Coronavirus et l'Église : comment un saint pape a su faire face à la peste


Commentaires (1)

Catégorie : Église et papauté

Auteur : LifeSiteNews

Nombre de consultations : 1.670

21 février 2020 (Rorate Caeli) — Une mystérieuse aura entoure la crise du Coronavirus, ou Covid-19. En effet, nous ne connaissons ni ses origines ni les causes réelles de sa diffusion, ni même ses conséquences possibles. Ce que nous savons cependant, c'est que les pandémies ont toujours été considérées, à travers l'histoire, comme des châtiments divins, et le seul remède auquel a eu recours l'Église contre ceux-ci fut la prière et la pénitence.

Source : LifeSiteNews
Image : Viacheslav Lopatin / Shutterstock.com

Traduction Pierre et les Loups

Les faits qui suivent se sont déroulés à Rome en 590, lorsque Grégoire, issu d'une famille sénatoriale, la famille Anicia, fut élu Pape, prenant le nom de Grégoire Ier (540–604).

L'Italie était alors dévastée par les épidémies, la famine, les troubles sociaux et la vague destructrice des Lombards. Entre 589 et 590, une violente flambée de peste, les terribles lues inguinaria, après avoir dévasté le territoire byzantin à l'est et les terres franques à l'ouest, sema la mort et la terreur dans la péninsule et frappa la ville de Rome. Les citoyens romains virent cette épidémie comme un châtiment divin en réponse à la corruption qui régnait dans la ville.

La première victime que fit la peste à Rome fut le Pape Pélage II, mort le 5 février 590 et enterré dans la crypte de la Basilique Saint-Pierre. Le clergé et le Sénat romain élurent Grégoire en tant que son successeur qui, après avoir été praefectus urbis [Préfet de Rome], vécut dans sa cellule monastique à Monte Celio. Après sa consécration le 3 octobre 590, le nouveau Pape s'attaqua immédiatement au problème de la peste. Grégoire de Tours (538-594), contemporain de ces événements et qui en fut le chroniqueur, raconte que le Pape Grégoire, dans un sermon mémorable prononcé dans l'église de Santa Sabina, invita le peuple romain à suivre — contrit et pénitent — l'exemple des habitants de Ninive :

Regardez autour de vous : voici le glaive de la colère de Dieu, brandi au-dessus de toute la population. La mort soudaine nous arrache, en l'espace d'une seconde, à ce monde. En ce moment précis, oh — combien sont emportés par le mal — ici tout autour de nous — n'ayant même pas le temps de faire pénitence.

Puis le Pape exhorta [tout le peuple] à lever les yeux vers Dieu, Qui permet de si terribles châtiments dans le but de corriger Ses enfants. Pour apaiser le courroux divin, le Pape ordonna une « litanie en sept Chœurs », c'est-à-dire une procession de toute la population romaine, divisée en sept cortèges, selon le sexe, l'âge et la condition. La procession se déplaça depuis les différentes églises romaines en direction de la basilique Saint-Pierre au Vatican, chantant des litanies en chemin. C'est l'origine de ce que l'on appelle aujourd'hui les grandes Litanies de l'Église, ou Rogations, que nous prions pour que Dieu nous protège contre les adversités. Les sept cortèges traversèrent les bâtiments de la Rome antique, pieds nus, à pas lent, la tête couverte de cendres. Tandis que la multitude traversait la ville, dans un silence sépulcral, la peste atteignit un tel point de fureur qu'en l'espace d'une heure, quatre-vingts personnes tombèrent mortes au sol. Cependant, Grégoire ne cessa pas une seconde d'exhorter le peuple à continuer de prier et insista pour que l'image de la Vierge peinte par saint Luc et conservée à Santa Maria Maggiore soit portée en tête de procession. (Gregorio di Tours, Historiae Francorum, liber X, 1, in Opera omnia, a cura di J.P. Migne, Parigi 1849 p. 528)

La légende dorée de Jacopo da Varazze (Jacques de Voragine) est un recueil de traditions transmises depuis les premiers siècles de l'ère chrétienne, qui raconte que, à mesure que la procession avançait avec l'image sainte, l'air devenait plus sain et plus pur et le miasme de la peste se dissolut comme s'il ne pouvait supporter sa présence [de l'image de la Sainte Vierge]. Elle atteignit le pont unissant la ville au mausolée d'Hadrien, connu à l'époque médiévale sous le nom de Castellum Crescentii, quand tout à coup un chœur d'anges se fit entendre, entonnant le « Regina Caeli, laetare, Alleluja — Quia quem meruisti portare, Alleluja — Resurrexit sicut dixit, Alleluja ! » Grégoire répondit d'une voix forte : « Ora pro nobis rogamus, Alleluja ! » Et ainsi est née le Regina Caeli, l'antienne avec laquelle l'Église salue Marie Reine du Ciel, pendant le temps pascal, pour proclamer la Résurrection du Sauveur.

Après le chant, les Anges se disposèrent en cercle autour de l'image de Notre-Dame et Grégoire, levant les yeux, vit au sommet du Château, un Ange, qui, après avoir essuyé son glaive ruisselant de sang, le remit dans sa gaine, comme pour signifier que le châtiment était terminé. [...]

Le Pape Grégoire I fut canonisé, proclamé Docteur de l'Église et entra dans l'histoire sous le nom de « Grégoire le Grand ». Après sa mort, les Romains se mirent à appeler le mausolée d'Hadrien « Castel Sant'Angelo » (Château Saint-Ange) et, en souvenir du miracle, placèrent au sommet du château, la statue de Saint Michel, Chef de la milice céleste, rengainant son épée. Aujourd'hui encore, au musée du Capitole, une pierre circulaire avec des empreintes de pieds est conservée qui, selon la tradition, aurait été laissée par l'Archange lorsqu'il se leva pour déclarer la fin de la peste. Le cardinal Cesare Baronio (1538-1697), considéré comme l'un des plus grands historiens de l'Église pour la rigueur de ses recherches, confirme l'apparition de l'Ange au sommet du château. (Odorico Ranaldi, Annali ecclesiastici tratti da quelli del cardinal Baronio, anno 590, Appresso Vitale Mascardi, Roma 1643, pp. 175-176)

Nous faisons seulement remarquer que si l'Ange, grâce à la supplication de saint Grégoire, rengaina son épée, cela signifie qu'elle fut d'abord tirée pour punir les péchés du peuple romain. Les Anges sont en effet les exécuteurs des châtiments divins sur les peuples, comme nous le rappelle la vision dramatique du Troisième Secret de Fatima, en nous appelant à la repentance :

... un Ange avec une épée de feu dans la main gauche; elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde; mais elles s'éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre-Dame en direction de lui; l'Ange, indiquant la terre avec sa main droite, dit d'une voix forte: Pénitence! Pénitence! Pénitence!

— Le message de Fatima; Vatican.va

La propagation du Coronavirus est-elle liée d'une manière ou d'une autre à la vision du Troisième Secret de Fatima ? L'avenir nous le dira. Cependant, l'appel à la pénitence reste de toute première urgence pour notre époque et le premier remède pour garantir notre salut, dans le temps et l'éternité. Les paroles de saint Grégoire le Grand doivent retentir à nouveau dans nos cœurs :

Que dirons-nous des terribles événements dont nous sommes témoins sinon qu'ils sont un présage d'un châtiment à venir ? Pensez donc à ce jour futur, chers frères, en tremblant ; changez de conduite, rompez avec vos habitudes coupables, vainquez de toutes vos forces les tentations du mal, et châtiez dans les larmes les péchés commis.

Omelia prima sui Vangeli, in Il Tempo di Natale nella Roma di Gregorio Magno, Acqua Pia Antica Marcia, Roma 2008, pp. 176–177 (traduction libre)

Ce sont ces mots [...] dont l'Église a grandement besoin aujourd'hui. Une Église qui apparaît telle que la décrivait saint Grégoire à son époque :

Un très vieux navire, horriblement entaillé; des vagues et des planches pourries pénètrent partout; secoué chaque jour par une violente tempête, préfigurant un naufrage.

Registrum I, 4 ad Ioann. episcop. Constantinop

[A chaque époque], la Divine Providence suscita un timonier (cf. le Songe de Don Bosco, ndtr) qui, comme le dit saint Pie X :

... au milieu des vagues déchaînées, a pu non seulement accoster à bon port, mais aussi protéger le navire des futures tempêtes.

— Enciclica Jucunda sane del 12 marzo 1904

Source : LifeSiteNews. Traduction : Pierre et les Loups

Notez cet article :
(1 note reçue)
1/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
13


du courage
73


de la tristesse
3


de la peur
2


de la colère
0

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par Simon le

Aujourd'hui ce dont le monde urgemment besoin est la Consécration de la Russie au Coeur Immaculé de Marie ! Malheureusement comme Notre Dame l'a déploré, cela se fera très tardivement. Et pour cause (le malin est si rusé !) : la majorité des catholiques (jusqu'aux papes semblerait-il) pensent que cette consécration a déjà eu lieu. Certes le mur de Berlin est tombé (purement "cosmétique" disait Gorbatchev), mais les erreurs de la Russie se sont propagées à travers le monde et si l'on ne le comprend pas rapidement, le communisme s'imposera très bientôt sur la planète entière.

Et dire que les conséquences auraient pu être évitées si facilement...

Ce commentaire vous a-t-il été utile ?

Répondre

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 10 - 2 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Coronavirus et l'Église : comment un saint pape a su faire face à la peste.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 10 - 2 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”

Atlantico - le

1.234 lectures 1 commentaire

Alors qu'[était] publié [il y a quelques mois] son livre Le soir approche et déjà le jour baisse (Fayard), le Cardinal Robert Sarah aborde frontalement les crises auxquelles est confrontée l'Eglise. Scandales de pédophilie, crise des vocations, trouble théologique et moral, tensions entre progressistes et conservateurs, le préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements ne mâche pas ses mots. Deuxième et dernière partie.

Lire la suite

Le Pape et la Passion de l'Eglise

le

2.118 lectures 5 commentaires

Le livre bleu du Père Stefano Gobbi est très éclairant pour comprendre la crise que traverse l'Église aujourd'hui, ainsi que la nécessité de rester fidèles au Saint Père, quelles que soient ses faiblesses ou nos incompréhensions. Nous ne devons pas critiquer ni juger le Pape François, qui a une très lourde responsabilité et un très dur combat à mener, mais prier inlassablement pour lui, et méditer dans notre cœur ce que nous ne comprenons pas ou ce qui nous scandalise, comme le faisait Marie quand arriva la Passion de son Fils.

Nous devons aider le Pape. Nous devons rester avec lui comme nous le ferions avec notre propre père.

— Cardinal Robert Sarah, 16 mai 2016, Lettres du Journal de Robert Moynihan

L'Église est représentée sur la terre par le Vicaire du Christ, c'est-à-dire le pape. Et qui est contre le pape est ipso facto hors de l'Église.

— Cardinal Robert Sarah, Corriere della Sera, 7 octobre 2019 ; La Croix

Lire la suite

François et la passion de l'Eglise

Mark Mallett - le

1.736 lectures 4 commentaires

Il y a quelques années, peu après la résignation de Benoît XVI, j'ai écrit un article intitulé Le Sixième jour où je partageais mon sentiment selon lequel « minuit » est sur le point de sonner, en effet nous semblons sur le point de franchir le seuil du Jour du Seigneur. J'écrivais alors,

Le prochain pape nous guidera aussi… mais il montera sur un trône que le monde tente de renverser. C'est cela le seuil dont je parle.

Lire la suite