https://pierre-et-les-loups.net/

Vers la mise en place d'un gouvernement mondial unique ?

Les États membres de l'ONU s'apprêtent à adopter deux documents majeurs qui pourraient nous rapprocher de ce que les critiques redoutent : un gouvernement mondial unique.

De Stefano Gennarini sur C-Fam. Traduction française : Belgicatho

Le Pacte pour l'avenir et le Pacte mondial pour le numérique donneront un pouvoir sans précédent au secrétaire général et aux milliers de bureaucrates sans visage qui travaillent au siège des Nations unies à New York, à Genève et dans le monde entier. Les législateurs et les militants du monde entier doivent suivre cela de près et agir.

ANALYSE : L'Assemblée générale négocie l'avenir de l'ONU

23 mai 2024

NEW YORK, 24 mai (C-Fam) L'Assemblée générale est en train de négocier deux accords majeurs sur l'avenir de l'organisation et du monde en général. Ces accords pourraient concentrer le pouvoir sur le Secrétaire général de l'ONU d'une manière imprévue jusqu'à présent. Certains y verront un pas important vers un gouvernement mondial unique.

Le décor est planté pour certaines des négociations les plus importantes menées aux Nations unies depuis peut-être une génération. Le "Pacte pour l'avenir" élargirait les pouvoirs et la portée du système des Nations unies, tandis que le "Pacte mondial pour le numérique" régirait la technologie numérique, y compris l'intelligence artificielle émergente, pour le monde entier.

Les premiers projets ont été diffusés au début de l'année.  Les gouvernements ont fourni leurs premières réponses en avril. À partir de la semaine prochaine, ils négocieront les accords.

Le Pacte pour l'avenir devrait permettre au système des Nations unies de se positionner pour tout ce qui remplacera l'Agenda 2030 pour le développement durable, qui expire dans six ans. Même si aucun des 17 objectifs universels et des 169 cibles convenus par l'Assemblée générale des Nations unies en 2015 n'a été atteint, les États membres de l'ONU se tournent déjà vers l'avenir.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a fait plusieurs propositions, qu'il a jugées nécessaires pour créer une Organisation des Nations unies "2.0". Les changements apportés au système des Nations unies donneraient au secrétaire général des pouvoirs plus importants, notamment la création d'une plateforme d'urgence qui donnerait à son bureau le pouvoir et les ressources nécessaires pour coordonner la réponse des Nations unies aux chocs et aux urgences liés à l'économie, aux conflits, au climat, à la santé et à d'autres situations d'urgence.

M. Guterres a également proposé la mise en place d'une infrastructure publique numérique, notamment une connectivité universelle et des initiatives en matière d'identité numérique afin de fournir des soins de santé et d'autres services publics et de mesurer l'efficacité des politiques publiques en temps réel. Il a également proposé des mécanismes permettant aux Nations unies d'entretenir des relations permanentes directes avec les assemblées législatives nationales afin d'élaborer des lois et des politiques conformes aux objectifs internationaux.

Ces réformes s'appuieraient sur les concentrations de pouvoir déjà sans précédent du secrétaire général de l'ONU grâce aux réformes du système de développement de l'ONU à partir de 2019, qui ont donné au secrétaire général de l'ONU un droit de regard direct sur les décisions politiques nationales internes, et lui permettent d'utiliser l'ensemble du système de l'ONU comme levier pour faire pression sur les gouvernements afin qu'ils adoptent des politiques de type onusien.

Un deuxième accord visant à régir toutes les plateformes technologiques, y compris l'intelligence artificielle, est également en cours de négociation. Il s'agit du Pacte mondial pour le numérique. Le Pacte mondial pour le numérique ne sera pas contraignant, mais il aura une grande force de persuasion. L'objectif de l'accord est de promouvoir les nouvelles technologies compatibles entre elles et accessibles à tous.

Du côté négatif, l'accord promet un contrôle social mondial par le biais d'une coopération internationale visant à supprimer certains types de messages et à en promouvoir d'autres. Tout cela sous le couvert de la lutte contre la désinformation, l'incitation à la haine et la protection des droits de l'homme. Les entreprises technologiques soutiennent expressément ce type de modération de contenu et de langage en faveur de la censure, qui est déjà présent dans plusieurs résolutions de l'ONU, y compris une résolution sur l'intelligence artificielle parrainée par les États-Unis et adoptée cette année.

Les entreprises technologiques, quant à elles, ont intérêt à être régies par des mécanismes volontaires moins transparents et dépourvus de sanctions pénales ou civiles. Le Pacte mondial pour le numérique donnera de la légitimité à leur engagement déclaré en faveur de la responsabilité sociale, sans aucune condition. En fait, de grandes entreprises technologiques comme Meta et Microsoft, qui ne sont jamais présentes au siège des Nations unies, ont participé activement et soutenu les consultations qui ont abouti au projet initial du Pacte mondial pour le numérique.

Les deux accords devraient être finalisés cet été et adoptés lors du Sommet du futur, qui se tiendra en septembre pendant l'Assemblée générale. Le pape François a été invité par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, à visiter les Nations unies pour la deuxième fois et à donner sa bénédiction au sommet.