Pourquoi le Pape François et ses défenseurs continuent-ils à parler de schisme?


Commentaires (1)

Catégorie : Vie de l'Eglise

Auteur : LifeSiteNews

Nombre de consultations : 1.052

17 septembre 2019 (CatholicCulture.org) – Pourquoi parle-t-on de schisme ces temps-ci ? Qui donc a initié cette incroyable conversation et à qui cela profite-t-il ?

Photo : Le pape François à côté d'une statue de Martin Luther placée dans la salle Paul VI du Vatican. Octobre 2016

Traduction : Pierre et les Loups

Ross Douthat du New York Times admet avoir utilisé le terme "schisme" il y a longtemps, comme une possibilité théorique — qu'il considère aujourd'hui (à juste titre) comme peu probable [pour l'Église en Amérique]. Mais à présent, le Pape François parle calmement de la perspective d'un schisme et dit même que cela ne l'effraie pas — ce qui est effrayant en soi.

Comment en sommes-nous arrivés si loin, si vite ? Comment en sommes-nous parvenus au point où le journal le plus prestigieux du pays (le New York Times) avance l'idée selon laquelle les catholiques américains pourraient se séparer de l'Église universelle, et que le Pape considère cette éventualité comme une probabilité sérieuse ?

Les critiques américains du Pape ont-ils menacé de rompre avec Rome ? Jamais ! Bien au contraire, les critiques les plus éminents de ce pontificat insistent sur le fait qu'ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour préserver l'unité de l'Église universelle, pour maintenir leur fidélité à « tous ceux qui détiennent et enseignent la foi catholique qui nous vient des apôtres. » Le cardinal Raymond Burke, souvent cité comme chef d'une faction rebelle, s'est en fait engagé de façon répétée et catégorique à rester fidèle au pontife romain. On ne saurait provoquer un schisme en défendant la doctrine officielle de l'Église.

(Ce qui peut, par contre, provoquer un schisme est le fait pour des évêques d'organiser une réunion dans le but de tenter de modifier les enseignements de l'Église universelle, en ignorant les avertissements du Saint-Siège appelant à abandonner ce projet, source de divisions — comme le font en ce moment les dirigeants de la Conférence des évêques allemands. Pourtant, lorsque le New York Times parle d'un danger de schisme, la menace proviendrait [selon eux] de « certains conservateurs — en particulier aux États-Unis, » plutôt que des "progressistes" turbulants allemands.)

Je pose donc à nouveau la question : Comment en est-on arrivé à discuter d'une prétendue menace de schisme américain ? Et si vous suivez les conversations en cours sur les sites Internet catholiques, vous connaissez la réponse. La question a été soulevée — et promue, répétée et présentée comme une menace imminente — par les défenseurs [progressistes] les plus actifs et les plus agressifs du pape.

Ce qui soulève une autre question : Pourquoi ces [catholiques progressistes] sont-ils si désireux de parler de rupture avec le Pape ? Et encore une fois, je pense connaître la réponse.

Pourquoi le Président Lincoln a-t-il ordonné aux forces confédérées de bombarder Fort Sumter (cf. Guerre de Sécession) ? Parce qu'il savait que la guerre était imminente et qu'il souhaitait que la première offensive vienne des États du Sud. De façon similaire, les catholiques les plus "progressistes" reconnaissent qu'ils ne peuvent pas manigancer les changements radicaux qu'ils souhaitent sans provoquer au préalable une scission dans l'Église. Ainsi, ils veulent que les catholiques "orthodoxes" soient les premiers à se séparer [de Rome], leur laissant ensuite le champ libre pour mettre en œuvre leur propre agenda révolutionnaire.

Permettez-moi donc de conclure par un pressant appel à mes frères et soeurs catholiques, et plus particulièrement à mes amis les plus enthousiastes sur Internet. Ne mordez pas à l'hameçon. Nous ne voulons pas d'un schisme. Nous voulons — et œuvrons et prions pour — la préservation de l'unité catholique, une unité qui nous maintient en pleine communion non seulement avec l'Évêque de Rome et avec nos concitoyens catholiques du monde entier, mais également avec tous les fidèles catholiques des générations qui nous ont précédées. C'est notre Église : l'Église des apôtres et des saints et des martyrs, l'Église des pauvres pécheurs que nous sommes. Nous ne partons pas. Sûrement pas ; nous restons !

Publié sur le site de LifeSiteNews avec la permission de CatholicCulture.org.

Lire aussi :

Le fauteur potentiel d'un schisme siège au côté du pape

Le pape François dit ne pas "avoir peur" d'un schisme aux États-Unis

Pape François: « Je n'ai pas peur des schismes »

L'Église est-elle au bord d'un nouveau schisme ?

Des Etats-Unis et d'Allemagne, la contestation contre le pape François

L'Allemagne va vers le schisme

Source : leforumcatholique.org

National Catholic Register nous informe que les évêques allemands se pressent d'appliquer leur programme mis en évidence en Mars de cette année. Ils ont décidé de créer une assemblée synodale qui pourra contraindre l'Église allemande à appliquer les réformes qu'ils ont décidé de mettre en œuvre. A savoir :

  • traiter le problème des abus sexuels avec la remise en cause du célibat [des prêtres]
  • l'autorité et la séparation des pouvoirs
  • l'enseignement de l'Eglise sur la moralité sexuelle (LGBT)
  • le mode de vie sacerdotal
  • la réduction du pouvoir clérical conjointement au dévellopement du rôle des femmes au service des offices ecclésiastiques

L'Eglise catholique se délite donc et si les mesures sont adoptées bientôt (durant cet automne) on ne pourra que constater de facto la rebellion de l'Église allemande devant l'Eglise instituée par le Christ. Il s'agit ni plus ni moins d'une prise de pouvoir puisque les évêques auront une voie minoritaire dans cette assemblée. C'est bien nier l'Institution divine.

(...)

En juin, le Pape François a adressé une lettre à l'ensemble de l'Église en Allemagne, mettant en garde les évêques contre les « plans et mécanismes » qui pourraient se révéler « tout sauf utiles pour un chemin commun » pour l'Église. Le Pape a déclaré que toute "voie synodale" devrait faire l'objet d'une réflexion approfondie.

« Ce que cela signifie concrètement et comment cela se développe devra certainement être examiné de manière encore plus approfondie. », a écrit le Pape, rappelant aux Allemands que la synodalité « consiste à sortir ensemble avec toute l'Église sous la lumière du Saint-Esprit ».

(...)

En dépit de l'appel du Pape à une réflexion plus approfondie sur les mécanismes synodaux et un accent mis sur l'évangélisation fidèle, des responsables de la conférence des évêques allemands ont confié à la CNA (Catholic News Agency) que la conférence en était à la phase finale de la rédaction du document constitutif.

(...)

Alors que la réunion amazonienne est destinée à traiter un éventail de questions pastorales concernant la région, y compris des préoccupations environnementales, une grande attention a été accordée à la proposition d'autoriser une exception limitée au célibat sacerdotal dans la région en ordonnant des soi-disant viri probati, ou laïcs mariés, réputés avoir fait leurs preuves.

Le Pape François a insisté sur le fait que l'ordination des hommes mariés ne devrait pas être au centre de la réunion amazonienne. Mais un évêque allemand, Mgr Franz-Josef Bode, vice-président de la conférence des évêques allemands, a déclaré dans un entretien en 2018 que si l'ordination sacerdotale d'hommes mariés est autorisée pour les régions éloignées, les évêques allemands demanderont la même autorisation.

(...)

Le pape François a demandé aux évêques allemands de procéder en communion avec l'Église universelle. Les statuts de l'Assemblée synodale indiquent clairement que les évêques ont l'intention d'adopter des résolutions contraignantes sur des questions touchant à l'enseignement universel de l'Église.

Lire l'article complet sur leforumcatholique.org (ou en anglais sur ncregister.com)

Notez cet article :
(1 note reçue)
6/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
0


du courage
1


de la tristesse
15


de la peur
1


de la colère
0

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par Simon le

"Mais à présent, le Pape François parle calmement de la perspective d'un schisme et dit même que cela ne l'effraie pas — ce qui est effrayant en soi."

En réalité cela ne m'effraie pas non plus. François a conscience que l'Eglise a besoin d'être purifiée et que les divisions, permises par Dieu, sont inévitables mais ont la "vertu" de séparer le bon grain de l'ivraie ; séparer ceux qui rejettent la vérité révélée et mettent leur foi en l'esprit du monde (et ultimement qui se rangeront du côté de l'Antéchrist), et ceux qui mettent leur foi dans le Christ et vivent fidèlement selon Son enseignement.

"Nous faisons maintenant face à la confrontation finale entre l'Église et l'anti-église, entre l'Évangile et l'anti-évangile, entre le Christ et l'Antéchrist. Cette confrontation se situe dans les limites imposées par les desseins de la Divine Providence ; c'est une épreuve à laquelle toute l'Église... doit faire face."

— Cardinal Karol Wojtyla (JEAN-PAUL II), le 13 août 1976

Comme le disait le cardinal Ratzinger (Benoît XVI) :

"Pour moi, il est certain que l'Église va devoir affronter des périodes très difficiles. La véritable crise vient à peine de commencer. Il faudra s'attendre à de grands bouleversements. Mais je suis tout aussi certain de ce qu'il va rester à la fin : une Église, non du culte politique car celle-ci est déjà morte, mais une Église de la foi. Il est fort possible qu'elle n'ait plus le pouvoir dominant qu'elle avait jusqu'à maintenant, mais elle va vivre un renouveau et redevenir la maison des hommes, où ils trouveront la vie et l'espérance en la vie éternelle. »"

https://www.pierre-et-les-loups.net/le-jour-ou-joseph-ratzinger-a-predit-l-avenir-de-l-eglise-25.html

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile)

Répondre

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 8 - 2 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Pourquoi le Pape François et ses défenseurs continuent-ils à parler de schisme?.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 8 - 2 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

Un « schisme sâle » en Allemagne ? Alors que le processus synodal touche à sa fin, un groupe de laïcs met en garde contre « la pire issue possible »

National Catholic Register - le

1.003 lectures 5 commentaires

Sans une intervention décisive de Rome, les catholiques fidèles d'Allemagne risquent d'être poussés dans la « clandestinité », met en garde New Beginning (Neuer Anfang)

Lire la suite

François et l'Allemagne : le schisme sera-t-il déclaré ?

Belgicatho - le

812 lectures 2 commentaires

Les évêques allemands ont-ils commis le crime de schisme ? Le Saint-Siège le déclarera-t-il ?

Lire la suite

Je ne serai jamais un instrument de schisme

Mark Mallett - le

1.209 lectures 5 commentaires

L'un des passages les plus émouvants des évangiles, et sans doute celui auquel nous pouvons le plus facilement nous identifier, est le moment où Jésus remplit les filets de pêche de Pierre presque jusqu'à se déchirer. Pierre est si ému par la puissance et la présence du Seigneur, qu'il se met à genoux et déclare :

Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur.

Lc 5: 8

Lire la suite