le Seigneur nous dit clairement aujoud'hui qu'Il maudira ces bénédictions et les transformera en malédictions.

Prions pour nos bergers, pour que leurs coeurs et leurs consciences s'ouvrent et se laissent interpeler par la première lecture de ce jour qui leur est clairement adressée :


Première lecture, dimanche 5 novembre 2023.

« Vous vous êtes écartés de la route, vous avez fait de la Loi une occasion de chute » (Ml 1, 14b – 2, 2b.8-10)

Lecture du livre du prophète Malachie

Je suis un grand roi – dit le Seigneur de l’univers –, et mon nom inspire la crainte parmi les nations.

    Maintenant, prêtres, à vous cet avertissement : Si vous n’écoutez pas, si vous ne prenez pas à cœur de glorifier mon nom – dit le Seigneur de l’univers –, j’enverrai sur vous la malédiction, je maudirai les bénédictions que vous prononcerez. Vous vous êtes écartés de la route, vous avez fait de la Loi une occasion de chute pour la multitude, vous avez détruit mon alliance avec mon serviteur Lévi, – dit le Seigneur de l’univers. À mon tour je vous ai méprisés, abaissés devant tout le peuple, puisque vous n’avez pas gardé mes chemins, mais agi avec partialité dans l’application de la Loi. Et nous, n’avons-nous pas tous un seul Père ?

N’est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés ? Pourquoi nous trahir les uns les autres, profanant ainsi l’Alliance de nos pères ?

– Parole du Seigneur.

Que ceux qui ont des oreilles entendent ce que le Seigneur dit à Son Eglise aujourd'hui !

Ce commentaire vous a-t-il été utile ?

Répondre

Réponses apportées à ce commentaire :

Commentaire laissé par Rébécca le 07/11/2023 à 11:49

Oui d'accord mais ce n'est pas à nous de maudire ni de juger les « anté-Christ ». Comme je l'ai évoqué dans un précédent commentaire lorsque, en particulier, des personnes se présentent à un prêtre pour être bénies le prêtre ne va pas les maudire !
Nous ne sommes là que pour bénir comme le rappelle la lecture d'aujourd'hui 7 novembre :
«Bénissez ceux qui vous persécutent ; souhaitez-leur du bien, et non pas du mal».(Rom 12, 14)

Lorsque nous bénissons nous laissons l'Amour de Dieu entrer dans le cœur de l'autre … ainsi Dieu agit ! Il transforme, Il purifie, Il éclaire…

Ceux qui souhaitent bénir les unions illégitimes ne sont pas du tout dans cet état d'esprit et ne croient pas du tout à l'action de Dieu à travers leur propre cœur ( ils n'ont pas la Foi ou peut-être bien qu'ils luttent contre Elle) mais cela ne doit pas nous empêcher, nous, d'aimer en esprit et en vérité, de bénir tous ceux que nous côtoyons quel que soit leur état !

« Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. » ( Luc 6, 26-27)

Pour terminer, voici ce qui précède l'invitation à bénir de saint Paul aux Romains :
« Soyez unis les uns aux autres par l'affection fraternelle, rivalisez de respect les uns pour les autres.
Ne ralentissez pas votre élan, restez dans la ferveur de l'Esprit, servez le Seigneur, ayez la joie de l'espérance, tenez bon dans l'épreuve, soyez assidus à la prière.
Partagez avec les fidèles qui sont dans le besoin, pratiquez l'hospitalité avec empressement. »

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile)

Commentaire laissé par Philippe le 09/11/2023 à 10:48

Dans le livre du prophète Malachie (Ml 1, 14b – 2, 2b.8-10), c'est bien Dieu qui maudit, qui transforme les bénédictions illégitimes en malédictions. Car un prêtre qui bénit une relation pécheresse appelle la bénédiction de Dieu, mais Dieu ne peut pas bénir le péché ! Donc Il ne peut que transformer cette bénédiction en malédiction. Bien entendu, nous en tant que créatures humaines, devons bénir, aimer et pardonner à nos ennemis.

Beaucoup de catholiques ne comprennent pas que François souhaite la bénédiction des personnes homosexuelles, pas de leurs relations ou de leurs actes. Il appelle à la bénédiction des personnes pas de leurs actes, c'est totalement différent ! Bénir une personne ne veut pas dire approuver ses actes. Malheureusement, comme nous sommes dans un temps où les cœurs se dévoilent, les loups autour du Pape (cardinaux, évêques mais aussi beaucoup de prêtres, malheureusement) en profitent pour bénir les couples homosexuels et non pas seulement les personnes, sans les appeler à la conversion. Nous devons prier pour le Pape et bien comprendre qu'il ne fait pas partie des loups mais que son pontificat a un rôle extraordinaire de dévoilement des coeurs. Ce pontificat est donc indispensable pour séparer le bon grain de l'ivraie (qui jusque sous le pontificat de Benoit XVI étaient encore mélangés les uns aux autres) avant le grand jour du Seigneur, quand Jésus viendra juger chacun selon ses actes. Pensons aussi au Grand Avertissement qui est désormais tout proche ! La purification de l'Eglise doit passer par là, même si c'est douloureux et que comme Marie, l'âme des fidèles est comme transpercée d'un glaive face à cette marrée d'impureté et de péchés provenant des membres mêmes de l'Eglise. Comme on le lit dans les évangiles :

"Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversée d'un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d'un grand nombre. » (Luc 2: 34-35)

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile)

Commentaire laissé par Philippe le 09/11/2023 à 15:07

Chère Rébécca,

Je voulais rajouter, en réponse à votre message privé, que je suis entièrement d'accord avec vous. Et le Pape François ne dit pas autre chose selon moi.

Veillons toujours à bien distinguer, comme vous le faites, entre le pécheur (qui doit être aimé, comme toute âme créée à l'image de Dieu, et peut bien entendu être béni pour l'aider petit à petit à cheminer vers le Père) et ses actes (qu'on ne peut jamais approuver ni bénir s'ils sont intrinsèquement mauvais). Malheureusement, il faut bien avouer que la distinction n'est plus toujours faite de nos jours, souvent au nom d'une miséricorde mal comprise.

Union de prière,

Philippe

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile)

Commentaire laissé par Rébécca le

voici un article repris tel quel:
« Dans un entretien destiné à présenter un livre publié mardi 24 octobre, El Pastor : Desafíos, razones y reflexiones sobre su pontificado (Le Pasteur : défis, raisons et réflexions sur son pontificat), le pape François a réaffirmé l'impossibilité pour les femmes de devenir prêtres, ou même d'être ordonnées diacres. Il a également exclu que la fin du célibat puisse résoudre la pénurie de prêtres dans de nombreuses régions du monde.
En ce qui concerne la possibilité de nommer des femmes diacres, François a rappelé que le diaconat « est le premier degré des ordres sacrés dans l'Eglise catholique, suivi du sacerdoce et enfin de l'épiscopat ».
En réponse à une question sur les raisons de son opposition au sacerdoce féminin, François a déclaré qu'il s'agissait d'un « problème théologique » :

« Je pense que nous porterions atteinte à l'essence de l'Eglise si nous ne considérions que le ministère sacerdotal, c'est-à-dire la voie ministérielle ». « Le fait que les femmes n'aient pas accès à la vie ministérielle n'est pas une privation, car leur place est bien plus importante. Je pense que nous nous trompons dans la catéchèse en expliquant ces choses, et en fin de compte nous tombons dans un critère administratif qui, à long terme, ne fonctionne pas.

« D'autre part, en ce qui concerne le charisme des femmes, je tiens à dire très clairement que, d'après mon expérience personnelle, elles ont une grande intuition ecclésiale », a-t-il ajouté.
Interrogé sur le fait que l'ordination des femmes rapproche « davantage de personnes de l'Eglise et que le célibat facultatif des prêtres contribue à remédier à la pénurie de prêtres », le pape François a déclaré qu'il ne partageait pas ces points de vue.

« Les luthériens ordonnent des femmes, mais peu de gens vont à l'église ». « Leurs prêtres peuvent se marier, mais malgré cela, ils ne parviennent pas à augmenter le nombre de ministres du culte. Le problème est culturel. Nous ne devrions pas être naïfs et penser que des changements programmatiques nous apporteront la solution.

« De simples réformes ecclésiastiques ne permettent pas de résoudre les problèmes sous-jacents. Ce sont plutôt des changements paradigmatiques qui sont nécessaires ». »

Gardons la tête froide et le cœur à Dieu ! Si le changement c'était Vivre enfin la vie Évangélique !

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile)

Répondre

Commentaire laissé par jean-pierre s 82 le

Bonsoir à tous,

Les Apôtres sont les étoiles, et donc leurs successeurs, les Évêques sont aussi les étoiles :
https://www.mariedenazareth.com/encyclopedie-mariale/ecriture-sainte/la-vierge-marie-dans-lecriture/dans-lapocalypse-la-femme-couronnee-detoiles/le-signe-de-la-femme-ap-12/la-couronne-de-douze-etoiles

Apocalypse de St Jean, chapitre 6, verset 13, la chute des étoiles :
https://www.aelf.org/bible/Ap/6

Ce livret avait été remis aux Évêques, au Concile Vatican 2 :
https://judaisation.wordpress.com/

L'origine de la FM :
http://thomiste12.over-blog.com/article-la-force-mysterieuse-l-origine-de-la-fra-95828260.html

Les 2 Bêtes :
https://www.propheties-fin-des-temps.com/les-deux-betes-de-l-apocalypse

L'Eglise de Sardes :
https://www.aelf.org/bible/Ap/3

Dieu vous garde. jp

Ce commentaire vous a-t-il été utile ?

Répondre

Commentaire laissé par Rémy Sophocle le

Le MODERNISME le mot est lâché, mais la forme critique de cette tendance date déjà du du XIX éme siècle, comme une forme d'hérésie ou tentation du Malin qui a toujours existé mais s'amplifie a notre temps. Il consisté a s'adapter au monde et a ses nouvelles valeurs idolâtres comme LGBT etc..c'est une église devenue "mondaine".
la tentation est en passe de devenir exécutoire a cause de mœurs dissolues à haut niveau a Rome comme une justification inconsciente de cette dissolution morale sur le plan de la sexualité avec les adultes, mais aussi les jeunes !. Car nous savons bien que la RUSE est de préparer à la déculpabilisation de la pédophilie, comme un axe majeur du Nouvel Ordre mondial. Et derrière cette ruse se cache enfin l'ultime volonté de ce Nouvel ordre de mettre fin a la reproduction humaine afin de limiter la population mondiale à un petit milliard. L'antichrist n'est-il pas pas homicide dès l'origine. St jean

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile)

Répondre

Commentaire laissé par Anne-Françoise le

Depuis le début, en aucune façon, je n'ai et l'impression d'avoir des contenus cohérents.
Tout m'a semblé vide de sens, aucune allusion à la Divine Liturgie de nos Pères, rien de positif à mon humble avis.
Il a bien été prédit que nous irions vers une fausse religion, on ne parle que d'ouverture de l'église, non des âmes, on ne cite que des structures futures, abolition de la hiérarchie, le thème récurrent étant ouverture aux religions divers au LGBTQ+....... de la bénédiction des homosexuels.
Demain, bénira-t-on des transgenres?
Je trouve tout ceci très grave.
Il y a peu, le Pape avait demandé que la Tradition cesse ( si j'ai bonne mémoire) puis s'est rétracte.
Ce que dit Catherine Emmerich est hélas bien réel.
Que vont devenir tous les vrais chrétiens avec ces changements ?
Et la prêtrise féminine ! Le diaconat..... Où allons nous ?
Et lorsque les Sacramantaux auront disparu ?
Dans quels genre(!) de prêtres pourrons nous avoir confiance ?

Ce commentaire vous a-t-il été utile ?

Répondre

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 7 - 2 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Rome : le cardinal Müller déclare que le synode sur la synodalité est utilisé par certains pour préparer l'Église à accepter de faux enseignements.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 7 - 2 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

Le synode allemand contamine toute l'Église, sans que le Pape ne le freine

Diakonos.be - le

1.438 lectures 4 commentaires

Dans un récent entretien avec les directeurs des revues européennes de la Compagnie de Jésus, transcrit et publié par « La Civiltà Cattolica », le Pape François a dit ce qu'il pensait notamment du « chemin synodal » en Allemagne. Selon lui, « Le problème se pose lorsque la voie synodale vient des élites intellectuelles, théologiques, et est très influencée par des pressions extérieures », alors qu'en revanche, il faudrait le faire « avec les fidèles, avec le peuple ».

Lire la suite

Cardinal Hollerich : « L'Église doit changer, nous risquons de parler à un homme qui n'existe plus »

Belgicatho - le

1.034 lectures 5 commentaires

Dans une longue interview accordée au journal du Vatican, le cardinal Hollerich, président des évêques européens, théorise une « Église qui ne discrimine pas » dans laquelle il n'y a même plus besoin de se convertir.

Lire la suite

Coronavirus et l'Église : comment un saint pape a su faire face à la peste

LifeSiteNews - le

1.670 lectures 1 commentaire

21 février 2020 (Rorate Caeli) — Une mystérieuse aura entoure la crise du Coronavirus, ou Covid-19. En effet, nous ne connaissons ni ses origines ni les causes réelles de sa diffusion, ni même ses conséquences possibles. Ce que nous savons cependant, c'est que les pandémies ont toujours été considérées, à travers l'histoire, comme des châtiments divins, et le seul remède auquel a eu recours l'Église contre ceux-ci fut la prière et la pénitence.

Lire la suite