Ce qui vient de se dérouler à Rome avec les évêques allemands sera dévastateur pour l'unité de l'Église


Commentaires (1)

Catégorie : Vie de l'Eglise

Auteur : Belgicatho

Nombre de consultations : 1.401

Les évêques allemands prennent un détour qui met en péril l'unité avec Rome

Du Père Raymond J. de Souza sur le National Catholic Register

Source de la traduction française : Belgicatho

22 novembre 2022

Rome a demandé — supplié, en fait — les évêques allemands de prendre une bretelle de sortie de leur Voie synodale qui implique des changements importants dans la doctrine catholique, la pratique sacramentelle et la gouvernance ecclésiale. Les Allemands ont refusé. A la vitesse pratiquée sur l'autoroute, l'accident à venir sera terrible.

Ce qui s'est récemment passé à Rome a été dévastateur pour l'unité de l'Église. Que la menace de division vienne d'Allemagne est tout à fait prévisible sur le long terme, mais cela reste une surprise pour le Pape François. 

Alors que le Pape François rêvait initialement d'une "Église pauvre pour les pauvres", il a plutôt poursuivi un programme pour les riches : la sainte communion pour les personnes dont le mariage est invalide, un contrôle national accru sur les livres liturgiques, des priorités pastorales légères en matière de moralité sexuelle et lourdes en matière de changement climatique. Peu importe. La plus riche de toutes les Églises locales est maintenant engagée dans la rébellion, et Rome ne peut rien y faire. Le Pape s'insurge contre le "retour en arrière" mais se retrouve, vis-à-vis de l'Allemagne, dans le marasme des années 1970. Mais cette fois-ci, ce sera différent. Le reste de l'Église n'est pas dans la même situation. Ainsi, le processus du Saint-Père sur la synodalité pour une Église synodale va bientôt devenir un accident à grande vitesse impliquant plusieurs véhicules.

Les évêques allemands — plus de 60 d'entre eux — étaient à Rome pour leur visite ad limina apostolorum (au seuil des apôtres), la visite périodique obligatoire au Saint-Père et à la Curie romaine, dont la dernière a eu lieu en 2015 pour les diocèses allemands. Occasion de rendre compte de leur situation locale, l'ad limina a aussi pour but de renforcer les liens de communion avec l'Église universelle. La routine régulière prévoit des rencontres avec les responsables des différents départements romains ("dicastères").

Lire Les évêques allemands pris au piège qu'ils se sont eux-mêmes tendu ?

Les Allemands ont obtenu quelque chose de plus : l'"interdicastère", dans le langage du Vatican. Il s'agit d'une réunion de tous les chefs de tous les dicastères de la Curie. Le Saint-Père les convoque de temps à autre pour discuter de problèmes d'intérêt général. Il est extrêmement rare qu'une "interdicastérielle" se tienne avec un épiscopat national. L'exemple récent le plus notable est celui de 1998, lorsqu'une réunion interdicastérielle s'est tenue avec les évêques australiens. Le "relevé de conclusions" de cette réunion, signé par toutes les parties, engageait les évêques australiens à mettre fin à toute une série de mauvaises pratiques liturgiques et d'erreurs doctrinales.

Cette fois, il n'y aura pas eu de consensus (forcé) de ce type. Alors qu'il était initialement prévu que le Pape François assiste à l'interdicastère, il ne l'a pas fait. Il avait rencontré personnellement tous les évêques allemands ensemble le jour précédent. L'interdicastère a donc été présidé par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, avec des allocutions du cardinal Luis Ladaria, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, et du cardinal Marc Ouellet, préfet du Dicastère pour les évêques. 

(...)

Le Cardinal Parolin, dans un langage clairement destiné à évoquer le spectre de la Réforme protestante, a averti les Allemands qu'ils risquaient "une réforme de l'Eglise, et non une réforme dans l'Eglise". La première est la voie du schisme ; la seconde est la tâche permanente d'une Église semper reformanda — une Église toujours à réformer pour être plus profondément ce que le Christ l'a fondée à être.

Les cardinaux Ladaria et Ouellet ont ensuite expliqué "franchement et ouvertement" comment la voie synodale allemande s'était égarée. Le cardinal Ouellet a franchement demandé un "moratoire". Les Allemands ont refusé catégoriquement. Déterminés à continuer, ils prévoient d'aller de l'avant avec les questions qui relèvent de leur autorité locale. Des questions plus profondes pour l'Église universelle seront imposées par les Allemands à l'ordre du jour du Synode des évêques sur la synodalité en octobre prochain. 

La crise est donc arrivée.

Le conflit entre les évêques allemands et Rome est scellé, et il s'intensifiera au cours de l'année prochaine. Le processus synodal du Saint-Père sur la synodalité pour une Église synodale sera désormais entièrement consommé par la question allemande, alors que des évêques du monde entier font valoir les mêmes arguments que les cardinaux Ladaria et Ouellet — mais sans le langage diplomatique habituellement employé à Rome.

Le Pape François ne peut rien y faire, mais ce n'est pas faute d'avoir essayé. Les observateurs de la papauté moderne notent que le Pape François a le style de gouvernement le plus autocratique de tous les pontifes depuis Grégoire XVI (1831-1846). Pourtant, l'exercice de son autorité est souvent inefficace. 

Il a tenté d'arrêter la voie synodale allemande. Il a écrit — personnellement, sans l'aide de conseillers, a-t-il révélé par la suite — une longue lettre à tous les catholiques allemands en juin 2019, les mettant en garde contre le fait de s'engager dans la voie qu'ils avaient tracée. Ils l'ont fait quand même. 

Dans l'intervalle de trois ans, des déclarations claires condamnant le processus allemand sont venues des plus hauts dicastères curiaux — la Secrétairerie d'État, de la doctrine, des évêques et des textes législatifs. Chacune d'entre elles a été rejetée. La différence, cette fois-ci, c'est qu'au lieu d'être écartés lors d'une conférence de presse en Allemagne, le Saint-Père et ses principaux collaborateurs l'ont été de près et en personne, face à face.

On ne voit pas très bien ce que le Pape François peut faire de plus. En 2017, il avait écrit aux prêtres d'Ahiara, au Nigeria, qui protestaient depuis des années contre l'évêque que Benoît XVI avait nommé. Le Saint-Père avait exigé qu'ils "manifestent clairement une obéissance totale au pape" et "soient disposés à accepter l'évêque que le pape envoie et a nommé". Huit mois plus tard, le Pape François a révoqué l'évêque. Les prêtres contestataires ont gagné cette épreuve de force.

Cette année, un grand nombre de prêtres de l'Église syro-malabare du Kerala, en Inde, ont refusé de suivre les décisions liturgiques prises par leur synode dans les années 1990. Le Pape François a décrété qu'ils devaient désormais se soumettre. Ils ont refusé, et les protestations qui ont suivi ont consisté à brûler leurs évêques en effigie et à assiéger leurs résidences. Les interventions du Saint-Père sont mises au défi.

Même au sein de la Curie romaine, ces dernières années, les décrets juridiques du Pape François relatifs à l'autorité financière n'ont tout simplement pas été mis en œuvre selon les délais qu'il avait déterminés.

Un effondrement de l'autorité papale est une crise pour l'Église. L'effondrement est maintenant évident. Le défi de l'Eglise allemande consommera les ressources qui restent au Pape François.

Le père Raymond J. de Souza est l'éditeur fondateur du magazine Convivium.

Notez cet article :
(10 notes reçues)
10/1012345678910

Cet article m'inspire...


de la joie
1


du courage
4


de la tristesse
79


de la peur
2


de la colère
11

Commenter Imprimer

Commentaires des internautes

Remarque : Les commentaires ci-dessous n'engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement l'opinion de l'auteur de ce blog.

Partagez votre opinion

Ecrire un commentaire

Veuillez utiliser le formulaire suivant pour nous soumettre votre commentaire.

Veuillez noter que pour éviter tout abus, votre adresse IP sera enregistrée lors de la validation de ce formulaire. Nous la conserverons pendant maximum 12 mois.

 Champs obligatoires

Votre adresse e-mail ne sera pas visible sur le site et ne servira pas à vous envoyer de publicité. Elle sert uniquement à vous prévenir en cas de réponse. Votre adresse e-mail restera confidentielle.
@

Souhaitez-vous être tenu informé des réponses apportées à votre commentaire ?

Veuillez résoudre le calcul suivant : 4 - 1 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Recommander cet article

Le formulaire ci-dessous vous permet de recommander l'article Ce qui vient de se dérouler à Rome avec les évêques allemands sera dévastateur pour l'unité de l'Église.

 Champs obligatoires

@
@
Veuillez résoudre le calcul suivant : 4 - 1 = ?
Vous pouvez vous aider de la calculatrice ci-contre.

Articles similaires

Un évêque hétérodoxe du synode d'Amazonie affirme que l'Église « ne peut pas revenir » à l'époque d'avant le pape François

LifeSiteNews - le

802 lectures 6 commentaires

« Les prêtres mariés viendront en premier, puis le diaconat pour les femmes. Les femmes prêtres seront l'étape suivante », a déclaré l'évêque Erwin Kräutler, contredisant ainsi l'enseignement infaillible de la foi catholique.

Lire la suite

Le cardinal Burke avertit que le Synode menace de propager la « dévastation » de l'Église allemande à « l'Église universelle »

LifeSiteNews - le

676 lectures 3 commentaires

S'exprimant lors de la cérémonie de remise des diplômes du Thomas Aquinas College, Son Éminence a déclaré aux diplômés que le monde traversait une période troublée et que « de surcroît, la rébellion et la révolution sont soutenues par certains membres de l'Église, y compris par ceux qui sont appelés et ordonnés pour paître le troupeau. »

Lire la suite

Détruire l'Eucharistie, c'est tuer l'Eglise !

le

1.740 lectures 4 commentaires

LA FIN DU SACRIFICE PERPÉTUEL - La Bible nous dit qu'arrivera un jour où le sacrifice eucharistique sera interdit. Ce qui nous semblait impensable il y a tout juste quelques années est aujourd'hui devenu une possibilité réelle.

... Le sacrifice perpétuel fut retiré (...) et les fondations [du] Lieu saint furent renversées. Et une armée fut postée contre le sacrifice perpétuel de façon perverse. La corne jeta la vérité par terre. Ce qu'elle entreprit, elle le réussit. Un être saint parla, je l'entendis ; et un autre saint lui répondit : « Combien de temps verrons-nous le sacrifice perpétuel retiré, la perversité dévastatrice, le sanctuaire livré, l'armée piétinée ? »

Daniel 8, 11

Lire la suite