Lettre ouverte d'un couple marié, parents de jeunes enfants, aux évêques flamands


Commentaires (2)

Catégorie : Foi, doctrine & morale catholiques

Auteur : Belgicatho

Nombre de consultations : 1.059

« Ce n'est pas l'amour du Christ que vous proclamez, mais une attaque contre la vocation à la sainteté... »

« Observant que les évêques, et surtout, le Successeur de Pierre, échouent à maintenir et à transmettre fidèlement et dans l’unité le dépôt de la foi contenu dans la Tradition sacrée et l’Ecriture sainte, je ne peux m’empêcher de penser à l’article 675 du Catéchisme de l’Eglise catholique : “Avant l’avènement du Christ, l’Eglise doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur la terre dévoilera le ‘mystère d’iniquité’ sous la forme d’une imposture religieuse apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l’apostasie de la vérité.” »

— Cardinal Willem Jacobus Eijk ; L'épreuve finale de l'Eglise qui ébranlera la foi de nombreux croyants

 

Source : Belgicatho

G. et M.-M. Lebbe 

Monsieur le Cardinal Jozef De Kesel

Messieurs les Evêques flamands 

secr.mgr.dekesel@diomb.be

johan.bonny@bisdomantwerpen.be

patrick.hoogmartens@bisdomhasselt.be

lode.aerts@bisdombrugge.be

sec.bisdom@bisdomgent.be

secretariaat.hulpbisschop@vlbm.be 

cc :

Les Evêques francophones de Belgique

mgr.jpdelville@evechedeliege.be

mgrwarin@diocesedenamur.be

guy.harpigny@evechetournai.be

jean.kockerols@skynet.be

 

Bruxelles, le 19 octobre 2022

Lettre ouverte

Eminence,
Excellences,

Nous sommes un couple marié catholique belge, parents de jeunes enfants.

1. Le mardi 20 septembre 2022, vous avez publié un document intitulé « Être proche des personnes homosexuelles sur le plan pastoral » dans lequel vous promouvez une reconnaissance des couples homosexuels qui désirent vivre une relation stable et fidèle. Vous proposez un « moment de prière » dans lequel le couple homosexuel priera pour s'engager devant Dieu l'un envers l'autre dans la fidélité.

Vous donnez des exemples de prières que les personnes qui entourent le couple (famille, amis) pourront réciter pour et avec eux, pour renforcer leur lien et pour faire de leur foyer un lieu de compréhension et de tolérance. Vous affirmez que « même s’il ne s’agit pas d’un mariage religieux, cette relation peut aussi leur être source de paix et de bonheur partagé ». Les passages 250, 297 et 303 d'Amoris Laetitia sont cités pour étayer votre initiative.

Vous déclarez vouloir mieux accepter et intégrer les couples homosexuels au sein de l’Eglise et vouloir « répondre à leurs questions sur les positions de l'Église ». Vous voulez apprécier leur choix et partager leur joie d'avoir trouvé un partenaire stable.

Vous détaillez ensuite le « moment de prière » où le couple demandera à Dieu « de bénir et de perpétuer cet engagement d'amour et de fidélité ». Vous précisez que la cérémonie peut être simple afin de conserver une claire différence entre le mariage sacramentel et cet « engagement » du couple homosexuel devant Dieu.

2. L'objet principal de l'initiative pastorale publiée ne s'adresse pas simplement aux personnes ayant des tendances homosexuelles comme le titre de votre document peut le suggérer mais aux personnes homosexuelles actives et aux couples homosexuels, vivant ensemble et souhaitant approfondir leur engagement de fidélité l'un envers l'autre.

Les prières proposées s'adressent uniquement aux couples homosexuels qui souhaitent sceller leur amour devant Dieu et demandent à être « donnés l'un à l'autre pour toujours ».

Un couple homosexuel qui vit ensemble et demande à approfondir son « engagement » l'un envers l'autre est/a été ou sera sexuellement actif. C’est implicite dans votre déclaration.

3. Vous approuvez de ce fait l’union homosexuelle, et donc forcément les actes homosexuels.

4. L'acte homosexuel, cependant, selon l'enseignement de l'Église, reste « intrinsèquement désordonné » et enfreint les 6e et 9e commandements sur la chasteté.

En publiant le document « Être proche des personnes homosexuelles sur le plan pastoral », vous vous êtes formellement éloignés de l'enseignement du Christ sur la sexualité (Mt 19, 4-6 ; 15, 19-20) dont l'usage est réservé au mariage, c’est-à-dire à l’union entre un homme et une femme :

« N’avez-vous pas lu ceci ? Dès le commencement, le Créateur les fit homme et femme, et dit : À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » (Mt 19, 4-6)

Votre document :

  • transgresse la loi divine dans l'Écriture Sainte (Gn 1, 26-28 et Gn 2, 24 ; Gn 19, 1-29 ; Lv 18, 22 ; Lv 20, 13, 1 Tm 1, 9-10)
  • viole les avertissements explicites de Saint Paul à ce sujet (1 Co 6, 9-10 ; Rm 1, 24-27)
  • s’oppose diamétralement au Catéchisme de l'Église Catholique (CEC, 2357-2359).
  • ne tient pas compte des directives données en 2021 par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (Responsum CDF, 22 fév. 2021)
  • va à l'encontre de plus de 2000 ans de Tradition et de Magistère de l'Eglise Catholique 

Finalement, votre nouvelle pastorale contredit également l'enseignement du Pape François et d'Amoris Laetitia lui-même, sur lequel vous prétendez fonder votre document.

Amoris Laetitia énonce clairement les lignes directrices de l'accompagnement pastoral des « situations irrégulières ». Il précise notamment que le « discernement ne pourra jamais s’exonérer des exigences de vérité et de charité de l’Évangile proposées par l'Église » (AL, 300).

Le Pape affirme que les conditions suivantes doivent nécessairement être présentes dans l'accompagnement des personnes vivant en « situations irrégulières », à savoir : « humilité, (…) discrétion, (…) amour de l’Église et de son enseignement, dans la recherche sincère de la volonté de Dieu » (AL, 300).

Il met en garde contre tout relativisme :

« La tiédeur, toute forme de relativisme, ou une réticence injustifiée quand il s’agit de le proposer, seraient un manque de fidélité à l’Évangile et également un manque d’amour de l’Église envers ces mêmes jeunes. Comprendre les situations exceptionnelles n’implique jamais d’occulter la lumière de l’idéal dans son intégralité ni de proposer moins que ce que Jésus offre à l’être humain » (AL, 307).

Le Pape François rejette toute initiative qui établirait même la plus vague similitude entre une union homosexuelle et le mariage. Il cite les Pères du Synode : « il n’y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille » (AL, 251).

Votre démarche contrevient donc à l’esprit synodal.

5. L'Église catholique ne peut pas bénir ou « prier sur » une union qui est contraire à l'ordre du Créateur et qui relève de l’ordre du péché.

La promouvoir, c'est tomber dans l’hérésie. Réciter les prières suggérées est de l’ordre du blasphème.

Par contre, aimer les personnes homosexuelles en vérité est exigé par la loi de Dieu.

Les prêtres fidèles qui ne souhaitent pas que ce « moment de prière » ait lieu dans leur paroisse devront-ils recourir à « l'objection de conscience » dans l'Église à laquelle ils ont consacré leur vie ? Avez-vous songé à l’impact que votre initiative aura sur les chrétiens persécutés dans le monde, dont des milliers, chaque année, préfèrent mourir plutôt que de trahir leur foi ?

Lire : Le pape rappelle la primauté de la conscience sur n'importe quel pouvoir de ce monde

De nombreux fidèles en Belgique souffrent profondément de votre déclaration.

6. Votre document et votre nouvelle initiative pastorale portent atteinte à la dignité des personnes homosexuelles dans l'Église en laissant entendre qu'elles sont incapables de suivre l'enseignement du Christ.

Il s'agit d'une approche condescendante, discriminatoire et humiliante pour la personne ayant des tendances homosexuelles, désireuse de vivre selon les commandements de Dieu.

Ce n'est pas l'amour du Christ que vous proclamez, mais une attaque contre la vocation à la sainteté à laquelle est appelée toute personne, et donc également celle ayant des tendances homosexuelles.

La personne ayant des tendances homosexuelles, comme tout enfant de Dieu dans l’Église, est invitée à suivre ses commandements.

Avec la grâce de Dieu, il/elle n'est pas moins capable que n'importe quel autre chrétien de répondre à l'appel du Christ : « Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, se charge de sa croix et me suive » (Lc 9, 23). Il/elle n'est pas moins capable de répondre au commandement d'amour du Christ à la femme adultère : « Va, et désormais ne pèche plus » (Jn 8,11).

Votre initiative pastorale remplace le commandement du Christ à la femme adultère par : « Va, continue de pécher et sois béni dans ton péché »

La Croix du Christ, clé de notre salut, a été retirée de votre discours.

Nous sommes tous pécheurs, créés à l'image et à la ressemblance de Dieu, appelés à le suivre sur le chemin exigeant de la sainteté et à être, dans l’amour, « parfaits, comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5,48). La miséricorde de Dieu nous a donné les sacrements pour persévérer et progresser sur ce chemin de la sainteté.

Votre démarche récente ne peut être qualifiée de pastorale.

Un pasteur veille sur son troupeau et cherche inlassablement la brebis égarée par amour pur et désintéressé pour la ramener en sécurité, loin des dangers du péché. Le Christ, le seul vrai Berger, nous ramène constamment à Lui dans l'enceinte parfaite de son amour.

7. Un véritable accompagnement pastoral des personnes homosexuelles doit être encouragé. La personne homosexuelle dans l'Église Catholique a besoin de notre amour et de notre respect, de notre soutien et de notre prière.

Le Pape François déclare avec justesse : « nous désirons d’abord et avant tout réaffirmer que chaque personne, indépendamment de sa tendance sexuelle, doit être respectée dans sa dignité et accueillie avec respect, avec le soin d’éviter ‘toute marque de discrimination injuste’ et particulièrement toute forme d’agression et de violence » (AL, 250).

Votre déclaration du 20 septembre ne reflète pas l'amour de Dieu pour la personne homosexuelle. Au contraire, elle invite les consciences à ignorer la gravité du mal moral. Le péché (dans ce cas, une union homosexuelle) ne sera jamais une « source de paix et de bonheur partagé », comme vous le proclamez.

***

Nous prions et demandons que la clarté soit rétablie, que la confusion cesse, que l'amour désintéressé du Christ, Vérité Incarnée, entre dans nos cœurs afin que nous puissions nous aider mutuellement à porter nos croix, à soulager la souffrance et à vivre selon les enseignements de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. 

Désireux de suivre les commandements de Dieu et la doctrine de l'Eglise et pour le bien  de l’unité de l’Église, au nom de très nombreux catholiques souffrants et offensés de votre déclaration, nous vous demandons de rétracter votre document « Être proche des personnes homosexuelles sur le plan pastoral », datant du 20 septembre 2022. 

Nous le demandons par amour de Dieu et de ses commandements, par amour de l’Eglise, et par amour pour les personnes homosexuelles qui désirent vivre le projet de Dieu sur elles.

Nous vous demandons de réaffirmer que l'union sexuelle est réservée à un homme et une femme, engagés dans le sacrement du mariage.

Nous ne pouvons pas obéir ou accepter, suivre ou participer à la nouvelle approche pastorale envers les couples homosexuels telle que vous l’avez promulguée.

Vu la gravité du sujet, nous autorisons la diffusion large de cette lettre.

Nous vous prions d’agréer, Votre Eminence, Vos Excellences, l’expression de nos sentiments les plus respectueux.

G. et M-M. LEBBE

Lire aussi : « Et le Verbe s'est fait idéologie ». Au Synode : une Église falsifiée

Articles connexes

Mgr Eleganti : « Je n'attends rien de bon du synode »

Extraits :

L'évêque Marian Eleganti affirme que les discussions autour du synode sur la synodalité se concentrent sur « les mêmes vieux refrains réchauffés pour la énième fois depuis les années 1970 : démocratie, participation, implication dans le pouvoir, femmes dans toutes les fonctions, diaconat ou sacerdoce pour les femmes ; révision de la morale sexuelle concernant les relations extraconjugales, le remariage et l'homosexualité, abandon du centrage sur le prêtre dans la liturgie, etc. »

(...)

« Les propositions maintes fois avancées sont versées encore et encore dans de nouvelles [outres] sur lesquelles les étiquettes 'Écoute', 'Inclusivité', 'Accueil', 'Diversité', 'Égalité' sont maintenant collées dans une sorte de campagne de marketing qui vend les nouvelles d'hier comme les dernières nouvelles [...] », a-t-il déclaré. « Ce sont tous des termes qui sonnent bien et qui sont émotionnellement positifs, mais ce sont des phrases vides par rapport à la vérité. »

C'est précisément le type de relation à Dieu que véhiculent ces concepts que l'évêque suisse a remis en cause - celui d'un « amour global qui approuve et bénit tout ce que les gens font parce que tous sont enfants de Dieu », un Dieu qui s'arrête alors à être la « vérité et la justice » qui « excluent l'erreur et le péché. »

Rappelant que les enseignements de l'Église — y compris ceux qui concernent la vie conjugale et la sexualité — sont « immuables parce qu'ils sont vrais », il a affirmé qu'on ne pouvait s'attendre à des changements que dans la communication de la foi, et non dans sa doctrine. « Historiquement, les innovations dans la foi ont toujours été des hérésies qui ont conduit à de nouvelles divisions », a-t-il déclaré.

« Nous avons oublié que l'Église est une Église 'enseignante' (ecclesia docens), une 'mater et magistra', 'mère et maîtresse' de la vérité, de la morale et de la foi — et non un somnambule que l'esprit du temps prend par la main. »

Pour lui, « parler constamment du Saint-Esprit et le revendiquer pour soi n'est rien d'autre que de la propagande, de l'(auto)tromperie, et fondamentalement une instrumentalisation de Dieu. »

Lire l'article complet sur Belgicatho

« Dieu n'est pas présent dans ce processus synodal »

8 novembre 2022

Le processus synodal est-il un instrument pour transformer l’Église ?

Le jeudi 27 octobre à Rome, le Secrétariat du Synode des évêques à Rome a présenté le document de travail en vue de la « phase continentale » du synode Pour une Église synodale : communion, participation et mission. La présentation eut lieu à l’occasion d’une conférence de presse à la Salle de presse du Saint-Siège, présidée par le cardinal Grech. Le document s’intitule « Elargis l’espace de ta tente » (Is 54, 2). Le Secrétariat du Synode des évêques doit par la suite, en s’appuyant sur l’ensemble des documents finaux issus des rencontres qui se sont tenues sur les différents continents, établir l’Instrumentum Laboris, le document de travail qui servira aux réunions synodales de 2023 et 2024.

Un mot sert de mantra à ce processus : « écouter ». Ecouter qui ? Tout le monde. Le document de travail contient un nombre important de citations. « Ces citations ont (…) été choisies parce qu’elles expriment de manière particulièrement puissante, heureuse ou précise un sentiment qui revient dans de nombreux résumés. (…) L’expérience du synode peut être lue comme un parcours de la reconnaissance pour ceux qui ne se sentent pas suffisamment reconnus dans l’Église. » Les contours du processus synodal se font de plus en plus nets. Celui-ci sert de mégaphone aux opinions non conformes à l’enseignement de l’Eglise. Le document souligne ce à quoi devra aboutir le chemin synodal : « une Église synodale qui apprend de l’écoute comment renouveler sa mission évangélisatrice à la lumière des signes des temps, afin de continuer à offrir à l’humanité une manière d’être et de vivre dans laquelle tous peuvent se sentir inclus et protagonistes ».

Qui sont ceux qui se sentent exclus ? « Parmi ceux qui demandent un dialogue plus significatif et un espace plus accueillant, nous trouvons également ceux qui, pour diverses raisons, ressentent une tension entre l’appartenance à l’Église et l’expérience de leurs propres relations affectives, comme par exemple : les divorcés remariés, les familles monoparentales, les personnes vivant dans un mariage polygame, les personnes LGBTQ, etc. » Tous ceux, en somme, qui ne sont pas d’accord avec les enseignements de l’Église catholique.

(...)

Le processus synodal tient plutôt à ce jour de l’expérience sociologique, et n’a pas grand-chose à voir avec le Saint Esprit, censé ici se faire entendre à travers n’importe quel bruit. Une telle approche peut quasiment être qualifiée de blasphématoire. Ce qui devient de plus en plus évident, c’est que le processus synodal sera utilisé pour faire changer un certain nombre de positions de l’Église, et pour couronner le tout, le Saint-Esprit Lui-même sera jeté dans la bagarre en tant que promoteur des idées nouvelles, alors qu’à travers les siècles, le Saint-Esprit a tout de même soufflé leur exact contraire.

Ce que l’on peut surtout constater à travers les séances d’écoute, c’est une foi vidée de son contenu, qu’on ne met plus en pratique et qui n’accepte pas les prises de position de l’Eglise. On s’y plaint de ce que l’Église n’accepte pas les points de vue de ces personnes. Au demeurant, ce n’est pas tout à fait exact. Les évêques flamands et allemands font avec elles un bon bout de chemin, ce qui est finalement encore bien plus tragique. Ils ne veulent plus appeler le péché, péché. C’est pour cette raison que la conversion et la contrition sont exclues du débat.

(...)

L’étape finale du processus synodal ne pourra qu’aboutir à une foire d’empoigne. On peut affirmer dès aujourd’hui que tous ceux qui n’auront pas obtenu ce qu’ils voulaient se plaindront d’avoir été exclus. C’est par nature une formule qui mène au désastre. Si chacun obtient ce qu’il veut – ce qui en réalité, n’est pas possible – le désastre sera complet. L’Église se sera alors reniée elle-même, et elle aura saccagé son identité.

(...) Cela aboutit à empêcher les gens d’accéder au salut.

Lire la suite sur Belgicatho

L'Antéchrist est dans la hiérarchie de l'Eglise en ce moment, et il a toujours voulu s'asseoir sur la Chaire de Pierre. Le Pape François sera comme Pierre, l'apôtre. Il se rendra compte de ses erreurs et essaiera de ramener l'Église sous l'autorité du Christ, mais il n'y parviendra pas. Il sera martyrisé. Le Pape émérite Benoît XVI, qui porte toujours son anneau papal, interviendra pour convoquer un conclave et tenter de sauver l'Église. Je l'ai vu, faible et frêle, soutenu de part et d'autre par deux gardes suisses, fuyant Rome en proie à la dévastation. Il s'est caché, mais a ensuite été retrouvé. J'ai vu son martyre.

— Père Michel Rodrigue, Retraite virtuelle, partie 5 ; lire Père Michel Rodrigue – l'avertissement, la tribulation et la descente de l'Église au tombeau

Notez cet article :
(7 notes reçues)
9/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
4


du courage
28


de la tristesse
12


de la peur
0


de la colère
0

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Partagez votre opinion

Commentaire laissé par Rizzo chantal le

Bonjour, concernant la lettre du couple marié, je suis entièrement d'accord avec eux, tout ce qu'il ce passe et tout simplement un cauchemar une abomination. Malheureusement au sein du vatican ils y â beaucoup de franc maçon, mais tout est écrit, l'église va tomber pour mieux ce relevé mes il va y avoir beaucoup de souffrance, et de martyrs, surtout parmi nos prêtre, c'est pourquoi ils faut prié pour eux. Jésus a dit a Luisa Piccarreta tous ce qui allait ce passé et nous y sommes. Que dieu nous viennent en aide. Prions, prions, et allons à là sainte messe, tant que nous le pouvons encore. 💖💖💖💖🙏🙏🙏🙏🙏🙏🌟🌟🌟🌟🌟

Ce commentaire vous a-t-il été utile ?

Répondre

Commentaire laissé par Théo le

Nous partageons l'aticle et la révolution prise par certains Evêques, contrairement à la Parole du Christ. Beaucoup trop de libertés sont prises et entachent notre Foi, l'Eglise change, mais pas dans le sens dicté par DIEU. PRIONS, car DIEU vit en nous.

Ce commentaire vous a-t-il été utile ?

Répondre

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 5 + 3 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Lettre ouverte d'un couple marié, parents de jeunes enfants, aux évêques flamands.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 5 + 3 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

Michael D. O'Brien - « Les Enfants des Derniers Jours »

le

2.594 lectures 3 commentaires

« Les Enfants des Derniers Jours » (Children of the Last Days) n'est pas le titre d'un roman, mais plutôt un nom regroupant une série de sept romans écrits par l'auteur et artiste catholique canadien, Michael D. O'Brien. Ce dernier a également écrit plusieurs autres romans, tous publiés en anglais aux éditions Ignatius Press. La plupart d'entre eux ont été traduits en français et sont disponibles aux éditions Salvator en France.

Lire la suite

Le pape a lancé le pré-synode des jeunes, à Rome

le

641 lectures 0 commentaire

C'est une première ! Depuis lundi, des jeunes du monde entier préparent au Vatican le synode des évêques sur les jeunes qui se tiendra en octobre.

Près de 300 jeunes de 130 pays, dont 45 francophones, ont rejoint Rome, lundi 19 mars. Ils ont été invités par le pape François, pour apporter leurs contributions au Synode qui réunira les évêques en octobre sur le thème : Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel.

Lire la suite

Les Prêtres et le Triomphe du Coeur Immaculé de Marie

Mark Mallett - le

1.808 lectures 0 commentaire

Le processus de désintégration de la conception chrétienne de la morale, préparé de longue date et toujours en cours, a connu dans les années 1960... un tournant radical sans précédent... Dans divers séminaires se sont constitués des clubs homosexuels...

— Pape Émérite Benoît XVI, “L'Église et le scandale des abus sexuels”, 11 avril 2019 ; la-croix.com

... les nuages ​​les plus sombres s'amassent sur l'Église catholique. Comme surgis d'un gouffre profond, remontent du passé à la lumière d'innombrables et inconcevables cas d'abus sexuels commis par des prêtres et des religieux. Le nuage pro​​jette son ombre jusque sur le siège de Pierre. Personne ne parle plus maintenant de l'[autorité] morale universelle qu'incarne habituellement un pape. Quelle est vraiment la profondeur de cette crise ? Est-ce, comme on a pu le lire parfois, l'une des plus grandes dans l'histoire de l'Église ?

— Question de Peter Seewald au Pape Benoît XVI, dans Lumière du monde: Le pape, l'Église et les signes des temps (Bayard), p. 43

Lire la suite