https://pierre-et-les-loups.net/

« Pas d'agriculteurs, pas de nourriture : Allez-vous manger des insectes ? »

Une crise alimentaire mondiale se profile à l’horizon alors que les gouvernements du monde entier mettent en place des « politiques vertes » qui forcent les agriculteurs à cesser leur activité.

Le plan derrière l’agenda climatique exposé dans un documentaire d’Epoch Times : « Pas d’agriculteurs, pas de nourriture : allez-vous manger des insectes ? »

Source : epochtimes.fr

Une crise alimentaire mondiale se profile à l’horizon alors que les gouvernements du monde entier mettent en place des « politiques vertes » qui forcent les agriculteurs à cesser leur activité.

Dans un documentaire original exclusif d’Epoch Times intitulé « Pas d’agriculteurs, pas de nourriture : Allez-vous manger les insectes ? » Roman Balmakov expose un plan d’ensemble élaboré il y a plusieurs décennies pour perturber l’approvisionnement alimentaire mondial.

« Il s’agit de la prochaine crise mondiale ignorée par les médias du monde entier », affirme M. Balmakov, animateur de l’émission « Facts Matter » sur EpochTV.

Il vous emmène dans un voyage qui raconte des histoires vécues par des agriculteurs des États-Unis, des Pays-Bas et du Sri Lanka qui perdent leurs terres et leurs moyens de subsistance sous couvert du changement climatique.

L’avant-première du film sur EpochTV a été lancée à 20h30 le lundi 25 septembre.

Aperçu du film

M. Balmakov dévoile l’histoire de la crise climatique et comment elle a été conçue par les dirigeants mondiaux lors de la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement, également connue sous le nom de Sommet de la Terre, en juin 1992, peu de temps après la fin de la guerre froide.

« Tous les chemins mènent à l’ONU, » a souligné M. Balmakov, qui a également réalisé le film, lors d’une interview accordée à Epoch Times avant une première spéciale le 23 septembre, où le documentaire a été projeté à environ 200 participants au Stop 30×30 Summit, à Irving, au Texas.

Le film se penche sur l’Agenda 30, anciennement connu sous le nom d’Agenda 21, et comment les politiques mondiales définies par les Nations unies entendent mettre fin à l’agriculture privée et créer une dépendance à l’égard d’un gouvernement mondial unique qui contrôlera l’approvisionnement alimentaire de la planète.

Les dirigeants mondiaux accusent le changement climatique d’être à l’origine de la hausse continue des prix des denrées alimentaires dans le monde.

« Et leur solution pourrait vous surprendre, » affirme M. Balmakov dans le film. « Selon les Nations unies, [les insectes] pourraient bien constituer votre futur dîner. »

« Les responsables de certaines des organisations les plus puissantes de la planète ont déterminé que l’agriculture, en particulier l’agriculture animale, était responsable du réchauffement climatique et que le réchauffement climatique était responsable des prix élevés des denrées alimentaires et des pénuries de nourriture. »

Le film explore comment les gouvernements utilisent l’agenda climatique – au niveau national et à l’étranger – pour prendre le contrôle des terres agricoles privées.

« On pourrait supposer que le gouvernement souhaite aider les agriculteurs, » a affirmé M. Balmakov. « Ce qui m’a le plus surpris, c’est de voir jusqu’où les choses sont allées. »

Dans le film, des éleveurs californiens expliquent à M. Balmakov comment l’office de l’eau de l’État a mis en place l’année dernière une réglementation d’urgence en cas de sécheresse, en invoquant la protection du saumon Coho, qui, selon l’État, est en danger.

Theodora Johnson, éleveuse de bétail dans la vallée de Scott, estime que ces réglementations empêchent les propriétaires d’accéder à leurs propres eaux souterraines. Selon elle, sans eau, l’élevage n’est pas viable.

« L’eau est ce qui permet à tout de fonctionner, » explique Mme Johnson dans le film. « Dans la vallée de Scott, on ne peut rien faire sans eau. »

Des experts locaux ont expliqué à M. Balmakov que le saumon coho n’est pas originaire de la rivière Klamath, qui traverse la vallée de Scott.

La « crise de l’azote » aux Pays-Bas

M. Balmakov se rend également aux Pays-Bas, où les agriculteurs sont contraints de réduire leurs troupeaux de 50 à 90% au nom du changement climatique.

En 2019, le gouvernement néerlandais a décrété une « crise de l’azote » et a commencé à mettre en œuvre des réglementations pour réduire radicalement les émissions d’azote de 50% d’ici à 2030.

Ce petit pays, dont l’histoire est riche en matière d’élevage, a été le plus grand exportateur de viande d’Europe, mais le paysage est en train de changer et des exploitations familiales séculaires cessent leurs activités.

Plusieurs agriculteurs et experts estiment que la crise de l’azote a été créée pour que le gouvernement puisse prendre le contrôle des terres.

Martijn Vorkink, agriculteur de quatrième génération, explique que la terre n’a plus de valeur lorsqu’elle ne peut plus être cultivée. Par conséquent, de nombreux agriculteurs vendent leurs terres au gouvernement parce qu’ils n’ont pas les moyens de les garder si elles ne subviennent plus aux besoins de leurs familles.

Un éleveur de grillons et de vers de farine a expliqué à M. Balmakov que les insectes sont introduits sur le marché comme une solution à la future crise alimentaire.

La faim au Sri Lanka

Ce documentaire vous montrera directement ce qui se passe lorsque les réglementations gouvernementales interdisent les engrais chimiques qui aident les agriculteurs à produire des récoltes.

En 2021, le gouvernement sri-lankais a interdit les engrais chimiques et les pesticides, arguant que cette mesure devait permettre à tous les habitants du pays de bénéficier d’un régime alimentaire biologique.

Cette décision a gravement compromis les cultures de riz, aliment de base de cette nation insulaire d’environ 22 millions d’habitants, et a plongé le pays dans une crise économique et une pénurie alimentaire.

L’année dernière, le gouvernement a levé l’interdiction d’utiliser des engrais chimiques, et le pays commence à se rétablir.

Réactions au film

Le documentaire met en lumière les conséquences néfastes pour l’approvisionnement alimentaire que peuvent avoir certaines politiques à l’apparence inoffensive.

« Ce qui est le plus inquiétant, c’est qu’ils mettent en place des réglementations qui poussent les petits agriculteurs à partir », a expliqué Margaret Byfield, directrice exécutive d’American Stewards of Liberty, à Epoch Times après la projection du film. Mme Byfield apparaît également dans le film.

D’autres ont estimé que le film alertait sur les impostures qui se cachent derrière les « politiques vertes » à l’échelle mondiale.

« Roman Balmakov a fait un travail phénoménal en dévoilant les dures réalités et les histoires inédites qui devaient être mises en lumière », a souligné Stephaine Cross à Epoch Times. Mme Cross, propriétaire de Tennessee Real Properties, LLC, a assisté à la première du film à Irving.

« J’ai trouvé cela donné à réfléchir et en même temps absolument horrifiant ! Le contenu [du film] est à la fois révélateur et troublant, car il met en lumière des aspects qui nous ont été méticuleusement et fallacieusement cachés. »

Source : epochtimes.fr