La guerre contre la création – Partie 1


Commentaires (0)

Catégorie : Science, santé et technologies

Auteur : Mark Mallett

Nombre de consultations : 752

Cela fait maintenant plus de deux ans que je discerne la nécessité d'écrire cette nouvelle série d'articles. J’ai déjà abordé certains aspects, mais dernièrement, le Seigneur m’a donné le feu vert pour proclamer avec audace cette parole que je ressens dans mon coeur. Le véritable signal fut pour moi les lectures de la messe de ce 9 novembre 2023, que je mentionnerai en fin d'article...

Traduction d'un article de Mark Mallett, The War on Creation – Part I

Une guerre a été déclarée contre la création, qui est en fin de compte une guerre contre le Créateur lui-même. Cette attaque est massive et agit en profondeur, depuis le plus petit microbe jusqu’au sommet de la création, à savoir l’homme et la femme créés « à l’image de Dieu ».

Il est intéressant de remarquer que l'Écriture utilise le symbole du serpent ou du dragon pour représenter Satan, le père du mensonge dont Jésus disait qu'il était « meurtrier dès le commencement » (Jean 8: 44). Tous deux sont connus pour injecter du venin à leurs victimes afin de les tuer et même de les dévorer. [1]

Bien sûr, le poison spirituel de Satan est le pire, car il est capable de tromper et tuer l'âme. Mais c'est une erreur de croire que son activité se limite au plan spirituel. Satan déteste la création parce qu'elle est le reflet de Dieu lui-même :

Depuis la création du monde, on peut voir avec l’intelligence, à travers les œuvres de Dieu, ce qui de lui est invisible : sa puissance éternelle et sa divinité.

Rm 1: 20

Par conséquent, l’ennemi attaque tout autant notre corps et notre santé.

... celui qui attente à la vie de l'homme attente en quelque sorte à Dieu lui-même.

— PAPE JEAN-PAUL II, Evangelium Vitae, n° 9 ; vatican.va

La création est comme un « cinquième évangile » qui renvoie au Créateur. En fait, beaucoup d'âmes ont commencé à cheminer vers le cœur de Dieu par le biais d'une rencontre avec Lui à travers la nature. La création est, comme le dit le distillateur d’huiles essentielles Brett Packer, une « empreinte digitale divine ».

Alors que que l'ère en cours touche à sa fin et que nous entrons dans ce que Jean-Paul II appelait « la confrontation finale entre l’Église et l’anti-Église, entre l’Évangile et l’anti-Évangile, entre le Christ et l’Antichrist » [2], nous percevons qu’il s’agit essentiellement d’une guerre apocalyptique entre la « culture de la vie » et la « culture de la mort ». 

Cette lutte est en corrélation avec le combat apocalyptique décrit dans (Ap 11: 19-12: 1-6). Les luttes de la mort contre la vie : une « culture de mort » cherche à s'imposer à notre désir de vivre et de vivre pleinement...

— Pape Jean Paul II, Homélie au Parc d'État de Cherry Creek, Denver, Colorado, 15 août 1993 ; vatican.va

Pas seulement la vie humaine, mais toute la création...

L'émergence des « sorciers »

Compte tenu de ce que nous avons vécu au cours des quatre dernières années, deux passages des Saintes Écritures me paraissent tout à coup absolument criants d'actualité. Deux passages qui se juxtaposent de façon remarquable dans le Livre de l'Apocalypse. La ligne de démarcation entre ceux-ci est la mort de la bête ou « antéchrist » qui marque le début, non pas de la fin du monde, mais d'une période de paix et de renouveau (cf. Ap 19 : 20 — 20 : 4).

Votre divine loi est transgressée ; Votre Évangile est abandonné ; les torrents d'iniquité inondent toute la terre et entraînent jusqu'à Vos serviteurs ; toute la terre est désolée ; l'impiété règne en maître... Tout deviendra-t-il, à la fin, comme Sodome et Gomorrhe ? Vous tairez-Vous toujours ? Tolérerez-Vous toujours tout ceci ? Ne faut-il pas que Votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel, et que Votre règne arrive ? N'avez-Vous pas montré par avance à quelques âmes, qui Vous sont chères, une future rénovation de Votre Eglise ?

— St Louis de Montfort, Prière pour demander à Dieu des Missionnaires, n° 5

Le premier passage de l'Écriture, que vous m'avez déjà vu citer, est tiré du livre de l'Apocalypse, au chapitre 18, verset 23 :

... tes marchands étaient les magnats de la terre, et tes sortilèges égaraient toutes les nations ! (Certaines versions traduisent "potions magiques")

Le mot grec pour « sorcellerie » ou « potions magiques » est φαρμακείᾳ (pharmakeia) — « l'usage de médecine, drogues ou sortilèges. » Le mot que nous utilisons aujourd'hui pour « médicaments », produits pharmaceutiques, vient de là.

Ce qui s’est produit après qu'une « pandémie » fut déclarée au début de l'année 2020 est tout simplement extraordinaire. Une thérapie génique expérimentale à ARNm [3] — rebaptisée « vaccin » — fut déployée auprès des citoyens qui, à leur tour, se sont vus contraints en de nombreux endroits, de choisir entre l'injection... ou leur emploi, leur liberté de mouvement et l'accès aux entreprises.

Bayer est l'une des plus grandes sociétés pharmaceutiques au monde (elle possède le producteur de vaccins Merck, qui fut poursuivi en 2010 pour un vaccin qui pourrait en fait causer les oreillons et la rougeole ; et ils ont racheté Monsanto, le plus grand producteur mondial d'herbicide glyphosate... Roundup — désormais lié au cancer). Le directeur de Bayer, Stefan Oelrich, s'est vanté du succès du déploiement de cette nouvelle thérapie génique — au moment même où les effets indésirables et les décès dus à cette injection s'accumulaient à travers le monde. [4]

... si nous avions interrogé le public il y a deux ans : « Seriez-vous prêt à suivre une thérapie génique ou cellulaire et à l'injecter dans votre corps ? », nous aurions probablement eu un taux de refus de 95 %. 

— Cérémonie d'ouverture, Sommet mondial de la santé, 2021 ; YouTube

Le PDG de Moderna a déclaré sans ambages que cette technologie « pirate en fait le logiciel de la vie » [5]. Nos concitoyens le savaient-ils au moment de retrousser leurs manches ?

Voici ce qu'il faut savoir : ces thérapies géniques, dont il a été démontré qu'elles modifient l'ADN [6], vont devenir obligatoires une fois que les identifiants numériques et les passeports vaccinaux seront déployés, ce que les pays du G20 ont déjà approuvés [7]. En d’autres termes, les sociétés pharmaceutiques et les riches philanthropes qui les financent auront un contrôle massif sur la population humaine — accomplissant à la lettre le fameux passage du livre de l'Apocalypse.

Retourner à la création

Après la mort de l'Antéchrist, saint Jean reçoit en vision un aperçu du Ciel, puis de la Nouvelle Jérusalem — c'est-à-dire de l'Église renouvelée, qui lui apparaît symboliquement comme une grande cité. Il convient de noter en particulier ce passage :

Puis l’ange me montra l’eau de la vie : un fleuve resplendissant comme du cristal, qui jaillit du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de la place de la ville, entre les deux bras du fleuve, il y a un arbre de vie qui donne des fruits douze fois [l'an] : chaque mois il produit son fruit ; et les feuilles de cet arbre sont un remède pour les nations.

Ap 22: 1-2

Tout au long des pages du livre de l'Apocalypse, saint Jean oscille entre les visions de l'Église triomphante au Ciel et de l'Église militante en pèlerinage sur terre. Cela semble être le cas ici. D’une part, l’éternité est intemporelle, mais saint Jean parle, dans ce passage, d’« années » et de « mois ». Deuxièmement, les feuilles des arbres servent de « remèdes ». Mais aurons-nous besoin de médicaments au Ciel ? Il semble donc qu’il s’agisse d’une vision de l’Épouse purifiée du Christ, « vivant dans la Divine Volonté », dans son stade final avant la fin du monde.

Soudain, le contraste de ces deux passages des Écritures met en évidence un aspect crucial de cette « confrontation finale » : il s’agit d’une bataille entre l’alchimie de Satan au nom des « soins de santé » et les soins que Dieu a prévus pour notre santé, à travers la nature elle-même. 


La lavande, connue pour guérir les brûlures et un remède contre une variété de maladies
allant de l'insomnie et de l'anxiété à la fatigue, aux infections fongiques et à la perte de cheveux.

Depuis la nuit des temps, l'homme a découvert les bienfaits de la création, non seulement à travers la beauté des plantes et la protection qu'offrent les arbres contre les ardeurs du soleil, mais aussi dans leurs propriétés curatives. Ces bienfaits sont utilisés non seulement en cataplasmes ou en bouillons, mais aussi en distillant « l'essence » même des plantes et des arbres pour en extraire des huiles. Les Saintes Écritures sont claires à ce sujet :

Il y a un trésor précieux et de l'huile dans la demeure du sage... (Pr 21: 20 ; B. de Jérusalem)

Le Seigneur a créé les plantes médicinales, l’homme avisé ne les méprise pas. (Si 38: 4)

Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède. (Ez 47: 12)

... les feuilles de cet arbre sont un remède pour les nations. (Ap 22: 2)

Ecouter : Les Plantes Médicinales dans la Bible : Remèdes et Sagesse Ancienne

Dans une parabole, Jésus parle du « Bon Samaritain » qui désinfecte et soigne les blessures en versant sur elles « de l’huile et du vin ». [8]

Le Français feu Henri Viaud était considéré comme le « père moderne de la distillation » des plantes. Un jour, il demande au jeune Américain Gary Young, qui vient tout juste de découvrir les huiles essentielles, ce qu'elles représentent pour lui. Gary lui répondit : « Je crois que les huiles essentielles sont la substance physique et tangible qui porte le plus intimement l'esprit de Dieu sur terre. » [9] Pointant Gary du doigt, il dit avec son fort accent : « Vous avez raison, et quiconque fait un mauvais usage de ces huiles devrait être traité comme un criminel. »

La guerre contre la création

Quand j'ai écrit Se réapproprier la création de Dieu il y a plus de trois ans, ce sujet m'enthousiasmait autant qu'il ne le fait aujourd’hui. En seulement une centaine d'années, nos générations soi-disant « éclairées » ont échangé les bienfaits des dons de Dieu dans la création contre des contrefaçons synthétiques qui tentent d'imiter ce que l'on trouve dans la nature afin de pouvoir fabriquer leurs "médicaments" à grande échelle et à une fraction du coût. Ce faisant, des institutions telles que la FDA (Food and Drug Administration) aux États-Unis ou Santé Canada, souvent composées d'anciens dirigeants de l'industrie pharmaceutique dans leurs conseils d'administration, ont pris le contrôle de l'industrie de la santé. Par conséquent, nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation où la vente de cigarettes est légale mais celle du lait cru est interdite ; où une large gamme de produits de santé voient leurs ventes restreintes tandis que les produits chimiques, les additifs, le glyphosate, les antibiotiques, les conservateurs, les vaccins et une myriade d’autres composés non naturels pénètrent sans difficulté dans notre approvisionnement alimentaire et pharmaceutique.

Plus tôt cette année, le gouvernement canadien a adopté de manière inquiétante le projet de loi C-47 pour donner à Santé Canada davantage de contrôle sur les produits de santé naturels (comme si les produits naturels constituaient une menace majeure pour la santé humaine !). Beaucoup de professionnels des soins de santé naturels craignent que cela n’écrase l’industrie et empêche l’accès à ces produits.

Ces nouvelles politiques sur les suppléments de santé sont si dramatiques que plusieurs fabricants de suppléments, en particulier les petites entreprises, affirment qu'il sera tout simplement trop coûteux et trop lourd de continuer à faire des affaires au Canada. Les détaillants, les distributeurs, les professionnels de la santé et les citoyens ordinaires pensent qu'il s'agit d'une attaque d'Ottawa contre les choix personnels en matière de santé, et il existe une réelle inquiétude quant au fait que de nombreux PSN [produits de santé naturels] dont dépendent les gens deviendront indisponibles pour les Canadiens.

— Tracy Gray, députée du comté de Kelowna-Lake, tracygraymp.ca

Mais apparemment, c'est très bien, voire même nécessaire, disent-ils, de nous injecter, à nous-mêmes et à nos enfants, des thérapies géniques expérimentales à base d'ARNm contenant des nanoparticules lipidiques toxiques. [10] Voyez-vous à quel point tout ceci est complètement absurde ? L'ensemble du système est conçu pour bénéficier aux « grandes sociétés pharmaceutiques » (Big Pharma) tout en interdisant les bienfaits de la création de Dieu.

Malheureusement, l’un des plus grands mensonges de notre époque est que le « changement climatique » constitue la plus grande menace pour l’existence humaine. Mais plus de 1600 scientifiques, dont plusieurs lauréats du prix Nobel, ont courageusement rejeté ce récit, soulignant ses modèles informatiques erronés et ses données carrément frauduleuses couplées à de la pseudo-science. [11] La vraie crise est que l’humanité est littéralement empoisonnée : depuis l’air que nous respirons jusqu’à ce qui se retrouve dans notre nourriture et notre eau, en passant par les produits de beauté, les ustensiles de cuisine, les produits de soins corporels, les jouets, etc. Ce n'est rien d'autre qu'une entreprise d'empoisonnement massif. Et pourtant, c'est le dioxyde de carbone — ce gaz naturel qui rend les plantes plus vertes et plus riches en vitamines et minéraux — qui est aujourd'hui appelé « poison ». Même le Vatican a répété ce mensonge tout à fait scandaleux. [12]

Prendre soin du Sanctuaire de Dieu

La vérité est que la création de Dieu est capable de guérir et de régénérer le corps au-delà de ce que nous pouvons imaginer (nous en parlerons plus en détail dans la suite de cette série). Mais nous ne pouvons parler de ces choses qu’à voix basse. Et cela nous amène aux lectures de la messe d'aujourd'hui [9 novembre].

La première lecture cite un passage du livre d'Ézéchiel, qui est ensuite repris dans l'Apocalypse :

Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède.

Ezekiel 47: 12

Dans la deuxième lecture, saint Paul demande :

Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?

1 Co 3: 16

Trop souvent, les catholiques se concentrent uniquement sur la « vie spirituelle » au détriment de leur corps. Même certains saints traitaient brutalement leurs sanctuaire, à la limite d’une vision gnostique du corps. [13] Pourtant, le Catéchisme de l'Eglise catholique nous le rappelle :

Le corps de l'homme participe à la dignité de « l'image de Dieu » : il est corps humain précisément parce qu’il est animé par l’âme spirituelle, et c’est la personne humaine toute entière qui est destinée à devenir, dans le Corps du Christ, le Temple de l’Esprit... Il est donc interdit à l’homme de dédaigner la vie corporelle. Mais au contraire il doit estimer et respecter son corps qui a été créé par Dieu et qui doit ressusciter au dernier jour.

— CEC, n° 364

Aujourd’hui, Satan déchaîne une attaque sans précédent contre la création — une guerre contre notre corps. Les plantes curatives que Dieu a mis à notre disposition (en particulier sous forme d'huiles essentielles, qui sont si puissantes) ont été conçues pour la protection, le renforcement et la restauration de notre corps. À l'inverse, l'objectif subversif de l'ennemi est d'empoisonner et de détruire nos corps par pure haine et jalousie de nous voir créés à l'image de Dieu. Plus tôt nous le reconnaîtrons, plus vite nous pourrons prendre des mesures pour honorer, dignifier, fortifier et même guérir notre corps, précisément pour que nous soyons des témoins pleinement intégrés du Royaume de Dieu...

Mark Mallett
The War on Creation – Part I


[1] Le dragon indonésien de Komodo se cache, attendant le passage de ses proies, puis les frappe avec son venin mortel. Lorsque la proie a été paralysée par son poison, le Komodo revient pour l'achever. De même, ce n'est que lorsque les sociétés auront complètement succombé aux mensonges et aux tromperies empoisonnées de Satan que celui-ci se manifeste enfin, et porte le coup de grâce — c'est-à-dire la mort.

[2] Le cardinal Karol Wojtyła (JEAN-PAUL II), au Congrès eucharistique de Philadelphie, PA, pour la célébration du bicentenaire de la signature de la Déclaration d'indépendance ; certaines citations de ce passage incluent les mots « le Christ et l'Antéchrist » comme ci-dessus. Le diacre Keith Fournier, un participant, le rapporte comme ci-dessus ; cf. Catholic Online; 13 août 1976

[3] « Actuellement, l'ARNm est considéré comme un produit de thérapie génique par la FDA (Food and Drug Administration). » — Déclaration d'enregistrement de Moderna, p. 19, sec.gov ; lire ARNm : vaccins ou thérapie génique ?

[4] cf. The Tolls

[5] cf. TED talk

[6] Le 19 octobre 2023, Santé Canada a confirmé la présence d'une contamination par l'ADN dans les vaccins COVID-19 de Pfizer, et a également confirmé que Pfizer n'avait pas divulgué la contamination à l'autorité de santé publique. Voir ici. Moderna contient également de l'ADN : voir ici.

« On nous a dit que les vaccins à ARNm du SRAS-CoV-2 ne peuvent pas être intégrés dans le génome humain, car l'ARN messager ne peut pas être retransformé en ADN. C'est faux. Il existe dans les cellules humaines des éléments appelés rétrotransposons LINE-1, qui peuvent en effet intégrer l'ARNm dans un génome humain par transcription inverse endogène. Étant donné que l'ARNm utilisé dans les vaccins est stabilisé, il persiste à l'intérieur des cellules plus longtemps, ce qui augmente les chances que cela se produise. Si le gène du SARS-CoV-2 Spike est intégré dans une partie du génome qui n'est pas silencieuse et exprime réellement une protéine, il est possible que les personnes qui prennent ce vaccin expriment en continu le SARS-CoV-2 Spike à partir de leurs cellules somatiques. Pour le reste de leur vie. En inoculant aux gens un vaccin qui provoque l'expression par leurs cellules des protéines Spike, on leur inocule une protéine pathogène. Une toxine qui peut provoquer une inflammation, des problèmes cardiaques et un risque accru de cancer. À long terme, elle peut également potentiellement conduire à une maladie neurodégénérative prématurée. Absolument personne ne devrait être contraint de prendre ce vaccin en aucune circonstance, et en réalité, la campagne de vaccination doit être arrêtée immédiatement. » — Institut pour le renseignement à but non lucratif sur l'émergence du coronavirus, The Spartacus Letter, p. 10. Voir aussi Zhang L, Richards A, Khalil A, et al. « ARN SARS-CoV-2 rétrotranscrit et intégré dans le génome humain », 13 décembre 2020, PubMed ; « Une étude du MIT et de Harvard suggère qu'un vaccin à ARNm pourrait finalement bel et bien altérer définitivement l'ADN » Rights and Freedom, 13 août 2021 ; « Transcription inverse intracellulaire du vaccin à ARNm Pfizer BioNTech COVID-19 BNT162b2 in vitro dans une lignée cellulaire de foie humain », Markus Aldén et. Al, mdpi.com ; « Homologie MSH3 et lien potentiel de recombinaison avec le site de clivage de la furine SARS-CoV-2 », frontiersin.org ; cf. « La fraude à l'injection — ce n'est pas un vaccin » — Solari Report, 27 mai 2020. Enfin, une étude suédoise de 2022 a confirmé que les vaccins Pfizer ont la propension à altérer l'ADN. Voir l'étude ici.

[7] 12 septembre 2023, epochtimes.com

[8] Luc 10: 34

[9] D. Gary Young, The World Leader in Essential Oils, p. 21

[10] « Nos nanoparticules lipidiques (NPL) pourraient contribuer, en tout ou en partie, à un ou plusieurs des éléments suivants : réactions immunitaires, réactions à la perfusion, réactions au complément, réactions d'opsonation, réactions aux anticorps... ou une combinaison de celles-ci, ou réactions au PEG (polyéthylène glycol) ... » — 9 novembre , 2018 ; Moderna Prospectus

[11] cf. Hot Air Behind the Wind

[12] cf. The Second Act

[13] Le gnosticisme considérait le corps et la matière comme intrinsèquement mauvais.

Notez cet article :
(17 notes reçues)
9/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
9


du courage
33


de la tristesse
9


de la peur
1


de la colère
2

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Partagez votre opinion

Aucun commentaire n'a encore été déposé.

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 6 + 5 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article La guerre contre la création – Partie 1.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 6 + 5 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

La Prophétie à Rome - Partie 4

Mark Mallett - le

1.851 lectures 0 commentaire

Dans cet épisode, Mark Mallett explique les mots difficiles de Jésus, qui nous parle de bouleversements et d'une purification qui arrivent dans le monde et dans l'Eglise, en analysant cette prophétie à la lumière des avertissements des derniers Papes pour notre temps.

Lire la suite

La grande apostasie - Partie II

Michael O'Brien - le

1.413 lectures 2 commentaires

Le Catéchisme de l'Église catholique définit l'hérésie comme une « négation obstinée, après la réception du baptême, d'une vérité qui doit être crue de foi divine et catholique, ou le doute obstiné sur cette vérité. L'apostasie est le rejet total de la foi chrétienne. » [1]

Lire la suite

Une nation de lâches - partie 2

Mark Mallett - le

974 lectures 3 commentaires

Le silence des Canadiens, associé aux faux espoirs qu'ils mettent dans les chefs du gouvernement, conduit notre société vers un État totalitaire. Voici pourquoi ce n'est pas une exagération…

Lire la suite