Quand le doute nous envahit


Commentaires (1)

Catégorie : Réflexions et méditations diverses

Auteur : Mark Mallett

Nombre de consultations : 1.170

Elle me fixa du regard comme si j'étais fou. Lors d'une conférence que je donnai récemment sur la mission d'évangélisation de l'Église et la puissance de l'Évangile, je remarquai une femme assise à l'arrière de la salle dont les traits étaient méprisants. De temps en temps, elle murmurait d'un air narquois à sa soeur assise à côté d'elle, avant de tourner à nouveau les yeux vers moi, le regard stupéfait. C'était difficile de ne pas la remarquer. Mais il était plus difficile encore de ne pas observer l'expression de sa soeur, qui était nettement différente ; ses yeux témoignaient d'une âme en recherche, tentant de digérer mes paroles, et cependant envahie par le doute.

Et en effet, quand vint l'après-midi et le temps des questions et réponses, cette jeune femme leva la main et me demanda : « Que faisons-nous si nous avons des doutes quant à l'existence de Dieu, quant à la réalité de ces choses ? » Ce qui suit sont quelques-unes des réflexions que je partageai avec elle...

La blessure originelle

Il est normal de douter, bien sûr (dans la mesure où il s'agit du lot commun à tout être humain de par notre nature déchue). Les Apôtres eux-mêmes qui virent pourtant de leurs propres yeux les miracles de Jésus, marchèrent à Ses côtés et collaborèrent à Sa mission, doutèrent de Sa Parole ; quand les femmes témoignèrent avoir retrouvé le tombeau vide, elles doutèrent [de la Résurrection du Seigneur] ; quand Thomas apprit que Jésus était apparu aux autres Apôtres, il douta (lire l'Évangile du 3 juillet 2019). Thomas ne crut qu'après avoir pu mettre sa main dans les plaies du Christ.

Ainsi, je lui demandai : « Pourquoi Jésus n'apparaît-il pas sur la terre pour que tout le monde puisse le voir ? Ensuite, nous pourrons tous croire, n'est-ce pas ? La réponse est que c'est parce qu'Il l'a déjà fait. Il a déjà marché parmi nous, guéri des malades, ouvert les yeux des aveugles et les oreilles des sourds, calmé leurs tempêtes intérieures, multiplié leur nourriture et même ressuscité leurs morts — et pourtant nous l'avons crucifié. Et si Jésus devait marcher parmi nous aujourd'hui, nous le crucifierions encore une fois. Pourquoi ? A cause de la blessure du péché originel dans le coeur humain. Le premier péché ne fut pas celui d'avoir mangé le fruit d'un arbre ; non, avant cela, ce fut le péché de la méfiance. Après tout ce que Dieu avait fait pour Adam et Eve, ceux-ci doutèrent de Sa parole et crurent au mensonge qui voulait leur faire croire qu'eux aussi pourraient peut-être devenir des dieux. »


« L'Amour n'est pas aimé ! » (Saint François d'Assise)

« Aussi, continuai-je, c'est pourquoi nous sommes sauvés "par le moyen de la foi" (Ep 2: 8). Seule la foi peut restaurer notre relation avec Dieu, et cela aussi est un don de Sa grâce et de Son amour. Si vous voulez savoir à quel point la blessure causée par le péché originel est profonde dans le coeur de l'homme, regardez la Croix. Vous y verrez la souffrance et la mort que Dieu lui-même a dû subir pour guérir cette blessure existentielle et nous réconcilier avec Lui. En d'autres mots, cet état de méfiance dans nos coeurs, cette plaie, a plutôt quelque chose de tragique. »

Heureux celui qui croit sans voir

En effet, il arrive que de temps en temps, Dieu se révèle à certaines âmes, comme Il le fit avec Saint Thomas, afin qu'elles puissent croire. Et ces « signes et miracles » deviennent également des signes pour nous. Tandis qu'il était en prison, Jean-Baptiste envoya un message à Jésus pour Lui demander : « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? » Jésus lui fit cette réponse :

Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et voyez : les aveugles voient et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui pour qui je ne suis pas une occasion de scandale !

Mt 11: 3-6

Ce sont des paroles si révélatrices. En effet, aujourd'hui, combien de personnes se scandalisent face aux faits miraculeux ? Même les catholiques, enivrés pour ainsi dire par un esprit de rationalisme, ont du mal à accepter la multitude des « signes et miracles » appartenant à notre héritage catholique. Ceux-ci nous sont donnés pour nous rappeler que Dieu existe. « Par exemple, » dis-je à cette jeune femme, « les nombreux miracles eucharistiques de par le monde, qui ne peuvent être expliqués [par la science]. Ils sont une preuve manifeste du sérieux de Jésus quand Il disait : « Je suis le pain de vie... ma chair est la vraie nourriture et mon sang la vraie boisson. Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui. » [1]

« Prenons par exemple le miracle eucharistique de Buenos Aires lors duquel l'Hostie s'est soudainement transformée en de la chair [humaine sanglante]. Après avoir été étudié par trois scientifiques, dont l'un était athée, ils découvrirent qu'il s'agissait de tissu cardiaque — le ventricule gauche pour être plus précis — la partie du coeur qui pompe le sang vers le reste du corps, le maintenant en vie. Deuxièmement, leurs médecins légistes déterminèrent qu'il s'agissait d'un homme qui fut soumis à une torture extrême et à une asphyxie (conséquence fréquente de la crucifixion). Enfin, ils constatèrent que le groupe sanguin (AB) correspondait à d'autres miracles eucharistiques survenus plusieurs siècles auparavant et qu'en réalité, les cellules sanguines étaient inexplicablement encore vivantes au moment du prélèvement de l'échantillon. » [2]

« La matière analysée est un fragment du muscle du coeur qui se trouve dans la paroi du ventricule gauche, près des valves. Ce muscle est responsable de la contraction du coeur. On doit se rappeler que le ventricule gauche du coeur agit comme une pompe qui envoie le sang à travers tout le corps. Le muscle cardiaque est dans un état d'inflammation et contient un nombre important de globules blancs. Ceci indique que le coeur était vivant au moment où l'échantillon a été prélevé. J'affirme que le coeur était vivant étant donné que les globules blancs meurent en dehors d'un organisme vivant. Ils ont besoin d'un organisme vivant pour les maintenir. Donc, leur présence indique que le coeur était vivant quand l'échantillon a été prélevé. Par ailleurs, ces globules blancs avaient pénétré les tissus, ce qui indique d'autant plus que le coeur avait été soumis à un stress intense, comme si son propriétaire avait été battu sévèrement au niveau de la poitrine. »

www.blogcathedraletunis.com (ajout de Pierre et les Loups)

Et moi, je suis avec vous (sous la forme eucharistique) tous les jours jusqu'à la fin du monde.

Mt 28: 20 (ajout de Pierre et les Loups)

« Ensuite, » ai-je ajouté, « il y a les corps de saints retrouvés incorruptibles à travers toute l'Europe. Certains d'entre eux semblent s'être seulement endormis. Pourtant, si vous laissez du lait ou de la viande sur une table pendant quelques jours, que se passera-t-il ? Des gloussements s'élevèrent dans la salle. « Bon, pour être honnête, les communistes athées avaient aussi leur "incorruptible" : Staline. Ils le déplaçaient dans un cercueil de verre afin que les foules puissent vénérer son corps sur la Place de Moscou. Mais, bien entendu, ils devaient ensuite le rentrer après quelques instants, parce que sa chair commençait à se décomposer malgré les agents de conservation et les produits chimiques qui lui étaient injectés. Les corps incorruptibles des saints catholiques, au contraire, tels que celui de Sainte Bernadette — ne sont pas conservés artificiellement. C'est tout simplement un miracle pour lequel la science n'a aucune explication... et pourtant, nous ne croyons toujours pas ? »

Elle me regarda alors avec un vif intérêt.

Rencontrer Jésus

« Néanmoins, » ajoutai-je, « Jésus déclara qu'après Son ascension au Ciel, nous ne le verrions plus. [3] Ainsi, le Dieu que nous adorons nous dit d'abord que nous ne devons pas nous attendre à le voir à la manière dont nous nous voyons les uns les autres ici sur terre. Mais, Il nous dit cependant comment nous pouvons le connaître. Et cela est d'une grande importance. Parce que si nous voulons savoir que Dieu existe, si nous voulons faire l'expérience de Sa présence et de Son amour, il nous faut venir à Lui selon Ses conditions, non pas les nôtres. Lui seul est Dieu après tout, et nous ne le sommes pas. Et quels sont Ses conditions ? Ouvrons le Livre de la Sagesse :

... cherchez-le avec un coeur simple, car il se laisse trouver par ceux qui ne le mettent pas à l'épreuve, il se manifeste à ceux qui ne refusent pas de croire en lui.

Sagesse de Salomon 1: 1-2

« Dieu se manifeste à ceux qui viennent à Lui avec foi. Et je me tiens devant vous pour vous témoigner que cela est vrai ; que même dans les moments les plus sombres de ma vie, quand je pensais que Dieu était à des millions d'années-lumière de ce que je vivais, un petit acte de foi, un mouvement vers Lui... m'ont permis de ressentir avec puissance et de façon inattendue Sa présence à mes côtés. » En effet, que dit Jésus de ceux qui croient en Lui sans le voir de leurs propres yeux ?

Heureux ceux qui croient sans avoir vu.

Jean 20: 29

« Mais nous ne devons pas le mettre à l'épreuve, c'est-à-dire agir par orgueil. "Si vous ne changez pas pour devenir comme de petits enfants, vous n'entrerez pas dans le royaume des Cieux." [4] Au contraire, dit le Psaume, "Tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un coeur [contrit et humilié]. [5] Dieu n'est pas [un prestidigitateur qui nous apparaîtrait d'un simple coup de baguette magique], ni un fantôme à qui l'on crierait de sortir de derrière son arbre et de se montrer. Si vous voulez une preuve de l'existence du Dieu de la Bible, alors ne demandez pas des preuves de l'existence du dieu qui n'est pas dans la Bible. Mais venez à Lui avec confiance en lui disant : « D'accord, Seigneur, je mettrai ma foi dans Ta parole et je ferai ce que Tu me demandes, même si je ne ressens rien... » C'est le premier pas nécessaire pour le rencontrer. Les sentiments viendront, les expériences viendront (la première expérience que nous pouvons attendre, et qui n'est pas de type sensible, est la transformation de notre coeur, de nos relations et des situations négatives que nous vivons et qui, sans l'aide de Dieu, sont souvent sans issue, ndt) — cela vient toujours, des centaines de millions de personnes en témoignent — mais à l'heure de Dieu et selon Ses modalités, comme Il l'entend. »

« Entre-temps, nous pouvons faire appel à notre raison pour déduire que l'univers qui nous entoure a obligatoirement pour origine Quelqu'un qui lui est extérieur ; qu'il existe des signes extraordinaires, tels que des miracles ou le corps de certains saints retrouvés incorruptibles, qui défient tout entendement ; et que ceux qui vivent en accord avec ce que Jésus nous a enseigné sont, statistiquement, les personnes les plus heureuses du monde. »

Après quoi, je la regardai dans les yeux et lui dis : « Plus que tout, ne doutez pas que vous êtes aimée. »

Mon enfant,
sache bien que tous tes péchés ne m'ont pas blessé aussi douloureusement le coeur
que ta méfiance actuelle ;
comment après tant d'efforts de mon amour et de ma miséricorde,
peux-tu demeurer incrédule devant ma bonté.

—Jésus à Sainte Faustine, La miséricorde divine dans mon âme, Petit Journal, n° 1486

Mark Mallett
When We Doubt


[1] Jn 6: 48, 55-56
[2] cf. www.blogcathedraletunis.com
[3] cf. Jn 20: 17 ; Actes 1: 9
[4] Mt 18: 3
[5] Ps 50 (51): 19

Notez cet article :
0/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
8


du courage
2


de la tristesse
0


de la peur
0


de la colère
0

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par Peyo brebis le

Je crois que l'athée est victime de son l'orgueil et se ment à lui-même.
En effet, n'importe qui peut admirer tous les jours trois miracles de Dieu.
À savoir, l'Univers, apparu il y environ 14 milliards d'années ; la vie terrestre, apparue il y a environ 4 milliards d'années ; l'espèce humaine, apparue il y a environ 4 millions d'années.
Ce sont des miracles évidents, car nul homme n'est capable de les réaliser.
Un athée est donc irrationnel, car il admire ce que peut créer un homme, mais il refuse d'admirer ce qui a pu créer l'Univers, la vie et l'homme.
Car il se sait potentiellement capable de créer ce qu'a créé un autre homme, mais il se sait incapable de créer ce qu'a créé Dieu.
Comme il ne peut nier l'existence de l'Univers, de la vie et de l'homme, il ne lui reste plus que la solution absurde de nier l'existence de Dieu.
Cette absurdité est le problème personnel de l'athée, mais cette croyance athée a des conséquences beaucoup plus graves que son absurdité, c'est l'absence de moralité.
L'athéisme ne propose aucun moralité, aucune définition du bien et du mal.
Chaque athée peut se créer sa propre moralité, il restera un bon athée, quelle que soit sa moralité.
Des athées sont par exemple favorables à l'avortement, d'autres athées sont défavorables, car l'athéisme ne propose aucune moralité.
Or, seul Dieu, comme Créateur peut savoir ce qui est bien ou mal par rapport à sa Création.
Donc seul Dieu peut nous fournir la moralité de sa Création, c'est-à-dire, son guide utilisateur, son guide de bon usage prescrit et de mauvais usage à éviter.
En inventant sa moralité personnelle, un athée devient lui-même son propre dieu, comme s'il rêvait d'être lui-même créateur de l'Univers, de la vie et de l'homme.

Ce commentaire vous a-t-il été utile ?

Répondre

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 5 - 3 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Quand le doute nous envahit.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 5 - 3 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

Reprise du culte – un protocole douteux

le

1.226 lectures 4 commentaires

Pourquoi il est impossible que des évêques aient rédigé le protocole suivant à propos de la reprise du culte en Belgique.

Dans l'épidémie de peur que nous vivons tous à cause de la pandémie du coronavirus, nous risquons d'agir comme des fonctionnaires et non comme des bergers... Pensez à toutes ces âmes qui se sentent terrifiées et abandonnées parce que nous, pasteurs, suivons les injonctions des autorités civiles — ce qui est juste dans ces circonstances pour éviter la contagion — alors que nous risquons de mettre de côté les injonctions divines — ce qui est un péché. Nous pensons à la manière des hommes et non de Dieu.

— PAPE FRANÇOIS, 15 mars 2020; Le Pape François demande pourquoi les catholiques ont le droit de se faire livrer une pizza mais pas de recevoir l'eucharistie

Lire la suite

Quand l'Église est mise au tombeau

Père Michel Rodrigue - le

1.417 lectures 1 commentaire

Le Père Michel Rodrigue partage le sens de certains passages de l'Évangile selon saint Matthieu, chapitre 24, dans la mesure où ceux-ci se rapportent à notre époque — c'est-à-dire, la fin des temps.

Lire la suite

« Oui à la bénédiction des couples homosexuels ». Quand le Vatican accélère.

Luisella Scrosati - le

1.116 lectures 14 commentaires

Avec la déclaration Fiducia supplicans, le Cardinal Fernández (Dicastère pour la Doctrine de la Foi) bénit toute forme d'union. Il suffit qu'aucun rituel ne soit organisé et qu'il ne soit pas confondu avec le mariage : l'apparence est sauve, la doctrine ne l'est pas.

Lire la suite