Dicastère pour la Doctrine de la Foi du Vatican : Les personnes s'identifiant comme transgenres peuvent être baptisées et être témoins lors de mariages


Commentaires (1)

Catégorie : Vie de l'Eglise

Auteur : Belgicatho

Nombre de consultations : 603

Le Dicastère pour la Doctrine de la Foi du Vatican a déclaré qu'un adulte qui s'identifie comme transgenre peut recevoir le sacrement du baptême dans les mêmes conditions que n'importe quel adulte, tant qu'il n'y a pas de risque de scandale ou de confusion pour les autres catholiques.

Source : Belgicatho

D'Hannah Brockhaus sur Catholic News Agency :

8 novembre 2023

Le Vatican a également déclaré que les enfants ou les adolescents qui connaissent des problèmes d'identité transgenre peuvent également recevoir le baptême "s'ils sont bien préparés et s'ils en ont la volonté".

Le document répondant à ces questions et à d'autres questions relatives aux sacrements pour les personnes qui s'identifient comme transgenres et les personnes ayant des relations homosexuelles a été rédigé en réponse aux questions posées au Dicastère pour la doctrine de la foi (DDF) en juillet par Mgr Giuseppe (José) Negri, évêque de Santo Amaro, au Brésil. Ces conseils s'inscrivent dans le cadre des discussions en cours au sein de l'Église catholique sur la pastorale de la communauté LGBTQ, à la lumière de l'accent mis par François sur l'accompagnement et la synodalité.

La réponse du dicastère est datée du 31 octobre et signée par le préfet du DDF, le cardinal Victor Fernández, et par le pape François. Elle est disponible en italien sur le site du Vatican.

Le Vatican a également répondu aux questions de savoir si les personnes s'identifiant comme transgenres ou les personnes ayant des relations homosexuelles peuvent être parrains ou marraines ou être témoins d'un mariage, et si les enfants adoptés ou nés par procréation assistée de couples de même sexe peuvent être baptisés.

Pour la dernière question, le DDF a cité le paragraphe 868 du Code de droit canonique et a déclaré que "pour que l'enfant soit baptisé, il faut qu'il y ait un espoir fondé qu'il soit éduqué dans la religion catholique".

L'explication du Vatican

Sur la question des personnes qui s'identifient comme transgenres et de leur réception du sacrement du baptême, le dicastère a donné quelques pistes de réflexion, "en particulier lorsqu'il y a un doute sur la situation morale objective dans laquelle se trouve une personne, ou sur sa disposition subjective à l'égard de la grâce".

Il explique ensuite que l'Église catholique enseigne que le baptême reçu sans repentir pour des péchés graves, bien qu'il confère un caractère sacramentel indélébile, n'accorde pas la grâce sanctifiante.

Le Vatican a cité le Catéchisme de l'Église catholique, saint Thomas d'Aquin et saint Augustin d'Hippone pour expliquer qu'une fois qu'une personne a la bonne disposition, c'est-à-dire qu'elle s'est repentie de tout péché grave, le caractère sacramentel du baptême "est une cause immédiate qui dispose à recevoir la grâce".

"Nous pouvons donc comprendre pourquoi le pape François a voulu souligner que le baptême 'est la porte qui permet au Christ Seigneur d'habiter dans notre personne et nous permet d'être immergés dans son Mystère'", a déclaré le DDF, citant l'audience générale du 11 avril 2018 du pape François.

"Cela implique concrètement", poursuit-elle, citant l'exhortation apostolique Evangelii Gaudium de 2013 de François, "que les portes des sacrements ne doivent pas non plus être fermées pour n'importe quelle raison". Cela est particulièrement vrai pour le sacrement qui est lui-même "la porte" : le baptême. ... L'Eglise n'est pas un péage, c'est la maison du Père, où il y a une place pour chacun, avec tous ses problèmes".

Le DDF a conclu que même s'il existe des doutes sur la situation morale objective d'une personne ou sur sa disposition subjective à la grâce, "la fidélité de l'amour inconditionnel de Dieu, capable d'engendrer une alliance irrévocable même avec le pécheur" ne doit pas être oubliée.

"En tout état de cause, l'Église doit toujours appeler à vivre pleinement toutes les implications du baptême reçu, qui doivent toujours être comprises et déployées dans l'ensemble du parcours de l'initiation chrétienne".

Lire la suite sur Belgicatho

Notez cet article :
(7 notes reçues)
9/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
4


du courage
3


de la tristesse
26


de la peur
2


de la colère
7

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par Philippe le

"Cela implique concrètement que les portes des sacrements ne doivent pas non plus être fermées pour n'importe quelle raison". Cela est particulièrement vrai pour le sacrement qui est lui-même "la porte" : le baptême. ... L'Eglise n'est pas un péage, c'est la maison du Père, où il y a une place pour chacun, avec tous ses problèmes".

"Il explique ensuite que l'Église catholique enseigne que le baptême reçu sans repentir pour des péchés graves, bien qu'il confère un caractère sacramentel indélébile, n'accorde pas la grâce sanctifiante."

Les évangiles ne disent pas autre chose en effet, tous sont invités mais pour être élus et avoir part à la vie éternelle, il faut se convertir :

Cela peut être rapproché de cette parabole de Jésus en Mt 22: 1-14 :

Jésus se mit de nouveau à leur parler et leur dit en paraboles : « Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébra les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. [...] Alors il dit à ses serviteurs : “Le repas de noce est prêt, mais les invités n'en étaient pas dignes. Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.” Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu'ils trouvèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives. Le roi entra pour examiner les convives, et là il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce. Il lui dit : “Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?” L'autre garda le silence. Alors le roi dit aux serviteurs : “Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.” Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. »

On peut voir ainsi que tous sont invités, tous appelés, mais Dieu attend que celui qui reçoit les sacrements (ici le baptême) soit en état de grâce (qu'il porte le vêtement blanc de la pénitence et de l'absolution de ses péchés). On comprend ainsi que l'Église doit accueillir tous les pécheurs, sans les condamner, appeler toutes les âmes, les bons et les mauvais. Mais elle a aussi le devoir de les appeler à la pénitence.

Je pense aussi à ce passage des Écritures relatif à la Sainte Eucharistie, à laquelle tous sont invités mais le sort n'est pas le même suivant l'état de pénitence de l'âme :

1 Co 11: 27-29 Et celui qui aura mangé le pain ou bu la coupe du Seigneur d'une manière indigne devra répondre du corps et du sang du Seigneur. On doit donc s'examiner soi-même avant de manger de ce pain et de boire à cette coupe. Celui qui mange et qui boit mange et boit son propre jugement s'il ne discerne pas le corps du Seigneur.

Chaque âme qui désire avoir part aux sacrements, à la table du Seigneur, à Son Royaume, a donc la responsabilité devant Dieu de s'examiner en conscience, sachant que le salaire qu'elle recevra de Dieu sera différent si elle reçoit ce sacrement en état d'impénitence ou en état de grâce. L'Église et les prêtres ont quant à eux le devoir d'appeler les pécheurs à la pénitence sans pour autant fermer la porte de la Miséricorde de Dieu, qui est ouverte à tous. Je pense qu'il faut comprendre ainsi le message de miséricorde de François même si on aimerait plus d'insistance sur la nécessité du repentir.

Je conclus par cet extrait de la séquence Lauda Sion Salvatorem rédigée par saint Thomas d'Aquin qui confirme ces propos :

Bons et mauvais le consomment,
mais pour un sort bien différent,
pour la vie ou pour la mort.

Mort des pécheurs, vie pour les justes ;
vois : ils prennent pareillement ;
quel résultat différent !

Ce commentaire vous a-t-il été utile ? (8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile)

Répondre

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 3 + 4 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Dicastère pour la Doctrine de la Foi du Vatican : Les personnes s'identifiant comme transgenres peuvent être baptisées et être témoins lors de mariages.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 3 + 4 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

Un évêque allemand controversé bientôt à la tête du Dicastère pour la Doctrine de la Foi ?

National Catholic Register - le

904 lectures 1 commentaire

Cet évêque allemand controversé pourrait bientôt être le chef doctrinal du Vatican.

Lire la suite

Comment être chrétien dans un monde qui ne l'est plus ?

le

577 lectures 1 commentaire

Se demander comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus, c’est commencer par s’interroger sur ce monde, par se demander pourquoi il n’est plus chrétien, pourquoi le monde tel qu’il est est tel qu’il est. Dans un monde qui change, comment être fidèle à l’Évangile et à Dieu qui, eux, ne changent pas.

Si nous voulons survivre, il nous faut retourner aux racines de notre foi, dans nos pensées comme dans nos actes. Il va falloir renouer avec des habitudes intérieures que les croyants occidentaux ont délaissées. Il va falloir radicalement changer nos vies, notre vision du monde. En un mot, il va nous falloir être l’Eglise, sans compromis, quel qu’en soit le coût !

Lire la suite

Il viendra comme un voleur pour récupérer ce qui Lui appartient

Mgr Charles Pope - le

711 lectures 0 commentaire

L'une des images les plus intéressantes et les plus surprenantes que le Seigneur utilisa pour lui-même était celle d'un « voleur ». Il y a un exemple dans la première lettre de saint Paul aux Thessaloniciens. Je commenterai plus en détail ce passage dans un instant, mais commençons par quelques autres passages des Écritures dans lesquels Jésus a utilisé cette imagerie...

Lire la suite