La grande fissure


Commentaires (2)

Catégorie : Église et papauté

Auteur : Mark Mallett

Nombre de consultations : 863

La déclaration du Vatican selon laquelle les couples « homosexuels » et « irréguliers » peuvent recevoir une bénédiction a créé une profonde fissure dans l'Église et soulève des questions quant à savoir s'il s'agit d'un acte authentique du magistère. Est-ce la raison pour laquelle la Sainte Vierge nous a demandé de rester fidèles au « véritable magistère » ?

Nihil innovetur, nisi quod traditum est.
« Qu'il n'y ait pas d'innovation au-delà de ce qui a été transmis. »

— PAPE Saint Étienne Ier (+ 257)

Traduction d'un article de Mark Mallett du 4 janvier 2024, « The Great Fissure »

L'autorisation accordée aux prêtres par le Vatican de donner des bénédictions aux « couples » de même sexe et à ceux qui entretiennent des relations « irrégulières » a créé une profonde fissure au sein de l'Église catholique.

Quelques jours après son annonce, des continents presque entiers (ex, Afrique), des conférences épiscopales (par exemple Hongrie, Pologne), des cardinaux et des ordres religieux ont rejeté le langage contradictoire de Fiducia Supplicans (FS). Selon un communiqué de presse de Zenit ce matin, « 15 conférences épiscopales d'Afrique et d'Europe, ainsi qu'une vingtaine de diocèses dans le monde, ont interdit, limité ou suspendu l'application du document sur le territoire diocésain, soulignant la polarisation existante autour de ce document. » [1]

... Il sera un signe de contradiction – ... ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d'un grand nombre.

Luc 2: 34-35 (ajout) ; lire L'année qui vient sera l'année de la Révélation

La Déclaration, prétendument signée par le Pape, était également en contradiction avec sa précédente déclaration magistérielle deux ans auparavant en réponse à une question (dubia) demandant si les unions homosexuelles pouvaient être bénies. La réponse fut alors un non ferme : seuls les individus pouvaient demander une bénédiction puisque bénir le couple « manifesterait l'intention non pas de confier à la protection et à l'aide de Dieu certaines personnes individuelles... mais d'approuver et d'encourager un choix et une pratique de vie qui ne peuvent être reconnus comme étant objectivement ordonnés aux desseins révélés de Dieu. »

Lire Avons-nous franchi un cap ?

La réponse à la proposition de dubium [« L'Église dispose-t-elle du pouvoir de bénir des unions de personnes du même sexe ? »] n'exclut pas l'octroi de bénédictions individuelles aux personnes à tendance homosexuelle qui manifestent le désir de vivre en fidélité aux desseins révélés de Dieu, comme le propose l'enseignement de l'Église, mais elle déclare illicite toute forme de bénédiction qui tend à reconnaître leurs unions.

Responsum de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi à un dubium au sujet de la bénédiction des unions de personnes du même sexe, 22 février 2021

Cependant, FS tente de légitimer de telles bénédictions en remplaçant le mot « union » par « couple », justifiant par là même « la possibilité de bénir les couples en situation irrégulière et les couples de même sexe, sans valider officiellement leur statut ni modifier en quoi que ce soit l'enseignement pérenne de l'Église sur le mariage. » [2] Mais le clergé aux quatre coins du monde a immédiatement dénoncé ce jeu de mots, le qualifiant de « double langage » [3], de « sophisme » [4] de « tromperie » et de « ruse ». [5]

Je me souviens qu'au moment où l'on discutait de la loi trans, nous étions en procession à la paroisse Saint-Ignace et des personnes trans sont venues me demander ma bénédiction et je leur ai donné une bénédiction. [C'est] une autre chose... de bénir un couple homosexuel. Là, ce n'est plus la bénédiction des personnes, mais celle du couple, et toute la tradition de l'Église, même un document d'il y a deux ans, dit que ce n'est pas possible.

— Cardinal Daniel Sturla, archevêque de Montevideo, Uruguay, 27 décembre 2023, Catholic News Agency

Puisque le document traite les partenaires précisément sous l'aspect de la relation, dont l'activité déterminante est intrinsèquement et gravement mauvaise, il inclut dans le champ de la bénédiction un objet qui ne peut pas être béni.

— Dr Christopher Malloy, président et professeur de théologie à l'Université de Dallas, 30 décembre 2023 ; catholicworldreport.com

En fait, Jean-Paul II avait mis en garde contre la tentative séculière de donner un sens au mot « couple » dissocié des différences sexuelles :

La valeur de l'indissolubilité du mariage est de plus en plus méconnue ; on revendique des formes de reconnaissance légale des unions de fait, les mettant sur le même plan que les mariages légitimes ; on observe même des tentatives visant à faire accepter des modèles de couples où la différence sexuelle ne serait plus essentielle.

Ecclesia in Europa, n° 90, 28 juin 2003

D'autres encore, comme les évêques canadiens, ont émis une interprétation beaucoup plus positive : « Le principe directeur de la Déclaration est le fait que la demande même d'une bénédiction représente une ouverture à la miséricorde de Dieu et peut être une occasion pour une plus grande confiance en Dieu. » [6] Cependant, cela présuppose que le couple — déjà dans un état de péché objectif et grave — recherche en fait la miséricorde de Dieu. Et si tel est le cas, cela soulève une autre question :

Pourquoi demandent-ils cette bénédiction en tant que couple, et non en tant que personne seule ? Bien sûr, une personne seule qui a ce problème d'affection homosexuelle peut venir demander une bénédiction pour vaincre les tentations, pour pouvoir, avec la grâce de Dieu, vivre chastement. Mais en tant que personne seule, elle ne viendra pas avec son partenaire — ce serait une contradiction dans sa manière de vivre selon la volonté de Dieu.

— Mgr Athanasius Schneider, 19 décembre 2023 ; youtube.com

Déformation de l'autorité papale

Il semble que presque tous les jours, la nouvelle d'un autre évêque rejetant FS fasse la une des journaux. [7] En fait, le rite oriental de l’Église catholique a catégoriquement dit « non » à ce que FS appelle un « nouveau développement » dans la pratique des bénédictions. [8] Cette situation a déclenché une crise sans précédent, où des évêques résistent à un document signé par le pape, qu’ils jugent « impossible » à mettre en œuvre tel qu’il est écrit.

Mais une poignée de commentateurs influents sur les réseaux sociaux s'est mis à attaquer tout membre du clergé ou laïc qui exprime ses inquiétudes face au langage contradictoire de FS. Ils prétendent que le Magistère (de François) a parlé, qu’il doit être obéi sans réserve, et qu’un pape ne peut pas se tromper même dans son « magistère ordinaire ».

Cependant, leurs arguments sentent l'ultramontanisme, une hérésie moderne qui voit les pouvoirs pontificaux de façon grandement exagérée, déplaçant les limites du charisme d'infaillibilité du pape.

Le Catéchisme de l'Eglise catholique affirme :

De cette infaillibilité, le Pontife romain, chef du collège des évêques, jouit du fait même de sa charge quand, en tant que pasteur et docteur suprême de tous les fidèles, et chargé de confirmer ses frères dans la foi, il proclame, par un acte définitif, un point de doctrine touchant la foi et [la morale].

— CEC, n° 891 ; cf. Code de droit canonique, n° 749

On parle d'acte ex cathedra — depuis la Chaire de Saint Pierre — et il s'agit d'un acte rare. Bien sûr, l’inverse est alors vrai : un pape peut donc être faillible lorsqu’il exerce le reste de son autorité enseignante ou « magistérielle ». [9]

Un de ces cas dans l’histoire de l’Église est celui du Pape Honorius qui suggéra que le Christ n’avait qu’une « seule volonté » (l’Église, plus tard, a affirmé comme doctrine les « deux volontés » du Christ). Le Pape Agathon (678-681) condamnera plus tard les propos d’Honorius. Néanmoins, voici un exemple où un pape peut effectivement manquer de clarté, être ambigu, se tromper et avoir besoin d’une correction filiale. Le dernier cas d'erreur théologique commise par un pape fut celui de Jean XXII (1316-1334) lorsqu'il enseigna sa théorie selon laquelle les saints ne jouiraient de la vision béatifique qu'après le Jugement dernier, lors du second Avènement du Christ. Mgr Athanasius Schneider note que ce cas particulier fut traité à l'époque de la façon suivante : il y avait des admonitions publiques (Université de Paris, roi Philippe VI de France), une réfutation des fausses théories papales faites à travers des publications théologiques et une correction fraternelle. au nom du cardinal Jacques Fournier, qui devint finalement son successeur en tant que Pape Benoît XII (1334-1342). [10]

Enfin, à notre époque, les commentaires et opinions au sujet des vaccins ou du changement climatique ne constituent pas un enseignement de l'Église et ne sont pas moralement contraignants pour les fidèles chrétiens, car ils ne relèvent pas de la compétence ecclésiale. [11]

Le pape ne peut pas commettre d'hérésie lorsqu'il parle ex cathedra, c'est un dogme de foi. Dans ses enseignements ne relevant pas de ses déclarations ex cathedra, cependant, il peut commettre des ambiguïtés doctrinales, des erreurs et même des hérésies. Et comme le pape n'est pas identique à l'Église tout entière, l'Église est plus forte que les erreurs ou hérésies d'un seul pape. Dans un tel cas, il faut le corriger respectueusement (en évitant la colère purement humaine et les propos irrespectueux), lui résister comme on résisterait à un mauvais père de famille. Pourtant, les membres d’une famille ne peuvent pas déclarer leur mauvais père déchu de sa paternité. Ils peuvent le corriger, refuser de lui obéir, se séparer de lui [*], mais ils ne peuvent pas le déclarer destitué.

— Mgr Athansius Schneider, 19 septembre 2023 ; onepeterfive.com

[*] pas un schisme, mais évidemment une séparation de ce qui n'est pas en accord avec la Tradition sacrée.

Alors que certains s'opposent à l'affirmation selon laquelle un pape peut être hérétique [12], le Catéchisme affirme clairement qu'un pape peut commettre certaines erreurs de par sa faillibilité en dehors de ses actes ex cathedra qui peuvent nécessiter une correction filiale de la part de ceux chargés de l’interprétation de la Parole de Dieu.

La charge d’interpréter authentiquement la Parole de Dieu a été confiée au seul Magistère de l’Église, au Pape et aux évêques en communion avec lui.

— CEC, n° 100

Mais les néo-ultramontanistes affirment avec insistance que les évêques doivent se soumettre à tout ce que dit le Saint-Père — même si cela pose des problèmes théologiques. Ils citent le Pape Léon XIII, qui écrivait :

Voilà pourquoi le Pontife doit pouvoir juger avec autorité de ce que renferme la parole de Dieu, décider quelles doctrines concordent avec elle et quelles doctrines y contredisent. De même, dans la sphère de la morale, [il lui appartient] de déterminer ce qui est bien, ce qui est mal, ce qui est nécessaire d'accomplir et d'éviter si l'on veut parvenir au salut éternel ; autrement, il ne pourrait être ni l'interprète infaillible de la parole de Dieu, ni le guide sûr de la vie humaine.

Sapientiae Christianae, n° 24

Ce texte dit qu’un pape doit pouvoir « juger avec autorité » (c’est-à-dire de façon définitive) et qu'une telle tâche « lui appartient ». Mais cela ne veut pas dire qu'il le fait systématiquement. Et ainsi, nous avons l’exemple où Paul corrigea Pierre ouvertement pour son comportement hypocrite dans ses incongruités pastorales entre les Juifs et les Gentils. (cf. Ga 2: 11-14) Même si Léon XIII dit qu’un pape peut enseigner « ce qui est nécessaire d'accomplir et d'éviter », cela ne veut évidemment pas dire qu’un pape pratique toujours lui-même sont propre enseignement (ndtr, c'est-à-dire, que les actes pastoraux d'un pape peuvent contredire ses enseignements doctrinaux) :

Le Pierre post-Pentecôte... est ce même Pierre qui, par crainte des Juifs, a contredit sa liberté chrétienne (Ga 2: 11-14) ; il est à la fois un rocher et une pierre d'achoppement. Et cela n'a-t-il pas été ainsi à travers toute l'histoire de l'Église que le Pape, successeur de Pierre, a été à la fois Petra et Skandalon — à la fois le rocher de Dieu et une pierre d'achoppement ?

– PAPE BENOÎT XVI, extrait de Das neue Volk Gottes, p. 80ff

[Jésus] déclara : « Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse. Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire [doctrine], faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes [pastorale], car ils disent et ne font pas [car leurs actes pastoraux contredisent leurs enseignements doctrinaux].

Mt 23: 2-3 (ajout de Pierre et les Loups ; il est dès lors évident que nous devons nous soumettre à la partie doctrinale de Fiducia Supplicans — non contraire au dépôt de la foi — mais nullement à la partie pastorale si la seconde contredit la première)

Obéir au Magistère authentique

Selon la Constitution dogmatique de l'Église, Lumen Gentium :

Cette soumission religieuse de l'esprit et de la volonté doit se manifester de façon particulière vis-à-vis du magistère authentique du Pontife romain, même lorsqu'il ne parle pas ex cathedra...

— n° 25, vatican.va (traduit depuis l'anglais)

Notez le mot authentique. Il vient du latin authenticum, qui signifie « faisant autorité ». Ainsi, un enseignement appartient au « magistère authentique » s’il a été enseigné avec autorité.

Dans de nombreux messages de voyants de différentes parties du monde, Notre Dame nous exhorte à rester fidèles au « vrai Magistère » de l'Église :

Quoi qu'il arrive, ne vous écartez pas des enseignements du vrai Magistère de l'Église de Mon Jésus.

Notre Dame à Pedro Regis, 3 février 2022

Mes enfants, priez pour l'Église et pour les saints prêtres afin qu'ils restent toujours fidèles au vrai Magistère de la foi.

Notre Dame à Gisella Cardia, 3 février 2022

Mes enfants, priez pour que le vrai Magistère de l'Église ne soit pas perdu.

Notre Dame de Zaro à Angela, 8 juillet 2023

Ce qui constitue le « vrai » ou « authentique » magistère d’un pape ou des évêques, c’est lorsqu’ils enseignent ce qui leur a déjà été transmis et qui est cohérent avec le « dépôt de la foi ». [13] Comme le Christ l’a commandé à Ses Apôtres avant Son Ascension :

Allez donc et faites de toutes les nations des disciples… apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé.

Mt 28: 19-20

Ils doivent enseigner les commandements du Christ, pas les leurs. Vatican I a affirmé que « le Saint Esprit n'a pas été promis aux successeurs de Pierre pour qu'ils fassent connaître, sous sa révélation, une nouvelle doctrine, mais pour qu'avec son assistance ils gardent saintement et exposent fidèlement la révélation transmise par les Apôtres, c'est-à-dire le dépôt de la foi. » [14] Et donc...

Le Pape n'est pas un souverain absolu, dont la pensée et la volonté font loi. Au contraire:  le ministère du Pape est la garantie de l'obéissance envers le Christ et envers Sa Parole.

— Pape Benoît XVI, Homélie du 8 mai 2005 ; vatican.va

Même les papes ne peuvent « développer une doctrine » qui s’écarte de la Sainte Tradition (ndtr, l'expression « la doctrine du pape » est donc mensongère). [15]

Toute expression doctrinale ou pastorale non conforme à la Révélation divine, contenue dans les Saintes Écritures et dans la Tradition de l'Église, ne peut constituer un exercice authentique du ministère apostolique ou pétrinien et doit être rejetée par les fidèles.

— Cardinal Raymond Burke, ancien membre de la Signature Apostolique, la plus haute autorité judiciaire de l'Église ; 19 avril 2018 ; ncronline.org

Alors que certains soutiennent qu'aucun pape n'est mort hérétique (et même les cas cités ci-dessus d'Honorious et de Jean XXII ne fournissent sans doute pas cette preuve [16]), la question qui nous occupe ne concerne pas un cas d'hérésie mais d’un apparent échec tragique de la logique et de la prudence pastorale qui peut provoquer, et qui suscite actuellement, un scandale. Même si Fiducia Supplicans dit qu’un prêtre ne peut pas bénir « l’union », en bénissant le couple, on reconnaît de facto ce qui fait d’eux un couple : leur union sexuelle. C’est pourquoi, comme le soutiennent de nombreux membres du clergé :

… ils peuvent recevoir une bénédiction pour les aider à grandir dans la grâce et pour le succès de leurs efforts moraux et de leurs prochains pas dans la bonne direction, mais pas en tant que couple à cause de l'impossibilité d'une telle bénédiction et de la façon dont celle-ci pourrait être mal interprétée.

— Mgr Marian Eleganti, 20 décembre 2023 ; lifesitenews.com, dont la source est kath.net

Ainsi, certains affirment que Fiducia Supplicans n’est pas un exercice authentique du « vrai magistère » et constitue en fait un danger pour celui-ci.

Pour l'exprimer de façon concise, l'ambiguïté intentionnelle de Fiducia Supplicans ouvre la porte à presque toutes les subversions du mariage revendiquées par les ennemis de la foi, mais cette même ambiguïté signifie que le document n'a aucune force contraignante.

— Père Dwight Longnecker, 19 décembre 2023 ; dwightlongenecker.com

INFO : Peu de temps après la rédaction de cet article, le Préfet du Dicastère de la Doctrine de la Foi a publié un communiqué de presse avertissant les conférences épiscopales qu' « il n'est pas possible de se distancier doctrinalement de cette Déclaration ou de la considérer comme hérétique, contraire à la Tradition de l'Église ou blasphématoire. » La raison, cite-t-il, est que la Fiducia supplicans affirme « la doctrine traditionnelle de l'Église sur le mariage, n'autorisant aucun type de rite liturgique ou de bénédiction similaire à un rite liturgique qui pourrait créer la confusion. »

Cependant, peu de personnes, si ce n'est aucune, contestent ces éléments de la Déclaration, qui sont en effet en harmonie avec la Sainte Tradition. Et les prêtres ont toujours accordé des bénédictions à des individus avant ce document. Ce qui pose problème est plutôt la « véritable nouveauté » consistant à bénir le « couple », comme l'affirme FS, tout en négligeant la relation sexuelle intrinsèque qui, fondamentalement, fait d'eux un couple. En d'autres termes, ce nouveau communiqué de presse oblige les évêques à accepter cette situation compromettante.

Le fait que personne n'ait rejeté le Responsum du Pape François est l'indice même que Fiducia Supplicans reste problématique pour de nombreux évêques...

L’avertissement et la présence de Notre Dame…

Dans un message adressé à Pedro Regis, qui bénéficie du soutien de son évêque, Notre Dame aurait déclaré :

Des vents contraires emporteront le Grand Navire loin du sûr rivage et un grand naufrage causera la mort de beaucoup de mes pauvres enfants. Donnez-moi vos mains et je vous conduirai à mon Fils Jésus. Il [le Navire] partira à la dérive par la faute du commandant, mais le Seigneur viendra en aide à Son peuple. Votre ancre de salut est dans la vraie doctrine de l'Église de mon Jésus. Celui qui restera fidèle jusqu'au bout ne sera pas emporté par les courants des fausses doctrines.

1 janvier 2024

Et nous ne pouvons manquer de penser désormais au message de Notre Dame d'Akita :

Le travail du diable s'infiltrera même dans l'Église de manière que l'on verra des cardinaux s'opposer à des cardinaux, et des évêques à d'autres évêques. Les prêtres qui me vénèrent, seront méprisés et combattus par leurs Confrères... Les églises et les autels seront saccagés. L'Église sera pleine de ceux qui acceptent des compromissions et le démon pressera de nombreux prêtres et des âmes consacrées à quitter le service du Seigneur...

— à Sœur Agnès Sasagawa d'Akita, Japon, le 13 octobre 1973 ; lire Message de Notre-Dame d'Akita (1973 - 1981) Un terrible avertissement

Alors qu’un large pan de l’Église catholique ignore encore, voire méprise, l'esprit prophétique [17], je pense que nous devrions être vigilants — veillez et priez (Mc 14:38).

Comme il en fut aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l’homme. En ces jours-là, avant le déluge, on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis : telle sera aussi la venue du Fils de l’homme... Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient.

Mt 24: 37-42 (ajout)

... le jour du Seigneur viendra comme un voleur.

2 P 3: 10 (ajout)

À la fin de l’exhortation apostolique de Jean-Paul II citée plus haut, celui-ci désigne la Femme combattant le dragon, pour nous rappeler à la fois les dangers qui nous attendent et la victoire assurée.

Le dragon est « le serpent des origines, celui qu'on nomme Démon ou Satan, celui qui égarait le monde entier » (Ap 12, 9). Le combat est inégal : le dragon semble avoir l'avantage, tant est grande son outrecuidance face à la femme sans défense et souffrante… [Continuons] à contempler Marie, et [reconnaissons] qu'elle apporte « sa présence et son assistance maternelles dans les problèmes multiples et complexes qui accompagnent aujourd'hui la vie des personnes, des familles et des nations » et qu'elle vient au secours « du peuple chrétien dans la lutte incessante entre le bien et le mal, afin qu'il “ne tombe pas” ou, s'il est tombé, qu'il “se relève”. »

Ecclesia in Europa, n° 122, 124 ; 28 juin 2003

Combien de fois m’avez-vous demandé de mettre fin à toutes les mauvaises choses qui se produisent, mais Je n’ai pu le faire, parce que J’ai dû faire tomber les masques de vos ennemis. Je voulais vous faire voir ce qui est bien et ce qui est mal. Il fallait que Je vous fasse comprendre où va l'Église avec des prêtres, des évêques et des cardinaux portant de beaux habits, qui se présentent bien à l'extérieur, mais sont pourris à l'intérieur.

Jésus-Christ à Gisella Cardia, le 30 décembre 2023 (ajout)

Petits enfants, que nul ne vous égare :
celui qui pratique la justice
est juste comme lui, Jésus, est juste ;
celui qui commet le péché est du diable,
car, depuis le commencement, le diable est pécheur.
C’est pour détruire les œuvres du diable
que le Fils de Dieu s’est manifesté.…
Voici comment se manifestent les enfants de Dieu
et les enfants du diable :
quiconque ne pratique pas la justice
n’est pas de Dieu,
et pas davantage celui qui n’aime pas son frère.

(Première lecture de la messe d'aujourd'hui)

Mark Mallett
« The Great Fissure »


[1] 4 janvier 2024, Zenit
[2] Fiducia Supplicans, Sur la signification pastorale des bénédictions
[3] Archevêque émérite Charles Chaput
[4] Père Thomas Weinandy
[5] Mgr Athanasius Scheider
[6] cccb.ca
[7] par exemple, Un évêque péruvien interdit les bénédictions homosexuelles, lifesitenews.com ; Des prêtres espagnols lancent une pétition pour l'annulation du FS, infovaticana-com ; les prêtres allemands rejettent FS en le qualifiant de contradictoire, cf. lifesitenews.com
[8] cf. catholicherald.co.uk
[9] Les papes ont commis et commettent encore des erreurs et ce n'est pas une surprise. L'infaillibilité est réservée aux enseignements ex cathedra [“depuis la Chaire” de Saint Pierre, c'est-à-dire toutes proclamations de dogmes fondées sur la Sainte Tradition]. Aucun pape dans toute l'histoire de l'Église n'a jamais commis d'erreur ex cathedra. — Rev. Joseph Iannuzzi, théologien et expert en patristique
[10] Mgr Athanasius Schneider, onepeterfive.com
[11] Rev. Joseph Iannuzzi, STL, S. Th.D., Newsletter, Automne 2021 ; cf. There is Only One Barque
[12] cf. Can the Pope Be a Heretic?
[13] Lire Qu'est-ce que le « Vrai Magistère »
[14] Pastor aeternus, ch. 4: 6
[15] cf. The Unfolding Splendor of Truth
[16] cf. Can the Pope Be a Heretic?
[17] « Ne méprisez pas les prophéties, mais discernez la valeur de toute chose : ce qui est bien, gardez-le... » (1 Th 5: 20-21)

Notez cet article :
(10 notes reçues)
10/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
0


du courage
21


de la tristesse
4


de la peur
0


de la colère
0

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par Philippe le

Alors j'ai vu : et voici une nuée blanche, et sur cette nuée, quelqu'un siégeait, qui semblait un Fils d'homme. Il avait sur la tête une couronne d'or et, à la main, une faucille aiguisée.
Un autre ange sortit du Sanctuaire. Il cria d'une voix forte à celui qui siégeait sur la nuée : « Lance ta faucille et moissonne : elle est venue, l'heure de la moisson, car la moisson de la terre se dessèche. »
Alors, celui qui siégeait sur la nuée jeta la faucille sur la terre, et la terre fut moissonnée.
Puis un autre ange sortit du Sanctuaire qui est dans le ciel ; il avait, lui aussi, une faucille aiguisée.
Un autre ange encore sortit, venant de l'autel ; il avait pouvoir sur le feu. Il interpella d'une voix forte celui qui avait la faucille aiguisée : « Lance ta faucille aiguisée, et vendange les grappes de la vigne sur la terre, car les raisins sont mûrs. »
L'ange, alors, jeta la faucille sur la terre, il vendangea la vigne de la terre et jeta la vendange dans la cuve immense de la fureur de Dieu.

(Ap 14: 14-20)

Repentons-nous car l'heure de la moisson est proche, l'heure où l'ivraie sera arrachée et brûlée, l'heure de la grande purification de l'Eglise.

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (6 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile)

Répondre

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 3 - 2 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article La grande fissure.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 3 - 2 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

L'Anti-Miséricorde

Mark Mallett - le

1.841 lectures 0 commentaire

Une femme a demandé aujourd'hui si j'avais écrit quelque chose pour clarifier la confusion sur le document post-synodal du pape, Amoris Laetitia. Elle me dit :

"J'aime l'Église et j'ai toujours l'intention d'être catholique. Pourtant, je suis confuse au sujet de la dernière Exhortation du Pape François. Je connais les vrais enseignements sur le mariage. Malheureusement, je suis une catholique divorcée. Mon mari a fondé un autre foyer tout en restant marié avec moi. Ça me fait encore beaucoup souffrir. Comme l'Église ne peut pas changer ses enseignements, pourquoi cela n'a-t-il pas été clarifié ou professé? "

Lire la suite

Frapper l'Oint de Dieu

Mark Mallett - le

1.663 lectures 1 commentaire

Quelqu'un a estimé que je n'étais pas assez critique du Pape François dans mon article sur l'Anti-Miséricorde. « La confusion n'est pas de Dieu, » m'ont-ils écrit. Non, la confusion ne vient pas de Dieu. Mais Dieu peut se servir de la confusion pour purifier son Église et séparer le bon grain de l'ivraie. Je pense que c'est précisément ce qui se passe en ce moment...

Lire la suite

L'épreuve finale ?

Mark Mallett - le

967 lectures 1 commentaire

Votre foi sera ébranlée, car il est écrit : « Je frapperai le berger, et les brebis seront dispersées. » (Marc 14: 27)

Avant l'avènement du Christ, l'Église doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants...Catéchisme de l'Eglise catholique, n° 675, 677

Lire la suite